jeudi, avril 22, 2010

Tous contre les villas en ville! Trois outils pour avancer

gugger epfl.pngPic-Vert n'était pas là, la Chambre genevois immobilière non plus. Résultat personne n'a défendu, mardi soir, les propriétaires des villas situées dans un rayon de quatre kilomètres autour de la ville de Genève. Pourtant "c'est là qu'il faut bâtir les 50'000 logements, dont le canton de Genève a besoin pour accueillir 100'000 habitants attendus d'ici 2030", a martelé - dans un discours un peu prétentieux - Simon Chessex, le premier assistant d'Harry Gugger. Professeur à l'EPFL, ancien du bureau herzog&de Meuron, Harry Gugger est directeur du Lapa. Il a été mandaté par la Chambre genevoise de commerce de Genève pour penser la ville en ville. La Tribune a évoqué le projet dans ses éditions du 16 avril.

Dans une Salle des Abeilles comble, l'équipe de l'architecte bâlois a... un peu enfoncé des portes ouvertes..., que les Genevois s'étaient, il est vrai, empressés de fermer, notamment en pariant sur le projet d'agglomération franco-valdo-genevois version Cramer.

Voilà en effet plus de 60 ans - Genève a créé les premières zones d'aménagement du territoire dès 1929 et a été pionnier en Suisse - que le peuple genevois a décidé, via des lois votées par le Grand Conseil, que la ville devait être construite en ville. En vain.

DSC04825.JPGTrès vite, en effet, il - ou son gouvernement - a oublié ce beau précepte de durabilité et d'économie d'énergie pour construire des cités satellites. Ce furent Meyrin, Vernier, Onex, Lancy, Thônex, Versoix dans les années 50 et 60. Puis Genève est entrée en hibernation. Le projet d'agglo est une nième tentative de sortir de l'ornière. Son principe reste le même que celui qui a présidé aux cités satellites. On l'appelle aujourd'hui ville multipolaire. Les pôles sont désormais hors du territoire cantonal. Il s'agit de Nyon, Ferney, Saint-Genis, Saint-Julien, Annemasse, Thonon, qu'on reliera par tes trams (lents) et des RER (coûteux).

Sur ce point, Gugger et son équipe ont raison de remettre l'église au milieu du village et de défendre une densification de qualité des quartiers villas situés à moins de quatre kilomètres du centre ville. Problème, ils n'ont pas vraiment présenté des outils nouveaux pour réaliser leur projet. Ils parient sur la concertation, le partenariat public privé et l'assouplissement des règles d'urbanisme.

Modestement, je vais donc proposer trois outils.

Lire la suite

lundi, avril 12, 2010

Des frontaliers suisses travaillant en France? Les internautes n'y croient pas

tg une calmy Lellouche 10 avril 10.pngLe sujet fait la une de la Tribune et l'entier de la première page du cahier Genève et Région, mais pas grand chose ailleurs dans les autres médias qui se contentent, côté suisse, de reprendre l'article de l'ATS (lire ci-dessous). C'est l'appel à lutter contre la xénophobie de Micheline Calmy-Rey que l'agence a choisi de mettre en exergue, ce qui a évidemment suscité divers commentaires, dont ceux de Mauro Poggia, de Pascal Décaillet et de l'inévitable Eric Stauffer, auxquels répondent le député libéral Daniel Zaugg et le publiciste Philippe Souaille.

Du bruit médiatique par rapport à l'avenir de la région, qui sera bien davantage déterminé par les "zones à statut spécifique" que la France pourrait créer pour contrer la concurrence suisse sur les emplois ou par le fait que le stade de Genève puisse devenir le stade de la région.

En France, le Dauphiné libéré consacre un article à l'assemblée des transfrontaliers en page 5 de son édition dominicale, mais ne le reproduit pas sur son site internet. Le site internet de l'hebdomadaire Le Messager est également muet.

Le 19/20 de France 3 ne cite ni les propos de la ministre suisse des Affaires étrangères ni ceux du secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, qui ont consacré leur samedi après-midi à Annemasse au Groupement transfrontalier européen. L'association parle pour quelque cent mille frontaliers français travaillant en Suisse.

Lire la suite

vendredi, avril 09, 2010

Les communes du Genevois français en ordre de marche

Blanc Etienne Divonne.pngC'est fait! En deux assemblées et moultes tractations préalables, les 117 communes françaises qui entourent Genève et abritent 342'697 habitants au 1er janvier 2010 ont transformé l'ARC, l'Association régionale de coopération, en un Syndicat mixte, une structure juridique capable de conduire des projets, de recevoir des financements, d'engager du personnel.

L'ARC SM, présidée par le député maire de Divonne Etienne Blanc, se positionne comme un des interlocuteurs majeurs du canton de Genève et de la Confédération suisse pour donner au projet d'agglomération franco-valdo-genevois un deuxième souffle. Agglo 2 doit être signé d'ici le 30 juin 2010.

La balle est désormais dans le camp français. Si Genève doit mettre la briquette pour construire des logements, en matière de financement des infrastructures de transport et d'accueil des entreprises et donc des emplois, les Français ont tout à faire.

A noter qu'Etienne Blanc dirige actuellement une Mission parlementaire sur la coopération transfrontalière. Le député maire de Divonne verrait bien la création de zones d'activés spéciales dans la région permettant aux entreprises d'opter pour le droit suisse en matière sociale et fiscale. Son rapport est attendu dans quelques semaines.

Lire la suite

mercredi, mars 17, 2010

SOS! La paralysie menace la métropole lémanique

eperon Patrick Vaud.jpgLe SOS émane du Pays de Vaud, plus particulièrement le Centre patronal vaudois dont 24 heures a relayé le propos dans un papier consacré à sa dernier publication: Politique des transports: l’heure des métropoles*. Le conseiller national radical-libéral Hugues Hiltpold me l'a signalé hier via Twitter.

L'occasion de reprendre l'activité de ce blog endormi depuis le début de l'année. Faute de temps. Faute aussi en partie non pas de sujets, mais de clarification sur qui fait quoi désormais au Conseil d'Etat en matière de relations régionales et de leadership donc sur le projet d'agglomération franco-valdo-genevois.

Qui est aux commandes? Pierre-François Unger, ministre des Relations exétérieures ou Mark Muller, redevenu au détour du remaniement des ministères en décembre denier, le grand patron de l'aménagement du territoire? On en finirait par regratter Robert Cramer.

Le 11 mars dernier, le Comité de pilotage dudit projet s'est réuni. Dans le communiqué de presse, on apprend que Mark Muller en a pris les commandes avec le député maire de Divonne Etienne Blanc,  président de l'Association des communes française de la région (ARC devenue syndicat mixte la semaine dernière), et le conseiller d'Etat vaudois Jean-Claude Mermoud. Le temps presse le projet d'agglo 2 doit être bouclé d'ici le 30 juin prochain.

Lire la suite

mercredi, janvier 06, 2010

Praille Acacias Vernets: Grobet reprend le pouvoir

pav plq et communes avec légende.pngJe l'avais parié. La votation référendaire sur la Praille, à laquelle seuls les citoyens de la ville de Genève devaient être conviés le 29 novembre puis le 7 mars prochain, est annulée. La décision a été prise par le Conseil d'Etat à la veille de Noël, mais elle n'a été rendue publique que ce matin. (Lire le communiqué ci-dessous)

L'ancien conseiller d'Etat Christian Grobet a réussi un nouveau coup en forçant le gouvernement à négocier un nouveau projet de loi.

On assiste à un remake de la surélévation des immeubles, dont le premier projet de loi avait été combattu par les milieux de la défense du patrimoine et des locataires, avant d'être purement et simplement annulé. Une nouvelle loi de compromis était sortie des négociations limitant la surélévation. A contrario, une partie de la gauche avait échoué dans sa tentative de bloquer le développement de l'OMC en s'opposant au préavis communal favorable à l'extension du Centre William Rappard en septembre dernier.

 

NB posté le 11 janvier: un commentaire inadmissible a été effacé de ce débat, qui pour l'essentiel est de bonne tenue. Je remercie les internautes qui ont lu cette note et ceux qui ont apporté une contribution et regrette qu'un seul d'entre eux ait pu polluer quelques jours ce forum. (JFM)

Lire la suite

vendredi, décembre 04, 2009

Santé, emploi: le maire d'Annemasse réagit à la désignation de P.-F. Unger comme ministre de la région

Dupessey vidéo déc 09.jpgLes habitants de la France voisine pourront-ils se faire hospitaliser à Genève? Comment Pierre François Unger, chef de l'Economie publique, de la Santé et désormais de la Région va-t-il rééquilibrer l'emploi dans la région? Deux questions que j'ai posées au socialiste Christian Dupessey, maire d'Annemasse, à l'issue du discours d'adieu de Robert Cramer aux acteurs du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, le 2 décembre, au Globe de la Science du CERN.

En deux mots, Christian Dupessey ne croit pas que les habitants de la France voisine pourront se faire hospitaliser à Genève, sauf accident, ce qui est déjà le cas aujourd'hui. "La santé c'est Paris qui décide et les systèmes de financement sont assez différents."

Qu'en sera-t-il en revanche de l'accueil des personnes âgées? "Nous sommes en négociation avec les assurances suisses et nous avons bon espoir de conclure un accord d'ici janvier 2010 car nous avons déjà reçu des demandes". C'est la réponse que nous donne la Maison de famille du Genevois, un établissement privé de soins et de repos qui vient d'ouvrir ses portes à Collonges-sous-Salève, à la route de Rozon à 100 mètres de la douane de La Croix-de-Rozon.

Quant à l'emploi, ce sera le défi de Unger et c'est sur ce terrain que le maire socialiste d'Annemasse attend le nouveau patron de la Région.

Lire la suite

samedi, novembre 28, 2009

Transformer l'autoroute blanche en boulevard urbain?

coeur Genève schéma.jpgTransformer l'autoroute blanche en boulevard urbain, du carrefour d'Etrembières à la douane de Vallard, c'est sans doute la proposition la plus originale de deux des trois bureaux d'études mandatés pour établir le schéma directeur du périmètre d'aménagement coordonné d'agglomération Genève Annemasse. Ils ont rendu leur rapport ce matin au Centre Martin Luther King d'Annemasse devant une cinquantaine de personnes représentant davantage des élus que la société civile. Les Suisses ne devaient pas être plus d'une douzaine.

Le périmètre d'aménagement coordonné d'agglomération Genève Annemasse s'inscrit bien évidemment dans les principes du projet d'agglo franco-valdo-genevois du 5 décembre 2007, lequel renvoie l'idée d'une traversée du lac au-delà de 2030.

On lira ci-dessous, les notes, "brutes de coffrage", de la présentation des trois bureaux.

Lire la suite

lundi, novembre 23, 2009

Pas de taxe poubelle, pas de péage urbain à Genève d'ici 2013

vidéo chappaz.jpgNon ce n'est pas une conférence de partis de droite à laquelle la presse a été conviée ce matin aux Halles de l'ìle. "Pas de taxe poubelle, pas de péage urbain à Genève d'ici 2013, c'est le contenu en creux de l'Appel au nouveau gouvernement genevois de quatre associations de défense de l'environnement et du patrimoine suisse actives à Genève.

Dans le texte de 23 pages qu'ont adressé ce matin aux sept élus genevois Marcellin Barthassat, président de Patrimoine suisse Genève, Françoise Chappaz, secrétaire du WWF, Olivier Norer, président de l'ATE et Ruth Bänziger de Pro Natura, on trouve beaucoup de principes mais peu d'objectifs cadrés dans le temps et peu de moyens pour les atteindre. C'est a expliqué Marcellin Barthassat que nous voulons travailler en bonne intelligence avec le gouvernement et que nous comptons sur les Genevois pour mettre en oeuvre une société dont l'empreinte écologique dimine.

L'Appel est téléchargeable ici.

Lire la suite

jeudi, novembre 19, 2009

Veyrier, une commune plus égoïste que Lancy ou Thônex?

BArth twitter vessy.jpgVeyrier est-elle une commune plus égoïste que Lancy ou Thônex? La question est d'actualité brûlante.

Ce soir à 20h, à la salle communale de Veyrier, annonce Thomas Barth sur twitter [cliquer sur l'image pour l'agrandir], les Veyrites sont invités par leur mairie à connaître les raisons pour lesquelles les élus de la commune du pied du Salève s'opposent à la construction à terme de 1300 logements à Vessy.

Vessy,à quelques encablures seulement de Carouge, est un plateau agricole dont l'urbanisation est pourtant planifiée depuis des lustres et qui figure en bonne place dans un des axes de développement concerté du projet d'agglo franco-valdo-genevois. Un plateau plutôt enclavé aussi dans les zones villas dont la commune de Veyrier est riche.

 

Lire la suite

jeudi, novembre 12, 2009

Un seul patron pour la région: Cramer l'applique déjà


grand projet cramer signe.jpg Qui succédera à Robert Cramer, le tout puissant chef du Territoire, un département que le magistrat vert a tailler à sa dimension il y a quatre ans et qu'il n'a pas maîtrisé complètement. A entendre Mark Müller en effet - le libéral a dû céder l'aménagement autrefois rattaché aux constructions - la faible quantité de logements mis en chantier tient pour partie au fait que nombre de plans localisés de quartier n'ont pas été conduits avec toute l'ardeur nécessaire. On ne peut pas être au four à Berne et au moulin sur le projet d'agglo.

Le projet d'agglo, c'est l'oeuvre de Robert Cramer. Il en est très fier et ne manque pas une occasion pour dire qu'avant lui c'était le désert. Un péché d'orgueil typiquement vert que de faire croire aux crédules que nous sommes que sans les Verts le canton s'arrêterait de fonctionner. Michèle Künzler qui promet de mettre Genève en chantier grâce à la démocratie participative est dans le même registre.

Lire la suite

jeudi, novembre 05, 2009

La traversée du lac sera-t-elle dans les priorités du projet d'agglo no 2?

camenbert.pngLa traversée du lac sera-t-elle dans les priorités du projet d'agglo no 2? Certainement pas selon Robert Cramer. Le magistrat sortant l'a affirmé le 5 novembre à St Cergue en ouverture d'un séminaire sur la mobilité organisé dans le cadre du projet d'agglomération franco-valdo-genevois dont le but était de vérifier les objectifts du projet d'agglo 2 dans la perspective de nouveaux financements fédéraux pour les années 2015-2018.

Cependant, sur le coup de 16h30, alors que la salle de gymnastique de Saint-Cergue s'était vidée au deux tiers, la restitution des groupes de travail de l'après-midi a fait apparaître que les défenseurs des transports privés avaient mieux résisté à la fatigue que les partisans des transports publics. Dans leur jargon les technocrates chargés du rapport des tables rondes ont fait remonter la nécessité d'inscrire la traversée du lac dans les priorités du projet d'agglo 2015-2018. L'étape B de l'engagement de la loi de financement du trafic d'agglomération.

L'option sera-t-elle retenue dans les résumés écrits que les quelque 150 élus, militants de la société civile et fonctionnaires du projet d'agglo franco valdo genevois recevront sous peu? Cela dépendra sans doute de l'issue de l'élection du Conseil d'Etat du 15 novembre, dont l'enjeu principal est de savoir si l'Entente genevoise va reprendre la majorité et donc la direction de l'aménagement du territoire.

Aucun député dont l'assermentation avait lieu le même jour à 17 heures n'a fait le déplacement de Saint-Cergue.

Lire la suite

vendredi, août 07, 2009

Comment piloter le PAV?

muller dubitatif.jpgEn deux ans à peine Mark Muller - 659 amis sur Facebook - aura usé ou dégoûté (?) deux pilotes: Benoît Genecand, ex banquier UBS, démissionnaire au bout de trois mois, devenu constituant et président du Stade de Genève et de la Chambre genevoise immobilière et Sylvie Bietenhader, haut fonctionnaire, qui démissionne, seize mois après son engagement, pour reprendre la Gérance immobilière de la Ville, domaine où son expérience professionnelle n'est pas plus grande que celle de son prédecesseur, devenue secrétaire générale de la constituante. Deux pilotages avortés en moins de deux ans, c'est beaucoup. Le conseiller d'Etat libéral trouvera-t-il un troisième larron avant les élections de cet automne? Comment peut-on piloter le PAV?

Sans doute Mark Muller proposera-t-il un architecte, un urbaniste, un promoteur immobilier, un ingénieur civil, un poète?

Ce dernier choix ne serait peut-être pas le moins bon. Une ville, ça se rêve avant de se construire. Il y a peu l'Eglise protestante s'est interrogée sur l'opportunité d'y construire un temple ou une église ou les deux à la fois. Et pourquoi pas une mosquée? Les Zurichois ont bien implanté au coeur de Sihlcity une église multimodale. Discrète tout de même, pas de quoi concurrencer le temple de la consommation. N'empêche que c'est bien un coeur et une âme qui manquent au PAV. La gauche de la Ville aura beau jeu de dénoncer les financiers à qui la loi de déclassement promet de juteuses affaires.

Un poète donc qui réconcilie les Genevois avec leur ville. La ville peuplée, ouvrière, chaudron social et culturel, telle qu'on la trouve dans les différents quartiers de Genève construits entre 1850 et 1920. Avant que l'on invente les quartiers villas, les cités satellites, les "un, deux ou trois étages sur rez avec jardins privatifs", qui font le bonheur de promoteur et le malheur de la cité.

Un poète qui trace les places et les parcs avant de faire valser les milliards. Qui écoutent les travailleurs, les entrepreneurs, les consommateurs, les instituteurs et chantent et jouent le bal des grues, la valse des rues, le jazz des mues.

La mutation, c'est dans la tête des Genevois qu'elle doit s'opérer et comme les Genevois sont ce qu'ils sont, ronchonneurs et donneurs de leçons, il faut aussi leur donner de quoi exprimer leur identité. Il faut innover en matière de gouvernance et inventer pour le PAV une Autorité citoyenne d'urbanisme à laquelle les communes de Carouge, de la Ville de Genève et de Lancy ainsi que le canton céderont le pouvoir d'aménagement et de police des constructions et donc les revenus fiscaux seront progressivement partagés entre tous, y compris le fonds de péréquation communal. (photo Bonzon)

Lire la suite

lundi, juin 08, 2009

Deux milliards, combien de vélos électriques?

Avec les deux milliards que pourrait coûter le CEVA - inflation comprise, selon l'évaluation de l'Association pour une meilleure mobilité franco-genevoise*, combien...

Combien de logements pourrait-on construire à proximité de la ville de Genève? 4000 environ, terrain compris, me répond un spécialiste de l'immobilier sans but lucratif. Construire la ville en ville est bien plus écologique que d’aller quêter les pendulaires dans la grande banlieue franco-valdo-genevoise. Pour l'avoir oublié durant 20 ans, Genève s'arme d'un RER dont le rapport coût/bénéfice et l'utilité en terme de tracé ne sont sans doute pas les meilleurs parmi les solutions envisageables.

Combien de vélos électriques pourrait-on acheter et offrir aux Genevois? 15 000 par an et uniquement avec les intérêts des deux milliards dont un pour le tunnel Carouge Eaux-Vives. (Deux milliards à 2,5% et 3000 par vélo).

Combien de places de parking d’échange pourrait-on construire à la frontière, puis transporter leurs usagers en bus à gaz naturel ou à pile à combustion? 53'330! Bouygue, constructeur de l'autoroute Liane (Saint-Julien-Allonzier la Caille), évalue la construction d'un parking d'échange de 4000 places à Saint-Julien à quelque 150 millions de francs suisses.

*voir la note ci-dessous qui rend compte d'une conférence prononcée par Wolfgang Peter, président de l'Association à l'Institut national genevois dans le cadre d'un cycle consacré au thème "Quelle Genève en 2030". Les deux prochaines manifestations auront lieu les mardis 9 et 16 juin

Lire la suite

mercredi, mai 27, 2009

Des questions pertinentes, des réponses...

capture plan d'agglo général.jpg

  • Pourquoi Annecy n'est-elle pas intégrée au projet d'agglo alors que Thonon et Nyon le sont?
  • Pourquoi ne pas limiter la croissance du canton à 500'000 habitants?
  • Pourquoi ne pas relier Saint-Julien avec un RER?
  • Le projet d'agglo n'est-il pas affecté d'un déficit démocratique?
  • Le projet d'agglomération montre un développement en tache d'huile depuis le centre de Genève. Où est la multipolarité?

Les questions posées hier soir à l'issue de la conférence de Nicole Surchat Vial, cheffe du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, à l'Institut national genevois, ne manquaient pas de pertinence. Les réponses ne l'ont pas toujours été. Et plusieurs questions n'ont pas été posées, faute de temps.

  • Pourquoi Satigny et Versoix qui sont sur des lignes RER ne sont pas comptés au nombre des villes à développer d'ici 2030. Et pourquoi vouloir doubler la population de Bernex qui n'est pas relié par le chemin de fer?
  • Si la traversée de la rade est désormais partie intégrante du projet d'agglo, comment se fait-il qu'aucun plan ne dessine cette infrastructure et que ni la rive droite ni la rive gauche ne soit affecté par ce nouvel axe?
  • Quelles liaisons entre les pôles de développement?
  • Pourquoi le projet de délocalisation de la gare de la Praille à Colovrex n'est-il pas pris en compte dans le projet d'agglo?
  • L'avenir du RER ne dépend-il pas plus d'une deuxième ligne entre Cointrin et le plateau suisse que d'une troisième voie entre Cornavin et Lausanne?
  • Combien coûtera la liaison prévu entre Cointrin et Cornavin passant par le Grand-Saconnex et le quartier des nations?

 

Lire la suite

vendredi, mai 01, 2009

Cramer se succédera-t-il à lui-même

cramer robert hotel de ville.jpgRobert Cramer cherche-t-il à se succéder à lui-même? La question qui fait écho à une autre: comment piloter le projet d'agglomération franco-valdo-genevois? Et plus largement, comment piloter les grands projets d'urbanisme du canton? La législature qui s'achève aura montré qu'en ce domaine les institutions genevoises ont atteint leurs limites.

L'idée de confier à un super manager l'urbanisation des futurs quartiers Praille, Acacias, Vernets (PAV) n'était pas mauvaise. Mais la démission, trois mois après sa nomination, de l'oiseau rare de Mark Muller, dont on avait rogné les ailes avant son envol, a fait retomber la gouvernance de ce projet stratégique dans les affres de coordination où tous les pouvoirs s'annulent. Seule la réalisation de l'idée de Charles Pictet de reconstruire la gare à Colovrex peut sauver le PAV de l'enlisement dans les alluvions de l'Arve.

Le projet d'agglo a partiellement échappé à cet écueil, car, dans ce cas, c'est le conseiller d'Etat en charge du territoire qui tient ferme la barre et a su faire miroiter à ses amis français quelques retombées de la loi fédérale sur le financement des infrastructures (CEVA, trams d'Annemasse, de St-Julien, de St-Genis) et un partage de l'emploi qui ne lui coûtait pas cher.

Sur ce plan Robert Cramer a assumé ses responsabilités et a démontrer ses talents de fin stratège. Il a failli cependant, en imposant à une classe politique asphysiée ou achetée - l'Etat est un groupe mandataire et distribue largement ses subsides - un projet dont les grandes lignes sont quasi ficelées sans qu'aucun débat démocratique n'ait eu lieu. Tout le contraire de la démarche du grand pari(s), où dix bureaux d'architectes ont planché sur l'avenir de la ville lumière et de ses banlieues.

Qui sera le Cramer de la nouvelle législature 2010-2013? Cramer lui-même?

Lire la suite

mardi, mars 17, 2009

Combien de voyageurs pour le CEVA?

pendualaires savoie 2007.jpgC'était le secret le mieux gardé de la République! Dix mille, vingt mille, cinquante mille? Combien de Savoyards, combien de Genevois, combien de pendulaires vont-ils emprunter quotidiennement le CEVA? On sait que les mouvements à travers la frontières dépassent 400'000 par jour. [cliquer sur les vignettes pour agrandir les images]

Voilà des mois que je réclame un rapport sur cette question. Hier, j'ai été reçu au 16 de la rue Pellegrino-Rossi, en plein coeur des Pâquis, dans le minuscule bureau du CEVA, par Caroline Monod, dircom CEVA, Marie-José Brelaz dircom voyageurs CFF, et David Favre, directeur de Transferis. Transferis, c'est la société commune aux CFF et à la SNCF chargée de définir l'offre du futur RER franco-valdo-genevois: quelque 200 kilomètres de voie ferrées et 40 gares de Nyon à Saint-Gervais et de Bellegarde à Evian. Simple! La croix ferroviaire franco-valdo-genevoise est loin du maillage parisien ou même zurichois!

pendulaires carte geneve.jpgEt bien détrompez-vous, la frontière ne se résume pas à quelques petites croix sur une carte de géographie, elle sépare deux mondes aux traditions administratives, statistiques et même techniques fort différentes. A l'heure où je vous parle, le CEVA n'est toujours pas capable de dire avec un minimum de sûreté combien de voyageurs iront d'ici - leur domicile - à là - leur lieu de travail. C'est que, pour obtenir ce genre d'information, il faut, comme le font les météorologues, découper l'espace en unités assez petites et installer des compteurs dans chacune d'elle. Le seul modèle dont disposent les prévisionnistes des transports dans la région genevoise a été concçu par l'ingénieur Dériaz. Mais sa pertinence s'arrête pratiquement à la frontière.

Transferis Favre.jpgC'est sans doute la raison qui a fait qu'il a fallu attendre près d'une heure pour que David Favre lâche enfin le chiffre fatidique de la fréquentation du RER genevois: 14'000!

14'000 passagers par jour ouvrable sont attendus sur les 200 km du réseau express régional genevois, où circuleront 40 à 60 rames capables d'embarquer 378 passagers (en version courte, jusqu'à mille passagers en version triple un train de 220 mètres de long), quand le CEVA aura été inauguré. Sur ces 14'000 passagers, 3000 ne circuleront qu'en France.

En 2020, ce sont 50'000 passagers par jour que le RER genevois devrait transporter, c'est-à-dire la fréquentation actuelle de la ligne Genève Lausanne. Et encore pour atteindre cette objectif, le CEVA ne suffira pas, concède le directeur de Transferis. Il faudra comme le dit joliment Marie-José Brélaz, des CFF, dans l'une de ses rares interventions, "améliorer la chaîne de mobilité".

Lire la suite

dimanche, janvier 04, 2009

Berne sauvera-t-il Genève

tg agglo 4 janv 09.pngUn million d'habitants en 2030, Genève est-elle prête? La question posée par mon confrère Christian Bernet dans la Tribune de cette fin de semaine est pertinente. Et l'on peut aujourd'hui douter que la réponse soit positive. Pourtant il faut reconnaître un certain mérite à Robert Cramer, celui d'être finalement monté dans le train des agglomérations. Berne promettait en effet de distribuer plus de trois milliards de francs pour des projets d'infrastructure à condition que les cantons déposent leurs voeux avant le 31 décembre 2007.

A marche forcée, Genève a bouclé son projet d'agglomération franco-valdo-genevois le 5 décembre de l'an dernier. Dans la foulée Robert Cramer a lancé des plans d'aménagement coordonnés. Manquent encore quelques conditions pour transformer l'essai:

Lire la suite

vendredi, décembre 19, 2008

Le lièvre genevois a rattrapé la tortue suisse

cramer gaud 5 déc 07.jpgRobert Cramer doit avoir le sourire. Le magistrat vert a réussi a décrocher une enveloppe de 193 millions de francs de Berne pour financer à hauteur de 40% les lignes de trams jusqu'à Bernex-ouest, jusqu'au CERN et jusqu'à Annemasse.

Parallèlement au trafic d'agglomération, le Conseil fédéral a également un peu avancé le désengorgement de l'autoroute entre le Vengeron et Coppet sans le mettre en première priorité. Berne prévoit d'allouer 175 millions à ce tronçon sur un total de 5,5 milliards alloués aux routes nationales. La date de réalisation de cette troisième voie autoroutière n'est cependant pas fixée. Les pendulaires continueront de bouchonner jusqu'en 2020.

A noter qu'il n'est nulle part question de la traversée de la rade. Quant à la troisième voie CFF, elle fait désormais partie du plan Rail 2030, soumis à l'examen en deux variantes, dont la deuxième, si elle était retenue, exclurait du financement fédéral les trams et les métros.

Photo [cliquer pour l'agrandir] Le 5 décembre 2007, le conseiller d'Etat Robert Cramer signait la Charte du Projet d'agglomération franco-valdo-genevois. A sa gauche Bernard Gaud, alors président de l'Association des communautés de communes françaises. © Laurent Guiraud/archive |

Lire la suite

jeudi, octobre 09, 2008

PAV: les questions qui fâchent

maquette pav.pngImpossible évidemment d'évoquer toutes les questions à propos de La Praille. Le débat organisé par la Tribune en a déjà soulevé de multiples hier soir à Uni Dufour. N'empêche que quelques questions clés devront trouver des réponses prochainement sir le PAV ne veut pas rester en panne. La principale, celle dont l'impact économique se chiffre en milliards de francs, concerne la plus-value foncière que ne pas manquer de générer le changement de zone. Une autre question délicate sera la gouvernance de ce projet.

Une troisième question à peine abordée hier soir est celle de l'avenir de la gare de La Praille. Quatrième question: l'autoroute des jeunes doit-elle être conservée jusqu'à la Jonction? Le Groupe d'urbaniste 500 mètres de ville en plus, qui devrait lancer dans le débat cet automne un nouveau plan directeur cantonal, rêve toujours de poursuivre cette route en tunnel sous Saint-Jean pour rejoindre la région de l'aéroport. Le débat ne fait que commencer.

Lire la suite

Monsieur "je ne sais pas" pilote le PAV

débat tg 8 oct.pngLa Tribune a fait salle comble hier soir à Uni-Dufour. Mais le public a dû ressortir de ces deux heures de débat sur l'avenir du quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV pour les intimes) avec un sentiment mitigé. Beaucoup d'informations, pas toujours très exactes, beaucoup de non dits aussi. Et un conseiller d'Etat qui, à plusieurs reprises, a répondu simplement "je ne sais pas" aux questions de Pierre Ruetschi, rédacteur en chef de la Julie, de Christian Bernet, responsable du dossier Praille à la Tribune, et du public.

A quand le premier des neuf gratte-ciel prévus à l'Etoile? Mark Muller a hésité. 2014, a-t-il lâché. Rémi Pagani veut d'abord "remettre le projet dans le bon sens" et parler de la participation citoyenne (applaudissements). Le magistrat de la Ville ne voit pas de tour avant 2018, 2020. Le conseiller national Verts Antonio Hodgers et l'architecte Bénédicte Montant parient pour 2016. Quant à Xavier Comtesse, directeur romand d'Avenir suisse, il a réglé la question par une boutade: " A Lausanne, ils mettent en oeuvre, à Genève, on est champion de la mise en questions!"

Lire la suite

mardi, octobre 07, 2008

Quel avenir, quelle gouvernance pour La Praille?

tg 6 octobre 08.png"Genève tient au logement social", "Carouge ne veut pas rater le train", "Lancy rêve de terrains de foot". L'art du titre est un art impossible. Comment en quelques mots résumer une intention, une politique sans la trahir ou sans tomber dans l'anecdote. La page 3 de la Tribune de Genève en offrait hier un parfait exemple à propos de l'avenir du quartier de La Praille Acacias Vernets, qu'on devrait d'ailleurs mieux appeler Basse vallée de la Drize et de l'Aire, lesquelles s'écoulent canaliser sous la route des jeunes. Une route construite dans le cadre d'un chantier social au temps de la grande crise des années 30. Surmontée au temps de l'ambitieux plan directeur cantonal 2000 - la Genève des 800'000 habitants - d'une voie centrale autoroutière, l'axe majeur du quartier est désormais l'artère principale qui draine la circulation automobilie du centre ville et, grâce à la bretelle de Plan-les-Ouates, raccorde ce tronçon longtemps orphelin au réseau international.

Lire la suite

mardi, septembre 02, 2008

Bernex, La Praille, Ambilly: une idée pour sortir de l'impasse annoncée

proregio.pngA Bernex, en 2030, vivront 24'000 habitants et travailleront 9800 personnes. C'est le but que s'est fixé le projet d'agglomération franco-valdo-genevois. Mais ce rapport de 40% d'emplois est l'oeuvre des autorités de Bernex et du plus impliqué d'entre elles, Serge Dal Busco, ingénieur civil et président de l'Association des communes genevoises, qui a dit au ministre cantonal du Territoire Robert Cramer: "Tope-là! Bernex est d'accord de devenir un des futurs centres régionaux de la métropole Genève, mais pas question d'être une "cité dortoir". Nous réclamons un emploi par nouvel habitant."

L'administration cantonale a fait la grimace, mais le ministre a dit ok. Reste à mettre ce projet en musique. Et là Bernex peut innover et devenir un laboratoire démocratique de l'aménagement du territoire pour Genève. On en débat dès ce soir à 20 heures, à l'Ecole de Cressy. [cliquez sur le lien pour voir le programme, cliquez sur les images et les cartes pour les agrandir]

Lire la suite

jeudi, mai 22, 2008

Folie des grandeurs à Genève?

1801796359.jpgLe milliard d'excédent de recettes enregistré en 2007 (dont 200 millions camouflés dans des opérations comptables) a-t-il fait perdre le sens des proportions au Conseil d'Etat? La question se pose à la lecture d'un article publié par L'Hebdo de cette semaine, où Mark Muller évoque un budget de 8 milliards de francs d'investissement en dix ans.

Lire la suite