dimanche, novembre 14, 2010

Ville: Veyrier coiffe Plan-les-Ouates au poteau

ville de Veyrier.jpgC'est un Thomas Barth - sans doute tout fier - qui l'annonce sur le profil Facebook de la commune frontalière, pardon de la ville de Veyrier. Vous l'avez bien lu. Veyrier est une ville depuis le 31 octobre 2011. Le site internet de la commune ne l'annonce pas encore. [cliquer sur l'image pour l'agrandir et sur les mots grisés ou soulignés pour plus d'information]

Cette banlieue, genevoise depuis 1816, posée à l'ombre du Salève, couverte de villas enclavées dans des haies de thuyas et autres arbustes n'a strictement aucun caractère urbain. Mais c'est une ville, foi de statisticien! Et ses administrateurs l'annoncent sur le plus grand réseau social du monde comme on annonce l'ouverture d'un théâtre.

Dans la course au statut de ville, Veyrier coiffe Plan-les-Ouates au poteau. Laquelle devrait franchir elle aussi la barre des dix mille habitants avant la fin de l'année. Sur sa maison de la culture baptisée la Julienne, de gros chiffrent égrenent le compte des nouveaux habitants.

Lire la suite

mercredi, avril 14, 2010

Pour un flirt avec toi... Veyrier et Etrembières ne font pas n'importe quoi

Veyrier Pas-de-L'Echelle.pngLes communes de Veyrier et d'Etrembières s'embarquent-elles pour une longue histoire d'amour? Leurs autorités ont convié la presse hier matin. Pas tout à fait au septième ciel, mais à la station supérieure du téléphérique toute emmitouflée de brumes hamiltoniennes. "Pour un flirt avec toi, je ferais n'importe quoi"... Les deux communes suisse et française se contentent, elles, de lancer "Veyrier-Etrembières sans frontières". Du 30 avril au 16 mai, les deux municipalités invitent leur population à une fête verte et jaune de l'amitié transfrontalière.

Les deux Mairies disent vouloir faire œuvre de paix, histoire de contrecarrer les propos inamicaux qu'entretiennent certains partis politiques mais aussi, si entente, approfondir durablement leur collaboration et servir d'exemple aux autres communes entre Salève et Jura. Elle partage déjà un travailleur social hors les murs et certains de leurs équipements municipaux accueillent les habitants indifféremment.

Un mariage n'est certes pas encore en vue. Tout dépendra cependant de l'accueil que les populations réserveront au chapelet de manifestations, débats, concerts et expositions, qu'un comité d'organisation peaufine depuis deux ans. "Certains parlent de construire l'Europe, nous la faisons à notre mesure", dit le radical veyrite Daniel Mermod, qui eut le premier l'idée de cette quinzaine.

Lire la suite