mercredi, novembre 17, 2010

Le projet d'agglo primé

surchat vial.jpegprojet d'agglo.jpgA quoi servent les concours de beauté? A se faire connaître, à remplir les gazettes de photos et désormais les sites internet du ramdam et pour la miss élue à pavaner quelque temps en faisant un maximum de thunes.

Nicole Surchat-Vial ne tirera sans doute pas grand chose du 8e grand prix européen de l'urbanisme lui ont décerné mardi un jury bruxellois d'architectes et d'urbanistes, sinon une reconnaissance méritée pour la direction du projet qu'elle conduit depuis plus de cinq ans avec une certaine rigueur. Elle a bénéficié de l'appui total de Robert Cramer qui a donné l'élan politique nécessaire et indispensable à l'avancement du projet.

Savoir si le produit vaut réellement les louages du jury revient à se demander si un pinot noir primé au grand concours du pinot par un jury d'oenologues européens est vraiment exceptionnel. Ce n'est pas toujours le cas. Car ce que prime les experts c'est la qualité technique, la qualité formelle d'un produit, pas sa pertinence politique s'agissant du projet d'agglomération, pas sa qualité sensorielle et émotionnelle s'agissant d'un pinot.

Lire la suite

jeudi, avril 22, 2010

Tous contre les villas en ville! Trois outils pour avancer

gugger epfl.pngPic-Vert n'était pas là, la Chambre genevois immobilière non plus. Résultat personne n'a défendu, mardi soir, les propriétaires des villas situées dans un rayon de quatre kilomètres autour de la ville de Genève. Pourtant "c'est là qu'il faut bâtir les 50'000 logements, dont le canton de Genève a besoin pour accueillir 100'000 habitants attendus d'ici 2030", a martelé - dans un discours un peu prétentieux - Simon Chessex, le premier assistant d'Harry Gugger. Professeur à l'EPFL, ancien du bureau herzog&de Meuron, Harry Gugger est directeur du Lapa. Il a été mandaté par la Chambre genevoise de commerce de Genève pour penser la ville en ville. La Tribune a évoqué le projet dans ses éditions du 16 avril.

Dans une Salle des Abeilles comble, l'équipe de l'architecte bâlois a... un peu enfoncé des portes ouvertes..., que les Genevois s'étaient, il est vrai, empressés de fermer, notamment en pariant sur le projet d'agglomération franco-valdo-genevois version Cramer.

Voilà en effet plus de 60 ans - Genève a créé les premières zones d'aménagement du territoire dès 1929 et a été pionnier en Suisse - que le peuple genevois a décidé, via des lois votées par le Grand Conseil, que la ville devait être construite en ville. En vain.

DSC04825.JPGTrès vite, en effet, il - ou son gouvernement - a oublié ce beau précepte de durabilité et d'économie d'énergie pour construire des cités satellites. Ce furent Meyrin, Vernier, Onex, Lancy, Thônex, Versoix dans les années 50 et 60. Puis Genève est entrée en hibernation. Le projet d'agglo est une nième tentative de sortir de l'ornière. Son principe reste le même que celui qui a présidé aux cités satellites. On l'appelle aujourd'hui ville multipolaire. Les pôles sont désormais hors du territoire cantonal. Il s'agit de Nyon, Ferney, Saint-Genis, Saint-Julien, Annemasse, Thonon, qu'on reliera par tes trams (lents) et des RER (coûteux).

Sur ce point, Gugger et son équipe ont raison de remettre l'église au milieu du village et de défendre une densification de qualité des quartiers villas situés à moins de quatre kilomètres du centre ville. Problème, ils n'ont pas vraiment présenté des outils nouveaux pour réaliser leur projet. Ils parient sur la concertation, le partenariat public privé et l'assouplissement des règles d'urbanisme.

Modestement, je vais donc proposer trois outils.

Lire la suite

mercredi, janvier 06, 2010

Praille Acacias Vernets: Grobet reprend le pouvoir

pav plq et communes avec légende.pngJe l'avais parié. La votation référendaire sur la Praille, à laquelle seuls les citoyens de la ville de Genève devaient être conviés le 29 novembre puis le 7 mars prochain, est annulée. La décision a été prise par le Conseil d'Etat à la veille de Noël, mais elle n'a été rendue publique que ce matin. (Lire le communiqué ci-dessous)

L'ancien conseiller d'Etat Christian Grobet a réussi un nouveau coup en forçant le gouvernement à négocier un nouveau projet de loi.

On assiste à un remake de la surélévation des immeubles, dont le premier projet de loi avait été combattu par les milieux de la défense du patrimoine et des locataires, avant d'être purement et simplement annulé. Une nouvelle loi de compromis était sortie des négociations limitant la surélévation. A contrario, une partie de la gauche avait échoué dans sa tentative de bloquer le développement de l'OMC en s'opposant au préavis communal favorable à l'extension du Centre William Rappard en septembre dernier.

 

NB posté le 11 janvier: un commentaire inadmissible a été effacé de ce débat, qui pour l'essentiel est de bonne tenue. Je remercie les internautes qui ont lu cette note et ceux qui ont apporté une contribution et regrette qu'un seul d'entre eux ait pu polluer quelques jours ce forum. (JFM)

Lire la suite

mercredi, novembre 25, 2009

"On veut pouvoir traverser le lac en 2020"

CGI news Genecand.jpgLes milieux immobiliers sont ambitieux. Sur son site fraîchement relooké, la Chambre genevoise immobilière diffuse une vidéo, où il est question de construire 2500 logements par année à Genève. C'est aussi la promesse de Mark Muller qui, sauf surprise, devrait devenir ou rester le patron du futur Département des Travaux publics à moins qu'il ne soit baptisé Département du territoire et des infrastructures.

Les milieux immobiliers veulent aussi pouvoir traverser le lac en 2020. C'est ce que demande Christophe Aumeunier, secrétaire de la Chambre genevoise immobilière, dans un entretien vidéo qu'il a accordé la rédaction web de la Tribune de Genève (voir ci-dessous).

Logements et lac sont deux défis formidables, même si pour le lac la Confédération a montré le bout de son nez, si l'on en croit le communiqué diffusé tard vendredi 13 novembre.

Lire la suite

vendredi, août 07, 2009

Comment piloter le PAV?

muller dubitatif.jpgEn deux ans à peine Mark Muller - 659 amis sur Facebook - aura usé ou dégoûté (?) deux pilotes: Benoît Genecand, ex banquier UBS, démissionnaire au bout de trois mois, devenu constituant et président du Stade de Genève et de la Chambre genevoise immobilière et Sylvie Bietenhader, haut fonctionnaire, qui démissionne, seize mois après son engagement, pour reprendre la Gérance immobilière de la Ville, domaine où son expérience professionnelle n'est pas plus grande que celle de son prédecesseur, devenue secrétaire générale de la constituante. Deux pilotages avortés en moins de deux ans, c'est beaucoup. Le conseiller d'Etat libéral trouvera-t-il un troisième larron avant les élections de cet automne? Comment peut-on piloter le PAV?

Sans doute Mark Muller proposera-t-il un architecte, un urbaniste, un promoteur immobilier, un ingénieur civil, un poète?

Ce dernier choix ne serait peut-être pas le moins bon. Une ville, ça se rêve avant de se construire. Il y a peu l'Eglise protestante s'est interrogée sur l'opportunité d'y construire un temple ou une église ou les deux à la fois. Et pourquoi pas une mosquée? Les Zurichois ont bien implanté au coeur de Sihlcity une église multimodale. Discrète tout de même, pas de quoi concurrencer le temple de la consommation. N'empêche que c'est bien un coeur et une âme qui manquent au PAV. La gauche de la Ville aura beau jeu de dénoncer les financiers à qui la loi de déclassement promet de juteuses affaires.

Un poète donc qui réconcilie les Genevois avec leur ville. La ville peuplée, ouvrière, chaudron social et culturel, telle qu'on la trouve dans les différents quartiers de Genève construits entre 1850 et 1920. Avant que l'on invente les quartiers villas, les cités satellites, les "un, deux ou trois étages sur rez avec jardins privatifs", qui font le bonheur de promoteur et le malheur de la cité.

Un poète qui trace les places et les parcs avant de faire valser les milliards. Qui écoutent les travailleurs, les entrepreneurs, les consommateurs, les instituteurs et chantent et jouent le bal des grues, la valse des rues, le jazz des mues.

La mutation, c'est dans la tête des Genevois qu'elle doit s'opérer et comme les Genevois sont ce qu'ils sont, ronchonneurs et donneurs de leçons, il faut aussi leur donner de quoi exprimer leur identité. Il faut innover en matière de gouvernance et inventer pour le PAV une Autorité citoyenne d'urbanisme à laquelle les communes de Carouge, de la Ville de Genève et de Lancy ainsi que le canton céderont le pouvoir d'aménagement et de police des constructions et donc les revenus fiscaux seront progressivement partagés entre tous, y compris le fonds de péréquation communal. (photo Bonzon)

Lire la suite

mercredi, juin 17, 2009

Un architecte cantonal: la solution aux blocages genevois?

ing public.jpging 4 16 juin.jpgL'architecte Charles Pictet a fait coup double hier soir. Avec son projet de délocaliser la gare de la Praille à Colovrex, il a séduit l'auditoire de l'Institut national genevois, dont la salle de la Promenade du Pin était presque comble. Il a aussi relayé la campagne de la section genevoise de la fédération des architectes suisses qui'il préside et de la Fédération des architectes et ingénieurs pour que Genève se dote enfin d'un architecte cantonal. L'architecte cantonal est un serpent de mer cantonal, le dernier en date remonte à l'éphémère conseiller d'Etat Philippe Joye. C'est une réponse possible, a brièvement développé le père du premier concours de La Praille, aux difficultés que traverse le canton pour mettre en oeuvre les grands projets tels que celui de la Praille Acacias Vernets: "Les politiciens n'ont que la quantité de logements à la bouche. Il manque un discours sur la qualité, il manque une culture de la construction."

Brillant par leur absence, les politiciens en ont pris pour leur grade hier soir.

Lire la suite

mardi, juin 16, 2009

Les "orgues de Staline" de la CLE

cle-cest.jpgC'est à un véritable pilonnage du projet d'agglomération franco-valdo-genevois que soumettent le Conseil lémanique de l'environnement (CLE) et la Coordination économique et sociale transfrontalière (CEST) ce matin en publiant un rapport serré pour ne pas dire touffu de 23 pages intitulé suivi du Livre vert de la CEST et du CLE, alors que le comité de pilotage du projet d'agglo est en séance.

Trois hommes principalement ont tenu la plume:

Bernard Comoli de la CEST pour le volet social. Un volet "qui n'a pas avancé contrairement au volet économique (bilocalisation, formation, contrôle du marché de l'emploi) et dont le rapport parle peu" indique Alain Rouiller (ATE), qui avec Pierre Hofmann (ATE) a rédigé le volet environnemental et mobilité.

Les protecteurs de l'environnement de la CLE (WWF, Pro Natura, ATE notamment) et quelques protecteurs des travailleurs de la CEST (SIT, CFDT Ain Haute-Savoie, MPF) sont les acteurs de la société civile de loin les plus actifs. Leur document est un suivi du Livre vert qu'elles ont publié en 2007. On y retrouve donc leurs traditionnelles exigences. Tentative de résumé de cette feuille de route en dix points.

  1. agglo démarche participative.pngRedimensionner et échelonner les PACA. [Commentaire: Manifestement la CLE et la CEST, comme la plupart des acteurs de ce vaste chantier sont sous l'eau. Le train d'enfer imposé par Robert Cramer a asphyxié tout le monde.]
  2. Introduire dans toute l'agglo les "zones environnementales" (accès restreint aux véhicules polluants) et introduction d'un péage routier en cas de non atteinte des objectifs et plans de déplacement d'entreprise).
  3. Améliorer la liaison ferroviaire directe entre l'Aéroport et la Haute-Savoie (financement de Berne, shunt de Saint-Jean et d'Ambilly, tram-train Genève Sud, tram-train Pays de Gex)
  4. Accélérer le développement du réseau des trams (tram Cern et tram St-Julien en liste A-2014, tram St-Genis et tram Ferney en liste B-2019, tram Moillesullaz Annemasse, tram Rive-La Pallanterie)
  5. Améliorer les liaisons entre les pétales de développement (tram Petit-Lancy-Gd Lancy, tram Bachet-Jonction, bus Saint-Julien Bernex Satigny Meyrin, tram Plainpalais Rive, tram Communaux d'Ambilly)
  6. Asservir la mobilité à la sécurité routière et à la santé publique (P+R, B+R, stations pour vélos, voie cyclable le long de la voie ferrée Genève-Lausanne, passerelle Stade-Palette, Jonction sans voiture, etc.
  7. Prévoir 30% de logements sociaux dans les nouveaux lotissements et privilégier le concept d'éco-quartier
  8. Restituer à la nature des surfaces au moins équivalentes aux surfaces de zones déclassées (Freiner le pavillonnaire, pas de construction sans accès au transports publics, réduire la distance entre lieu de travail et lieu de résidence, étendre à l'agglo le label Genève région Terre avenir)
  9. Généraliser le concept Minergie (simple pour les rénovations, P et ECO pour les nouvelles constructions dans toute l'agglo)
  10. Introduire l'indice de Développement humain 2 et améliorer la gouvernance démocratique du projet d'agglo (mise en place du Forum d'agglomération, mettre en oeuvre la réforme du 24 avril 2008 du Comité régional franco-genevois)

Selon Alain Rouiller, 75% des propositions émises dans le Livre vert de 2007 avaient été pris en compte par le projet d'agglo. Deux ans plus tard, un certain nombre d'entre elles ont disparu de l'agenda, notamment dans le domaine social. On ne trouvera rien non plus en matière culturel ou sportive qui n'est pas la tasse de thé de la CLE ou de la CEST.

On regrettera aussi que les deux associations n'aient pas proposé un indice synthétique d'avancement de leurs revendications. Dans deux ans peut-être.

JFM

mercredi, juin 10, 2009

Genève 2030: le domino magique de Charles Pictet

Pictet 9 juin 09 ing.pngpictet praille colovrex.pngSupprimer la gare de la Praille pour construire la ville en ville (donner de l'espace à l'urbanisation de Praille Acacias Vernets) et connecter au rail une nouvelle zone d'activités à Colovrex, au nord de l'aéroport, tel est le projet que Charles Pictet présente depuis 18 mois et qui recueille à gauche comme à droite un accueil souvent enthousiaste. La Tribune en parlé en janvier.

Hier soir encore, à l'Institut national genevois, devant un public certes moins nombreux que celui venu écouter une semaine plus tôt l'avocat Wolfgang Peter champion d'un autre CEVA, le jeune architecte, président de la section genevoise de la FIA, a exposé le projet qu'il concocte depuis bientôt quatre ans et qui pourrait bien être le domino stratégique du développement de la région franco-valdo-genevoise.

Pas moins de six dominos tombent dès lors que l'on bascule et réalise l'idée de l'architecte. Avec des milliards de francs d'investissements à la clé. "De quoi rembourser la dette du canton", annonce calmement le neveu du banquier homonyme.

Le maire de Bellevue ne l'entend pas de cette oreille. Invité par Pierre Kunz, président de l'ING, Daniel Fabbi a clairement manifesté sa mauvaise humeur. Charles Pictet a dégagé en touche ce propos qui fleurait bon l'égoïsme communal ambiant, arguant qu'il avait lancé l'idée et qu'il n'était pas l'homme des combats politiques.

Le débat politique est pour l'heure stérilisé. Le patron de l'Economie publique, Pierre-François Unger, a bien tenté, début janvier, d'obtenir un feu vert du Conseil d'Etat. En vain. C'est que le domino magique de l'architecte peut faire sauter le projet d'agglomération du ministre Cramer et remettre la traversée du lac au centre de l'avenir de Genève.

Jugez-en en attendant mardi prochain 16 mai le débat qu'organise l'ING en clôture de son cycle de conférences consacré à Quelle métropole franco-valdo-genevoise en 2030! (article et vidéos ci-dessous. vos commentaires sont les bienvenus)

Lire la suite

lundi, juin 01, 2009

Les "anti-CEVA" vont-ils désarmer?

peter wolfgang.jpgLa semaine passée, la commission des travaux du Grand Conseil a adopté à l'unanimité moins la voix du MCG le crédit supplémentaire de 107 millions pour compléter le financement du CEVA. Les commissaires ont porté le crédit à 113 millions "pour renforcer les mesures de lutte contre les vibrations et les sons solidiens". Cela suffira-t-il à calmer les gens de Champel et en particulier le comité de l'Association pour une meilleure mobilité dans la région genevoise? On  le saura sans doute ce mardi soir 2 juin. Volfgang Peter président du comité plus connu sous le nom "anti-ceva" donnera une conférence à l'Institut national genevois dans le cadre d'un cycle de trois conférences et un débat consacrés à la Genève de 2030.

Il annoncera sans doute la décision du comité de lancer ou non un référendum contre ce crédit supplémentaire. Il n'est pas impossible que le Grand Conseil bouscule son ordre du jour surchargé pour adopter en urgence le rapport de sa commission et place ainsi le comité référendaire devant la difficulté de recueillir sept mille signatures durant l'été. Mais ainsi va la démocratie à Genève.

Lire la suite

mercredi, mai 27, 2009

Des questions pertinentes, des réponses...

capture plan d'agglo général.jpg

  • Pourquoi Annecy n'est-elle pas intégrée au projet d'agglo alors que Thonon et Nyon le sont?
  • Pourquoi ne pas limiter la croissance du canton à 500'000 habitants?
  • Pourquoi ne pas relier Saint-Julien avec un RER?
  • Le projet d'agglo n'est-il pas affecté d'un déficit démocratique?
  • Le projet d'agglomération montre un développement en tache d'huile depuis le centre de Genève. Où est la multipolarité?

Les questions posées hier soir à l'issue de la conférence de Nicole Surchat Vial, cheffe du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, à l'Institut national genevois, ne manquaient pas de pertinence. Les réponses ne l'ont pas toujours été. Et plusieurs questions n'ont pas été posées, faute de temps.

  • Pourquoi Satigny et Versoix qui sont sur des lignes RER ne sont pas comptés au nombre des villes à développer d'ici 2030. Et pourquoi vouloir doubler la population de Bernex qui n'est pas relié par le chemin de fer?
  • Si la traversée de la rade est désormais partie intégrante du projet d'agglo, comment se fait-il qu'aucun plan ne dessine cette infrastructure et que ni la rive droite ni la rive gauche ne soit affecté par ce nouvel axe?
  • Quelles liaisons entre les pôles de développement?
  • Pourquoi le projet de délocalisation de la gare de la Praille à Colovrex n'est-il pas pris en compte dans le projet d'agglo?
  • L'avenir du RER ne dépend-il pas plus d'une deuxième ligne entre Cointrin et le plateau suisse que d'une troisième voie entre Cornavin et Lausanne?
  • Combien coûtera la liaison prévu entre Cointrin et Cornavin passant par le Grand-Saconnex et le quartier des nations?

 

Lire la suite

samedi, mai 23, 2009

Quelle Genève en 2030? Trois conférences, un débat

kunz vidéo.jpgurbanisation couronne.jpgPierre Kunz est un radical atypique. Longtemps directeur du centre commercial de Balexert, il passe une retraite hyperactive. L'automne dernier il a démissionné du Grand Conseil pour se faire élire à la Constituante. Il préside Genilem, la couveuse de jeunes pouces entrepreneuriales fondée par Armand Lombard. Il préside aussi l'Institut national genevois, vieux think tank genevois comme on dit aujourd'hui créé par le révolutionnaire James Fazy, l'homme qui écrivit avec quelques compères la Constitution qui nous régit encore aujourd'hui et qui fit détruire les remparts, qui au milieu du XIXe siècle étouffait la ville.

"Aujourd'hui, James Fazy abattrait deux autres frontières", dit Pierre Kunz dans l'entretien vidéo qu'il nous a accordé, la frontière politique qui entrave la région franco-valdo-genevoise et la zone agricole qui freine le développement urbain de Genève. (cliquer sur lire la suite)

A moins de cinq mois de l'élection du Grand Conseil cet automne et de la succession de Robert Cramer, ministre du territoire, l'Institut national genevois organise un cycle de trois conférences et un débat sur le grand Genève à l'horizon 2030.

Coup d'envoi ce mardi 26 mai à 20 heures. L'ING recevra à son siège, 1, Promenade du Pin, à deux pas du parking Saint-Antoine (bus 8) Nicole Surchat-Vial, directrice du projet d'agglomération franco-valdo genevois.

Lire la suite

vendredi, mai 22, 2009

14'000 logements dans le PAV? Encore un effort M. Muller!

pav plq et communes avec légende.pngSix mois après le débat de la Tribune, quatre ans bientôt après le premier concours Genève 2020 organisé par la FAS pour l'aménagement du losange Praille Acacias Vernets (PAV), dont la pointe sud est le Bachet-de-Pesay et la pointe nord le pont de Saint-Georges, le Conseil d'Etat en est toujours aux bonnes intentions. Il a annoncé mercredi son intention de porter de 6 à 14'000 le nombre de logements et de réduire en conséquence de 20 à 15'000 le nombre d'emplois sur le périmètre défini dans le masterplan.

Le Conseil d'Etat a pris prétexte d'une lettre de l'ASLOCA pour annoncer son nouvel objectif. Quant à la méthode pour réaliser ce projet, elle reste à inventer. Car si l'on poursuit dans la démarche actuelle - on court à l'échec et à une chamaillerie séculaire digne du CEVA.

Qu'est-ce qui coince? Trois ou quatre choses notamment parmi d'autres:

[cliquez sur l'image pour l'agrandir, elle représente les zones actuelles. En violet foncé, la zone industrielle de la Praille, en violet clair, la gare aux marchandises.]

 

Lire la suite

mardi, mai 19, 2009

Le RER s'arrêtera-t-il un jour à Bernex?

RER Barthassat sans rade.png2030, c'est dans 20 ans! C'est aussi loin que 1990! Si le projet d'agglomération franco-valdo-genevois voit le jour, Bernex sera une ville de quelque vingt mille habitants. Elle sera peut-être raccordée au RER genevois. Cette perspective semble réjouir la Mairie de cette commune rurale. Il soutient à fond le projet lancé il y a bientôt quatre ans par Robert Cramer. un enthousiasme qui fait figure d'exception au sein des maires genevois.

debat ing juin 09.jpgLe ministre genevois du Territoire qui terminera sa carrière à la Tour Baudet en décembre prochain, passera-t-il à la postérité comme le plus grand aménagiste que Genève a compté depuis Casaï, Braillard et consorts? L'avenir le dira. Et les Bernésiens le seront peut-être jeudi 28 mai prochain. Ils sont invités à la salle communale Luchepelet à 18h30 PACA de Bernex.

L'une de ces trois études d'urbanisme, qui s'étend comme un pétale entre le pont de Saint-Georges et le carrefour de Laconnex terminus du tram de Bernex en construction, sur la route de Chancy, propose la création d'un RER entre La Praille, Saint-Julien, Bernex, Satigny et Saint-Genis. Pour Marcellin Barthassat, associé du bureau Ar-ter, en effet, le tram ne suffira pas à développer une offre suffisante pour les habitants de la nouvelle ville qui risque de continuer à utiliser leur voiture.

NB: il suffit de cliquer sur les images pour les agrandir et sur les textes soulignés pour accéder à plus d'info!

 

Lire la suite

vendredi, mai 08, 2009

26 mai, 2, 9 et 16 juin: Quelle région franco-valdo-genevoise en 2030 ?

vue-aerienne_grande.jpgOù loger les deux cents mille habitants et les cent mille emplois attendus entre Salève et Jura d’ici là ? Quelle gouvernance démocratique du développement urbain ? Deux questions qui méritent bien un débat. L’Institut national genevois l’ouvre fin mai et début juin en organisant trois conférences et une table ronde les mardi 26 mai 2, 9 et 16 juin, à 20 h. au 1, promenade du Pin.

Lire la suite

jeudi, mars 12, 2009

La gare de Colovrex soutenue à pas de Sioux

pour une zone industrielle à colovrex mars 09.jpgPrudente, prudente, la Chambre genevoise immobilière. Est-ce la présence des bisons à Colovrex qui fait avancer le syndicat des propriétaires à pas de Sioux? On pourrait le croire à la lecture de la dernière brochure du bureau Quincerot Weil, encartée dans l'édition de ce mois de mars de la revue Immoscope. La CGI cite certes à demi-mot l'idée de Charles Pictet de reconstruire la gare de la Praille à Colovrex, mais l'essentiel de son propos est de remplacer les 135 hectares de zone industrielle perdus à la Praille par une centaine d'hectares qu'offrent les terrains agricoles situés en bout de piste de l'aéroport, où paisent aujourd'hui de paisibles bisons.

La délocalisation de la gare marchandises, dont la Tribune s'est fait l'écho début janvier (et ici), est pourtant l'élément clé d'une véritable urbanisation du PAV et potentiellement d'une reconfiguration majeure du projet d'agglomération franco-valdo-genevois.

Mais le Sioux Aumeunier, par ailleurs secrétaire général de la CGI, est vraisemblablement pris en sandwich entre son souhait de défendre l'audacieuse idée Pictet et son souci de ne pas froisser le Conseil d'Etat et de ne pas mettre son poulain Mark Muller en porte-à-faux.

Soutenir le transfert de la gare de La Praille à Colovrex pourrait en effet sonner le glas du CEVA.

Lire la suite

mardi, mars 10, 2009

50'000 habitants à Lancy en 2030?

lancy vu d'avion.jpgLe Conseil d'Etat a validé cette semaine le plan directeur de Lancy. Un gros document issu d'une longue concertation, d'études pointues et de la conciliation impossible sur le mode:

  • Comment ne pas être mangée par la Ville de Genève?
  • Comment fabriquer une vie communale, quand la nature et les hommes vous ont transformée en un puzzle de quartiers sans lien les uns avec les autres?
  • Comment densifier- ce qui reste la meilleure manière d'être écolo - alors que les habitants des villas n'ont pas l'intention d'aller voir ailleurs d'autant que Genève ne leur offre guère la possibilité de reconstruire leur home sweet home et que les Lancéens tout court pensent qu'ils ont fait leur part en matière de logements?

Pas facile non plus d'y voir clair et de tirer les grands axes du futur lancéen. D'où les questions que je viens d'adresser au maître du projet, le conseiller administratif vert François Baertschi. J'espère qu'il pourra y répondre bientôt.

Lire la suite

jeudi, février 26, 2009

Un rail, une voie, une ligne: la CLE des champs!

karlsruhe.pngUn rail , c'est celui que le Conseil lémanique de l'environnement (CLE) propose d'ajouter à la ligne de tram Pont-Rouge-Saint-Julien. Grâce à ce troisième rail, un tram-train pourrait relier Nyon à Viry, Vallery et Archamps via Cornavin et la Praille. ça existe et ça marche ailleurs notamment à Mulhouse. Son communiqué de presse qui n'a pas eu le succès de la conférence du conseil d'Etat sur l'envol des coûts du CEVA mérite une lecture attentive. L'idée d'un train-tram nord sud est un intelligent complément de la liaison Cointrin Annemasse vallée de l'Arve.

Une voie, c'est la fameuse troisième voie que Genève et Vaud appellent de leur voeux depuis quelque temps pour augmenter la cadence des RER entre La Côte et Cornavin. Une troisième voie coûteuse, car il faut indemniser les riverains qui résistent becs et ongles et construire des murs antibruit. Un projet sans avenir, car jamais on ne pourra construire une quatrième voie au coeur de la conurbanisation nord-lémanique.

Une ligne, qui relierait à 250 km/h la gare de Cointrin, rebaptisée Genève Voltaire Aéroport à la ligne Milan-Paris, mettant Neuchâtel et Berne à moins d’une heure de l’aéroport. Cette proposition replace le débat ferroviaire à son bon niveau, celui d'un moyen de transport entre les cités européennes.

Lire la suite

mercredi, février 25, 2009

CEVA: le syndrome stade de Genève?

rer la plaine cornavin.pngSoixante-six millions pour réduire le bruit des trains et 41 millions pour régler les quelque 300 remarques et demandes de l'Office fédéral des transports le 5 juin 2008 dernier. Pas un franc pour l'inflation courue depuis le vote genevois du crédit cadre du CEVA de 400 millions de francs fin juin 2002 (auquel s'ajoute les 540 millions de Berne). On peut l'évaluer à au moins 6% pour le génie civil, soit 60 millions, si l'on en croit l'indice des prix du génie civil de l'OCSTAT.

La Tribune de ce matin indique une facture finale de 1,47 million de francs sur la base des des soumissions des entreprises, soit une hausse de 300 millions ou une inflation de 30%! Manifestement le crédit supplémentaire du gouvernement a été dimensionné à la baisse... Un détail sans doute. Robert Cramer, flanqué des conseillers d'Etat Unger et Muller, espère donner le premier coup de pioche avant la fin de son mandat.

Il faudra donc que le Grand Conseil bouscule son ordre du jour plétorique pour adopter en urgence ce gros bonbon, qui représente 11% de la facture initiale du Cornavin Annemasse version 1912. Déjà l'UDC est en embuscade. Que feront les libéraux qui ont soutenu l'initiative des opposants? Un référendum en septembre? Les jeux sont faits. La crise aidant, les Genevois voteront les yeux fermés. Le premier crédit d'une longue série de rallonges?

Le chantier pourrait démarrer demain, insiste le Conseil d'Etat, qui a décidé de faire recours auprès du Tribunal fédéral contre le refus par le Tribunal administratif fédéral d'accorder la levée de l’effet suspensif des recours pendants. CFF et autorités genevoises estiment notamment, indique le communiqué de presse de cet après-midi, que "toutes les charges de l'OFT ne les empêchent pas de commencer les travaux".

Lire la suite

mercredi, février 11, 2009

Genève Voltaire Aéroport: il y a un plan B au projet d'agglo!

bisons.png15 communes: 7 suisses (Grand-Saconnex, Collex-Bossy, Pregny-Chambésy, Bellevue, Meyrin, Versoix, Genthod) et 8 françaises (Ferney-Voltaire, Ornex, Prevessins-Moëns, Segny, Versonnex, Sauverny, Cessy, Gex) tel est le périmètre du périmètre d'aménagement coordonné d'agglomération de Ferney-Voltaire lancé le 4 février dernier. C'est le sixième PACA mis sur les rails par le projet d'agglomération franco-valdo-genevois depuis juin 2008. La durée de l'étude est d'un an.

L'objectif est de définir au travers d'un exercice de démocratie participative les "potentiels d'urbanisation pour loger 14'000 emplois et 10'000 habitations à l'horizon 2030 et ce notamment le long de l'axe Cornavin-Ferney-Voltaire et autour des pôles urbains du Grand-Saconnex, de Ferney-Voltaire et de Gex, y compris le développement du pôle de l'aéroport, notamment au Nord-Ouest et mise en valeur des entités paysagères du site." Cette étude prend en compte les "développements déjà décidés : jardins des Nations, requalification de l'axe routier Ferney-Voltaire-Gex (RD 1005)"

Tels sont en résumé, selon la fiche technique que l'on trouve sur le site du projet d'agglo FVG, les enjeux du PACA Ferney-Voltaire.

Lire la suite

jeudi, octobre 09, 2008

PAV: les questions qui fâchent

maquette pav.pngImpossible évidemment d'évoquer toutes les questions à propos de La Praille. Le débat organisé par la Tribune en a déjà soulevé de multiples hier soir à Uni Dufour. N'empêche que quelques questions clés devront trouver des réponses prochainement sir le PAV ne veut pas rester en panne. La principale, celle dont l'impact économique se chiffre en milliards de francs, concerne la plus-value foncière que ne pas manquer de générer le changement de zone. Une autre question délicate sera la gouvernance de ce projet.

Une troisième question à peine abordée hier soir est celle de l'avenir de la gare de La Praille. Quatrième question: l'autoroute des jeunes doit-elle être conservée jusqu'à la Jonction? Le Groupe d'urbaniste 500 mètres de ville en plus, qui devrait lancer dans le débat cet automne un nouveau plan directeur cantonal, rêve toujours de poursuivre cette route en tunnel sous Saint-Jean pour rejoindre la région de l'aéroport. Le débat ne fait que commencer.

Lire la suite

Monsieur "je ne sais pas" pilote le PAV

débat tg 8 oct.pngLa Tribune a fait salle comble hier soir à Uni-Dufour. Mais le public a dû ressortir de ces deux heures de débat sur l'avenir du quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV pour les intimes) avec un sentiment mitigé. Beaucoup d'informations, pas toujours très exactes, beaucoup de non dits aussi. Et un conseiller d'Etat qui, à plusieurs reprises, a répondu simplement "je ne sais pas" aux questions de Pierre Ruetschi, rédacteur en chef de la Julie, de Christian Bernet, responsable du dossier Praille à la Tribune, et du public.

A quand le premier des neuf gratte-ciel prévus à l'Etoile? Mark Muller a hésité. 2014, a-t-il lâché. Rémi Pagani veut d'abord "remettre le projet dans le bon sens" et parler de la participation citoyenne (applaudissements). Le magistrat de la Ville ne voit pas de tour avant 2018, 2020. Le conseiller national Verts Antonio Hodgers et l'architecte Bénédicte Montant parient pour 2016. Quant à Xavier Comtesse, directeur romand d'Avenir suisse, il a réglé la question par une boutade: " A Lausanne, ils mettent en oeuvre, à Genève, on est champion de la mise en questions!"

Lire la suite

mercredi, octobre 08, 2008

Des logements à La Praille? Légitime mais pas idéal!

tg 8 oct sondage.pngPlus de logements à La Praille? La demande des lecteurs de la Tribune est légitime. Les habitants de la région souffrent tous de la pénurie. Le manque de logements a plusieurs effets pervers: elle pousse les loyers genevois à la hausse, elle augmente le trafic automobile des travailleurs forcés de se loger hors du canton, elle enrichit indûment les propriétaires. Ces sujets seront-ils abordés ce soir au débat qu'organise la Tribune à Uni-Mail?

De fait, une majorité des citoyens genevois - la moitié de la population du canton - n'a pas encore compris que le seul moyen de rompre ces trois cercles vicieux dommageable au bien commun, ce n'est pas, comme le leur dicte l'ASLOCA, plus de régulation et plus de contrôle, mais c'est plus de logements qui faut offrir sur le marché genevois. Construire à La Praille n'est cependant pas la meilleure solution, sauf si l'on y construit des tours de logements.

Lire la suite

mardi, octobre 07, 2008

Quel avenir, quelle gouvernance pour La Praille?

tg 6 octobre 08.png"Genève tient au logement social", "Carouge ne veut pas rater le train", "Lancy rêve de terrains de foot". L'art du titre est un art impossible. Comment en quelques mots résumer une intention, une politique sans la trahir ou sans tomber dans l'anecdote. La page 3 de la Tribune de Genève en offrait hier un parfait exemple à propos de l'avenir du quartier de La Praille Acacias Vernets, qu'on devrait d'ailleurs mieux appeler Basse vallée de la Drize et de l'Aire, lesquelles s'écoulent canaliser sous la route des jeunes. Une route construite dans le cadre d'un chantier social au temps de la grande crise des années 30. Surmontée au temps de l'ambitieux plan directeur cantonal 2000 - la Genève des 800'000 habitants - d'une voie centrale autoroutière, l'axe majeur du quartier est désormais l'artère principale qui draine la circulation automobilie du centre ville et, grâce à la bretelle de Plan-les-Ouates, raccorde ce tronçon longtemps orphelin au réseau international.

Lire la suite

mardi, septembre 09, 2008

Cheffe du PAV!

pav maquette.jpgDirectrice de la très controversée Police des constructions, Sylvie Bietenhader sera intronisée ce mercredi par le Conseil d'Etat nouvelle patronne à part entière du projet d'urbanisation Praille Acacias Vernets, le fameux PAV. Mark Muller a confirmé dans l'édition de cette semaine du gratuit Tout l'immobilier la fin de son interim mis en place le 13 juin. Après la nomination avortée de l'ex-patron de l'UBS Genève, Benoit Genecand, parti moins de trois mois après sa nomination surprise, le futur Geneva Green Downtown a-t-il trouvé chaussure à son pied? On est loin en tout cas de la pointure de prestige international dont le Conseil d'Etat  rêvait. Lire l'article de la Tribune.

Lire la suite

mardi, septembre 02, 2008

Bernex, La Praille, Ambilly: une idée pour sortir de l'impasse annoncée

proregio.pngA Bernex, en 2030, vivront 24'000 habitants et travailleront 9800 personnes. C'est le but que s'est fixé le projet d'agglomération franco-valdo-genevois. Mais ce rapport de 40% d'emplois est l'oeuvre des autorités de Bernex et du plus impliqué d'entre elles, Serge Dal Busco, ingénieur civil et président de l'Association des communes genevoises, qui a dit au ministre cantonal du Territoire Robert Cramer: "Tope-là! Bernex est d'accord de devenir un des futurs centres régionaux de la métropole Genève, mais pas question d'être une "cité dortoir". Nous réclamons un emploi par nouvel habitant."

L'administration cantonale a fait la grimace, mais le ministre a dit ok. Reste à mettre ce projet en musique. Et là Bernex peut innover et devenir un laboratoire démocratique de l'aménagement du territoire pour Genève. On en débat dès ce soir à 20 heures, à l'Ecole de Cressy. [cliquez sur le lien pour voir le programme, cliquez sur les images et les cartes pour les agrandir]

Lire la suite