mardi, novembre 13, 2007

Bouchons: comment réagir?

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

La Tribune de ce mardi 13 novembre ouvre le débat sur la mobilité à Genève et organise un grand débat le 21 novembre à Uni-Dufour.

 

Pour participer à la réflexion et faire part de vos propositions, plusieurs possibilités sont ouvertes:

  • prenez la parole sur http://forum.tdg.ch intitulé "Comment débloquer Genève?". Plus de 130 internautes ayant ouvert un compte Tribune ont déjà déposé une contribution. Pour s'enregistrer et ouvrir un compte Tribune cliquez ici
  • consultez ce blog http://metropolegeneve.blog.tdg.ch où tout un chacun peut laisser un commentaire sans inscription préalable. Pour participer au comité des auteurs, il suffit d'envoyer une demande à cette adresse blog@tdg.ch. Vous recevrez la marche à suivre.
  • écrivez au courrier des lecteurs. Adressez votre lettre (moins de 1500 signes espaces compris) par courriel à courrier@tdg.ch ou par poste à la Tribune de Genève, rubrique Courrier des lecteurs, cp 5115, 1211 Genève 11. Cependant la place dans l'imprimé est réduite, toutes ne pourront pas être publiées.
  • créez votre propre blog personnel et expérimenter le défi éditorial. ça n'est pas plus difficile que de rédiger un courriel. Suivez le mode d'emploi ici.

 

Dans tous les cas rédigez vos textes avec concision, courtoisie, pertinence et signez-les. L'absence d'une de ces qualités peut entraîner l'effacement de votre message.

JFM

08:15 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6)

jeudi, novembre 08, 2007

Une nouvelle cité satellite à Bernex?

"Quelle est la grande nouvelle de la séance du Conseil d'Etat du mercredi 7 novembre?" s'est interrogé mercreid 7 novembre Robert Cramer devant une poignée de membres de l'AGEDRI.

 

"Non ce n'est pas la décision du jour du Conseil d'Etat qu'il n'y aura pas d'élection partielle au gouvernement, ce n'est pas non plus que l'Exécutif a déclaré irrecevable l'initiative anti-CEVA, que tout le monde savait irrecevable dès le moment où elle a été lancée. Et ce n'est encore pas la hausse des tarifs de l'électricité.

"Non la véritable nouvelle a poursuivi le chef du Département du territoire, c'est la décision du gouvernement genevois de lancer la première tranche de l'urbanisation de Bernex*, au nord de la route de Chancy. 500 logements y seront construits et une nouvelle zone industrielle aménagée de 1300 emplois." [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

 

 

Pour le magistrat Verts, l'urbanisation de Bernex Est est surtout un des piliers du projet d'agglomération que Genève, la région française et le district de Nyon sont en train de peaufiner pour le présenter à Berne avant la fin de l'année. La deuxième étape de l'urbanisation de Bernex s'inscrit en effet dans le cadre de Genève 2030 et verra l'érection de plusieurs milliers de logements. Une nouvelle cité satellite? Difficile à dire, les études ne font que commencer.

 

Bernex-Est, le CEVA, la construction des tours à la Praille-Acacias, l'urbanisation le long de la voie Eaux-Vives Thônex, le rectangle d'or à Cointrin et l'Etoile Annemasse-Genève sont désormais des projets coordonnés dans une vision sinon une gestion transfrontalière cohérente. Une vision auquel le prochain plan directeur 2010 devrait force de loi.

 

Cette annonce de Robert Cramer a cependant résonné comme un glas pour l'AGEDRI. L'Association franco-valdo-genevoise pour le développement interrégional venait de se faire harakiri quelques minutes plus tôt à l'aube de ses 22 printemps. Le projet d'agglo, c'était la raison d'être de l'AGEDRI.

 

Créée par Paul Gilliand en 1985, longtemps présidée par Pierre Milleret, l'association n'a cessé de réclamer une urbanisation concertée du bassin genevois et aussi un rapprochement des législations au service d'une population pour laquelle l'existence de frontières politiques est de plus en plus un handicap et un facteur d'inégalités, de tensions même. L'annonce du conseiller d'Etat Cramer était au fond pour les vieux grognards de l'AGEDRI la reconnaissance ultime que leurs efforts nombreux et documentés (2 mères cubes d'archives) avaient enfin abouti. Au moins sur le papier.

 

Car la mise en œuvre du projet d'agglomération réclamera une ténacité et une volonté politique qu'il faudra certainement aiguillonner. Quel phénix renaîtra des centres de l'AGEDRI. Qui reprendra le flambeau des relations interrégionales? Il ne suffira pas comme l'on proclamé Pierre Milleret et le maire d'Annemasse Robert Borrel de se proclamer citoyen transfrontalier pour réaliser d'un coup de baguette magique des institutions en adéquation avec ce qui reste aujourd'hui une parfaite virtualité.

 

J.-F. Mabut

* Bernex-Est : 1300 emplois et 500 logements en première étape

Commune de BernexLe Conseil d'Etat confirme la proposition du comité de pilotage ad hoc de poursuivre, en les réorientant, les études d'aménagement relatives au périmètre d’aménagement coordonné (PAC) de Bernex-Est. Ces études seront conduites par le département du territoire (DT), en collaboration avec le département de l'économie et santé (DES) et en concertation avec les communes de Bernex, Confignon et Onex.

Dans la première phase d'étude, il est prévu de planifier 1'300 emplois dans la future zone d'activités qui se situera au nord de la route de Chancy et à l'ouest de la bretelle d'accès de l'autoroute. L'étude de ce secteur sera complétée par la programmation de 500 logements sis essentiellement à l'ouest du quartier de Saint-Mathieu et par l'aménagement, à l'est du périmètre d'étude, d'un espace dévolu au délassement et cas échéant à des équipements, et qui constituera la césure verte préconisée par le plan directeur cantonal. Les études d'urbanisme de cette première phase seront à mettre en relation avec l'arrivée du tramway à Bernex, prévue en 2011, et du prolongement de la ligne sur la route de Chancy.

Dans une deuxième phase, la planification du secteur Bernex-Est sera intégrée dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, dont les principes sont en cours d'élaboration. Entre temps, l'ensemble de ces études pourront être analysées et complétées par les options développées dans le cadre du projet de plan directeur communal de Bernex, dont l'élaboration est programmée en 2008.

Le secteur de Bernex-Est est situé en grande partie en zone agricole, dont le déclassement ne pourra se faire qu'à des conditions d'aménagement très strictes. Il conviendra donc de tenir compte des travaux préalables qui ont permis de définir, d'une part, l'opportunité et l'intérêt de l'implantation dans le secteur d'entreprises de bio et de hautes technologies et, d'autre part, les conditions à respecter, notamment du point de vue de l'environnement et de la mobilité.

Pour toute information complémentaire : M. Alfredo Scilacci, chef de service, direction de l’aménagement du territoire, DT, Tél. 022 325 11 50.

 

07:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (18)

mercredi, novembre 07, 2007

Morte à 22 ans!

Hier soir sur le coup de 18h30, le très élégant président Milleret a constaté la mort clinique de l'AGEDRI. Dix-sept membres venaient de voter à l'unanimité la dissolution d'une association qui aura porté durant 22 ans haut et fort les couleurs de la région franco-valdo-genevoise.

 

La fortune de l'association sera versée à des mouvements qui poursuivent les mêmes buts. Le nom et le site internet seront conservés et protégés. Quant au capital intellectuel, il pourrait se redéployer notamment sur ce blog.

 

Scintillantes mais muettes derrière les baie vitrées de l'immeuble des syndicats patronaux, Genève et sa banlieue n'ont pas entendu l'éloge funèbre prononcée par les vieux combattants des relations régionales: l'ancien syndic de Nyon, Denis Linglin du Pays de Gex, Robert Borrel maire d'Annemasse et par Robert Cramer, ministre de l'aménagement du territoire et porteur du projet d'agglomération Genève 2025.

 

"L'Association franco-valdo-genevoise pour le développement des relations interrégionale disparaît faute de combattants, mais peut-être davantage faute d'une cause à défendre", a déclaré Robert Cramer, qui, après les propos visionnaires et chaleureux d'un Robert Borrel toujours en verve, a laissé son discours officiel de côté.

 

De fait, la plupart des commissions d'étude, des chartes et des conseils lancés depuis 1985 par l'AGEDRI sont désormais en main des autorités élues. Au sein du Comité régional franco-genevois dont la composition s'est démocratisée et qui a vu ses attributions s'élargir. Dans le cadre du comité de pilotage du projet d'agglomération, véritable gouvernement fantôme de la région. Au travers des GLCT, ces accords transfrontaliers qui ont permis notamment de donner corps à l'accord tarifaire des transports publics Unireso.

 

C'est faire preuve de courage que de cesser son activité a remarqué pour sa part le toujours fringuant Claude Haegi qui fut un membre fondateur avant de créer, devenu conseiller d'Etat, le premier service des Affaires régionales.

 

Néanmoins d'aucuns s'interrogeaient: l'AGEDRI qui fut fondée par Paul Gilliand, ancien Délégué aux affaires régionales, pour disposer d'un relais dans la société civile n'aurait-elle pas toujours sa raison d'être aujourd'hui? Robert Cramer en est convaincu qui a appelé les vieux militants à rester des sentinelles vigilantes à l'heure où le plus dur reste à faire: réaliser concrètement une métropole régionale de rang européen.

 

Jean-François Mabut

23:07 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

mardi, novembre 06, 2007

Des voies et des sites franco-genevois

Ce blog est ouvert à qui veut prendre la parole sur l'avenir de l'agglomération genevoise. Pour poster un avis, trois possibilités:

Le projet d'agglomération couvre neuf domaines, mais c'est principalement le sujet des infrastructures de transports qui est en cours de bouclement. Genève doit en effet envoyer sa copie avant la fin de l'année à Berne si le canton veut participer au partage du gâteau de 6 milliards sur 20 ans, associé à la loi qui entre en vigueur le 1er janvier. Lire aussi ici

 

La carte ci-dessous présente deux informations intéressantes:

  1. la carte des autoroutes. La liaison Genève Annecy est anticipée tandis que le futur pont sur le Rhône qui devrait permettre de désenclaver le Pays de Gex vers le sud est juste suggéré. Quant à la liaison de cette voie expresse avec l'autoroute suisse, elle n'est pas signalée. Pas plus que la traversée du lac ou que l'autoroute du Chablais.
  2. Le six sites d'implantation de nouvelles entreprises ont fait l'objet d'une promotion commune franco-genevoise dans le cas d'une partenariat public privé en juin dernier lors du salon immobilier de Cannes.

 

lundi, novembre 05, 2007

Genève 2025: rien sur la question fiscale?

En politique, la question fiscale est cruciale. Pas d'argent, pas de Suisses! Bien connue, l'expression* de François 1er vaut en fait pour toutes les nationalités. Elle ne renvoie nullement à la supposée pingrerie des Helvètes, mais au fait que le roi de France fauché comme les blés - la faillite de la France ne date pas d'aujourd'hui - ne pouvait pas payer ses mercenaires aux bras noueux.

 

Dans le projet d'agglomération Genève 2025, le volet fiscal apparait singulièrement absent. Plus largement, rien n'est dit, pour l'instant, sur les organes directeurs, législateur, exécutif, judiciaire qui seront chargés de mettre en oeuvre ces politiques ambitieuses.  

 

Quel est votre avis à ce sujet? Vous pouvez participer à ce blog soit en ajoutant un commentaire à ce billet, soit en participant au comité des auteurs du blog. Dans ce cas, il suffit d'envoyer un courriel au sous-signé qui vous enverra la procédure et le mot de passe.

 

* Lors de la bataille de Pavie (1525), ces mercenaires au service du roi François Ier se mirent en grève parce qu’ils n’avaient pas été payés : « Pas d’argent, pas de Suisses ! » selon le Monde diplomatique

 

 Jean-François Mabut

 

mercredi, octobre 31, 2007

L'agglomération Genève, une métropole française et européenne?

Projet d'agglomération côté suisse, projet métropolitain côté français, les grandes manœuvres qui décideront de l'avenir du grand Genève, de Bellegarde à Thonon et de Rolle à Cruseilles entrent dans la dernière ligne droite.

 

D'ici la fin de l'année le canton de Genève doit remettre sa copie à Berne. Enjeu, la distribution par la Confédération d'une manne de quelque 6 milliards de francs pour les transports d'ici à 2028 dans le cadre de la loi sur le fonds d'infrastructure qui entre en vigueur le 1er janvier 2008.

 

Comme d'habitude Genève, dont les différents comités franco-valdo-genevois ronronnent depuis longtemps, s'y est pris au dernier moment. Le projet d'agglomération a été lancé par la Confédération en 2001. Une trentaine de villes et de cités suisses ont déjà organisé leur couronne municipales ou sont en voie de l'achever. Genève met les bouchées doubles pour rattraper le temps "perdu".

 

Assise sur deux cantons, Vaud et Genève, deux départements, l'Ain et la Haute-Savoie et deux pays, soit au total 204 communes et 730'000 habitants, l'agglomération genevoise est particulièrement complexe à mettre en œuvre.

 

Les enjeux sont d'importance.

  • Où habiteront, où travailleront les quelque deux cent mille nouveaux habitants que le bassin genevois pourrait accueillir d'ici 2025?
  • Comment circuleront-ils.
  • Va-t-on vers une égalisation des conditions économiques et sociales, salariales notamment, de part et d'autre de la frontière?
  • Qu'en sera-t-il de l'éducation, de la santé, de la culture et de l'environnement?

 

Autant d'enjeux qui jusqu'à présent n'ont étonnamment fait que très peu l'objet de débat public.

 

S'il est une chose que le projet d'agglomération genevois a raté, c'est la communication. Le site internet du projet http://www.projet-agglo.org est particulièrement indigent.

 

Ce blog est une très modeste tentative de permettre aux Genevois et aux habitants du Genevois haut-savoyards, du Pays de Gex et du District de Nyon d'exprimer leurs attentes, leurs ambitions pour la région, leurs craintes aussi.

 

Ne vous demandez pas ce que le grand Genève peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le grand Genève, pour que la région soit en situation de faire vivre ses habitants dans la prospérité et l'harmonie. Pour que la région devienne aussi une des onze métroples françaises qui comptent sur le plan européen. Puisque telle es l'ambition du projet métropolitain français.

 

Ce blog est créé pour que vive le débat sur l'avenir de l'agglomération centrée autour de la ville de Genève.



  • Pour y participer, il suffit d'adresser un courriel à Jf.mabut@edipresse.ch et vous recevrez la procédure d'accès à l'éditeur de ce blog.



Ce blog est placé sous la responsabilité de ses auteurs et géré par Jean-François Mabut, responsable des blogs à la Tribune de Genève.



Les billets et les commentaires trop longs, discourtois, hors sujet ou anonymes pourront être supprimés.



Au plaisir de vous lire.



Jean-François Mabut

07:55 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

lundi, septembre 17, 2007

La Coopération métropolitaine vue depuis la France

Définition d’une métropole:

Vaste régions organisées autour d’aires urbaines de plus de 500’000 habitants et associant des villes moyennes

Constats:

–Les métropoles sont les motrices de l’économie
•Les emplois les plus qualifiés dans les secteurs de pointe se sont développés dans les grandes villes.

•Les métropoles devancent de 10 ans les évolutions économiques et amplifient la mutation vers une économie des savoirs.

 

Quelques points de motivations:
–Constituer une gouvernance métropolitaine en impliquant les acteurs publics et privés
–Les enjeux du développement durable des agglomérations se situent presque toujours à une échelle plus large que celle du périmètre des communautés urbaines et suggèrent des coopérations élargies.

–L’ouverture internationale de l’économie locale et la nécessité de considérer le territoire métropolitain comme le territoire de référence dans la compétition que se livrent les métropoles.

 

15 projets retenus dont celui de la Métropole franco-valdo-genevoise
Le 24 novembre et 29 novembre 2005 se sont tenues les journées techniques de coopération métropolitaines avec 100 participants, présence de 14 métropoles sur 15, manquait… Genève

Pourquoi ?

 

 

Charly Schwarz

 

 

20:15 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Que devient le Rectangle d'Or ?

La vie de la problématique transfrontalière à Genève semble suivre son cours de manière cyclique depuis maintenant plus de 15 ans. Chaque cycle de 4 à 5 ans entraîne avec lui nombre d'énergies, de compétences, de planifications diverses, de coordinations interdisciplinaires, interinstitutionnelles, inter-de-toutes-sortes-de-choses pour aboutir soit sur un nouveau projet, soit vers une impasse qui, bien sûr, ne doit pas dire son nom !

 

En 1992, sous l'impulsion de Philippe Joye, le CRFG publia une Charte d'aménagement de l'agglomération transfrontalière franco-valdo-genevoise. Une dizaine de projets transfrontaliers, répartis sur cinq pôles de développement, devaient donner aux plans directeurs futurs une orientation concertée de part et d'autre de la frontière.

 

Dès la fin des années nonante, l'un des éléments de cette charte d'aménagement a connu un déploiement particulièrement prononcé, le Rectangle d'Or, appelé également "Pôle Genève-Gex". Il s'agissait alors de planifier le développement territorial, social, économique et démographique de la région transfrontalière de l'Aéroport International de Genève.

 

Or, depuis 2005, on ne parle plus du Rectangle d'Or, mais plutôt du Projet d'Agglomération Franco-Valdo-Genevois, dans lequel, cependant, ledit Rectangle d'Or devrait prendre sa place. Pourtant un énorme travail a été effectué, sous la direction du CRFG, par un responsable de projet engagé à plein temps de 2000 à 2005. Le projet entrait même dans une phase opérationnelle par la création d'un GLCT (Groupement Local de Coopération Transfrontalière) financé par les institutions cantonales (Genève et Vaud), départementales (Ain, Haute-Savoie), régionale, communales, éventuellement nationales et même européenne (fonds Interreg) pour la part publique, et par des banques et entreprises privées intéressées par l’investissement et/ou par une future implantation.

 

 

Las, au moment où chaque acteur a vraiment dû se découvrir et s’engager à participer financièrement à cette structure opérationnelle, la politique politicienne vint perturber cette réalisation. Des séances d’information au public se transformèrent en un affrontement entre les supporters et les adversaires au Projet, soutenus par des élus qui en firent leur cheval de bataille personnel…

 

Il est vrai qu’un projet d’aménagement du territoire est très difficile à communiquer au public, car parler de « zone d’activités transfrontalières et internationales », de « mise en place d’un réseau de transport transfrontalier », de « restructuration du secteur urbain de l’aéroport », etc. équivaut à éveiller la méfiance des habitants face aux spécialistes maniant de tels concepts. Alors, pour mieux se faire comprendre, des exemples ont été donnés. Et ces exemples ont été pris pour argent comptant, comme l’arrivée de DHL sur le côté « Jura » de l’aéroport (et lorsqu’on sait que DHL fait voler ses avions 24 h. sur 24…), comme la création de nouveaux quartiers d’habitations collectives (et donc sociales !) à proximité des lotissements pavillonnaires !

 

Fort de ces rumeurs savamment répandues, un maire a organisé un référendum dans sa commune « Pour ou contre le Rectangle d’Or », et comme il était lui-même opposé au projet, on devine bien quelle en fut l’issue ! Un autre maire a exigé que les instances décisionnaires du projet ne prennent leurs décisions que « selon la règle démocratique de l’unanimité », selon ses propres termes ! Alors que la collaboration transfrontalière est souvent citée comme exemplaire, on perçoit nettement les tentations de dénoncer « la part belle donnée à la partie suisse du projet », alors que, justement l’objectif est de rapprocher le côté français à un niveau plus comparable économiquement au côté suisse. On comprend dès lors que cet ambitieux projet devienne aujourd’hui « politiquement intouchable » ! On comprend cependant mal comment des Robert Cramer et des Etienne Blanc assistent sans réagir à cette situation…

 

 

C’est regrettable, car le développement de la région et de l’aéroport se fera de toute façon. Sans ce type de projet, il est à craindre que le déséquilibre actuel aille en s’aggravant et toutes les énergies humaines et financières dépensées l’aient été pour rien.

 

dimanche, septembre 16, 2007

Une véritable 3e voie !

Il existe au pied du Jura entre Bellegarde et Divonne presque toutes les installations pour réaliser, dans le cadre d’un projet d’agglomération, une ligne ferroviaire afin de décharger le « trafic passager » en transit par la gare de Cornavin.


Cette revalorisation mise en relation avec le CEVA et l’extension de la ligne de tram entre le CERN et St-Genis  permettrait de faciliter l’accès à cette grande de zone de développement de Genève comprise entre Balexert et les contreforts du Jura.
Cette réalisation facilitera l’accès à l’ouest de Genève aux personnes en provenance de l’Ain et de  Terre Sainte sans transiter obligatoirement par le centre de Genève ou à défaut d’utiliser leurs véhicules privés.


Il suffit d’électrifier la ligne et de réaliser le petit tronçon de rail entre Divonne et Nyon.

 

Charly Schwarz

vendredi, septembre 14, 2007

Quelle métropole genevoise en 2025?

Bonjour

 

Ce blog est créé pour que vive le débat sur l'avenir de l'agglomération centrée autour de la ville de Genève.

 

  • Pour y participer, il suffit d'adresser un courriel à Jf.mabut@edipresse.ch et vous recevrez la procédure d'accès à l'éditeur de ce blog.

Ce blog est placé sous la responsabilité de ses auteurs et géré par Jean-François Mabut, responsable des blogs à la Tribune de Genève.

 

Les billets trop longs, discourtois ou anonymes pourront être supprimés.

 

Au plaisir de vous lire

 

Jean-François Mabut