dimanche, mai 09, 2010

A Bardonnex, gare de pré-embarquement pour l'aéroport de Genève

brunet pierre St Julien.jpgEn cherchant à répondre à Paul Despraz qui, sur le blog de Bardonnex, s'interroge sur le restoroute éponyme, je suis tombé sur Soleil de Saint-Julien, le blog de Pierre Brunet.

Conseiller munipal, ce natif de Saint-Julien blogue en solo depuis le 27 novembre 2009. Un très bon blog plein d'infos sur la région et riche de liens et de widgets. A lire en particulier ses billets sur le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, notamment celui-ci intitulé Proposition d'aménagemenent du site douanier de Bardonnex, qui m'a permis de répondre aux questions de Paul.

Pierre Brunet ne se contente pas de faire le point sur un projet qui lambine au Grand Conseil genevois (mais qui à l'évidence concerne toute la région, sans que ses habitants puissent se prononcer).

"Ma proposition, écrit-il, consiste à établir sur ce site une gare de pré-embarquement pour l'aéroport de Genève."

Lire la suite

mercredi, avril 14, 2010

Pour un flirt avec toi... Veyrier et Etrembières ne font pas n'importe quoi

Veyrier Pas-de-L'Echelle.pngLes communes de Veyrier et d'Etrembières s'embarquent-elles pour une longue histoire d'amour? Leurs autorités ont convié la presse hier matin. Pas tout à fait au septième ciel, mais à la station supérieure du téléphérique toute emmitouflée de brumes hamiltoniennes. "Pour un flirt avec toi, je ferais n'importe quoi"... Les deux communes suisse et française se contentent, elles, de lancer "Veyrier-Etrembières sans frontières". Du 30 avril au 16 mai, les deux municipalités invitent leur population à une fête verte et jaune de l'amitié transfrontalière.

Les deux Mairies disent vouloir faire œuvre de paix, histoire de contrecarrer les propos inamicaux qu'entretiennent certains partis politiques mais aussi, si entente, approfondir durablement leur collaboration et servir d'exemple aux autres communes entre Salève et Jura. Elle partage déjà un travailleur social hors les murs et certains de leurs équipements municipaux accueillent les habitants indifféremment.

Un mariage n'est certes pas encore en vue. Tout dépendra cependant de l'accueil que les populations réserveront au chapelet de manifestations, débats, concerts et expositions, qu'un comité d'organisation peaufine depuis deux ans. "Certains parlent de construire l'Europe, nous la faisons à notre mesure", dit le radical veyrite Daniel Mermod, qui eut le premier l'idée de cette quinzaine.

Lire la suite

lundi, avril 12, 2010

Des frontaliers suisses travaillant en France? Les internautes n'y croient pas

tg une calmy Lellouche 10 avril 10.pngLe sujet fait la une de la Tribune et l'entier de la première page du cahier Genève et Région, mais pas grand chose ailleurs dans les autres médias qui se contentent, côté suisse, de reprendre l'article de l'ATS (lire ci-dessous). C'est l'appel à lutter contre la xénophobie de Micheline Calmy-Rey que l'agence a choisi de mettre en exergue, ce qui a évidemment suscité divers commentaires, dont ceux de Mauro Poggia, de Pascal Décaillet et de l'inévitable Eric Stauffer, auxquels répondent le député libéral Daniel Zaugg et le publiciste Philippe Souaille.

Du bruit médiatique par rapport à l'avenir de la région, qui sera bien davantage déterminé par les "zones à statut spécifique" que la France pourrait créer pour contrer la concurrence suisse sur les emplois ou par le fait que le stade de Genève puisse devenir le stade de la région.

En France, le Dauphiné libéré consacre un article à l'assemblée des transfrontaliers en page 5 de son édition dominicale, mais ne le reproduit pas sur son site internet. Le site internet de l'hebdomadaire Le Messager est également muet.

Le 19/20 de France 3 ne cite ni les propos de la ministre suisse des Affaires étrangères ni ceux du secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, qui ont consacré leur samedi après-midi à Annemasse au Groupement transfrontalier européen. L'association parle pour quelque cent mille frontaliers français travaillant en Suisse.

Lire la suite

vendredi, avril 09, 2010

Les communes du Genevois français en ordre de marche

Blanc Etienne Divonne.pngC'est fait! En deux assemblées et moultes tractations préalables, les 117 communes françaises qui entourent Genève et abritent 342'697 habitants au 1er janvier 2010 ont transformé l'ARC, l'Association régionale de coopération, en un Syndicat mixte, une structure juridique capable de conduire des projets, de recevoir des financements, d'engager du personnel.

L'ARC SM, présidée par le député maire de Divonne Etienne Blanc, se positionne comme un des interlocuteurs majeurs du canton de Genève et de la Confédération suisse pour donner au projet d'agglomération franco-valdo-genevois un deuxième souffle. Agglo 2 doit être signé d'ici le 30 juin 2010.

La balle est désormais dans le camp français. Si Genève doit mettre la briquette pour construire des logements, en matière de financement des infrastructures de transport et d'accueil des entreprises et donc des emplois, les Français ont tout à faire.

A noter qu'Etienne Blanc dirige actuellement une Mission parlementaire sur la coopération transfrontalière. Le député maire de Divonne verrait bien la création de zones d'activés spéciales dans la région permettant aux entreprises d'opter pour le droit suisse en matière sociale et fiscale. Son rapport est attendu dans quelques semaines.

Lire la suite

jeudi, novembre 26, 2009

Pourquoi Veyrier refuse de construire 1300 logements à Vessy

Barth vidéo.jpgLe plateau de Vessy qui surplombe le Bout-du-Monde est promis depuis des lustres à accueillir des logements. Un site remarquable et tranquille qui est aussi bien placé que les beaux quartiers de Champel et de Conches. Plusieurs projets ont été proposés, y compris une grande cité satellite, mais aucun n'a abouti.

Robert Cramer a décidé récemment de prendre le taureau par les cornes et a enclenché le processus de déclassement de la zone agricole. Vessy est en effet un des périmètres identifiés dans le cadre du PACA Carouge Etrembières, l'un des neuf périmètres d'aménagement concerté d'agglomération du projet d'agglo, lequel promet une gare RER à Bossey.

Cette décision a suscité l'ire des autorités de Veyrier dont le Conseil municipal a voté une résolution contre ce diktat cantonal. La commune a également fait recours auprès du Tribunal administrtatif pour déni d'autonomie communale, une première à Genève. Si le Tribunal venait à donner raison à la commune, sa décision pourrait faire exploser le principe qui veut à Genève que les compétences en matière d'aménagement du territoire sont presque exclusivement cantonale contrairement à la règle en vigueur dans les autres cantons suisse. L'enjeu est donc de taille.

Mais pourquoi donc la commune de Veyrier, qui est la commune de Suisse qui accueille le plus grand nombre de villas individuels refuse-t-elle la construction d'immeubles locatifs à Vessy? Nous avons demandé à Thomas Barth, ministre libéral des finances de la commune, si Veyrier n'était pas un peu égoïste.

Sa réponse dans la vidéo ci-dessous.

Lire la suite

mercredi, novembre 18, 2009

Antoine Vielliard compte les voitures sur l'autoroute

vielliard vidéo trafic.jpgAntoine Vielliard, conseiller municipal d'opposition à Saint-Julien, défendra les couleurs du Modem de François Bayrou lors des élections régionales françaises de mars 2010. La loi française lui interdit de poursuivre la publication de son blog portevoix.blog.tdg.ch hébergé par la Tribune, car il est gratuit! Or cette gratuité est assimilée à une remise d’une personne morale ce qui est interdit par le code électoral français et conduit à l’inéligibilité.

Il a donc - le temps de la campagne - créé un blog à ses frais et continue de chroniquer sur les affaires régionales. Ce matin il publie un billet qui apporte de l'eau au moulin des partisans du CEVA. Il est allé se poster avec sa caméra vidéo sur le carrefour de l'autoroute  de Saint-Julien et a compté les véhicules en provenance d'Annecy et d'Annemasse.  Résultats: : 27 véhicules par minute en provenance d'Annemasse, 16 véhicules par minute en provenance de Bellegarde et du canton de Saint Julien, et 11 véhicules par minute en provenance d'Annecy!

JFM

Lire la suite

lundi, novembre 09, 2009

Fanfare médiatique pour 15 petits millions

Borrel Robert pensif.jpgEn début d'après-midi, le ministre genevois sortant du Territoire, Robert Cramer, regardera Genève du sommet du Salève. Raison de cette élévation magistrale: l'engagement de la région Rhône-Alpes avec l’ARC (Association régionale de coopération du genevois) à hauteur de 50 millions d’euros sur cinq ans (soit un peu plus de 15 millions de francs suisses par an).

Cette mise de fonds doit conférer au Projet d'agglomération franco-valdo-genevois le label Grand Projet. L'engagement, signale le carton d'invitation, sera signé solennellement à 14h30 au téléphérique du Salève, en présence de :
-    M. Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil régional Rhône-Alpes
-    M. Robert Borrel, Président de l’ARC et Co-président du Projet d’agglomération
-    M. Robert Cramer, Conseiller d’Etat de la République et canton de Genève et Co-président du Projet d’agglomération
-    Et M. Pierre-André Romanens, Président du Conseil régional du district de Nyon

Lire la suite

lundi, août 10, 2009

Région: Robert Borrel monte en puissance

borrel robert.jpgarc.jpgRobert Borrel, maire d'Annemasse durant plus de 30 ans (socialiste, tendance dissidence et indépendance), a créé il y a sept ans l'Association régionale de coopération (ARC), qu'il préside cette année en sa qualité de président d'Annemasse Agglo. L'Association régionale de coopération du Genevois devrait devenir cet automne un Syndicat mixte, annonce l'hebdomadaire Le Messager dans son édition du 6 août.

De quoi conforter la stature de Robert Borrel comme interlocuteur incontournable sinon unique de Robert Cramer, ministre du Territoire genevois, lequel quittera ses fonctions à la fin de l'année, sans que l'on sache qui sera son successeur, ni même si le Département qu'il a taillé à la dimension de ses ambitions, il y a quatre ans, lui survivra dans sa géographie actuelle.

Ce serait faire un mauvais procès à un homme qui se bat pour l'intercommunalité et pour doter la région française d'une gouvernance unique face à Genève. D'ailleurs, il passera le bâton de président de l'ARC, devenue sans doute ARC-SM (pour Association régionale de coopération Syndicat mixte), le 1er janvier prochain à Etienne Blanc, député et maire de Divonne.

Pourquoi un Syndicat mixte? Question de légitimité, de responsabilité, de transparence et de poids politique. (photo Fortunati)

 

 

Lire la suite

mercredi, juillet 22, 2009

"CEVA: Il n’y a pas de Plan B." Ah bon!

il y a un plan B.jpgfavre et de Beaufort Transferis.jpgLe billet "Le CEVA et la Constituante", publié hier matin dans la Gazette de la Constituante, alimente un joli débat. Parmi les commentaires celui d'Eric qui écrit: "Et voici un bon article tiré de "Tout l'immobilier", précisant l'intérêt du RER (et du CEVA) face aux "alternatives".

Le lien renvoie en fait sans commentaire à l'interview réalisé par Vincent Naville de David Favre et d'Emmanuelle de Beaufort, respectivement directeur et manager de Transferis, une micro-société commune aux CFF et à la SNCF, basée aux Pâquis, qui a pour tâche de préparer l'horaire cadencé et la commercialisation des 220 kilomètres du futur RER genevois. Pas d'avantage d'analyse dans le blog Pro CEVA qui semble se satisfaire de la pensée unique.

On ne s'attendait pas que les deux fonctionnaires dégomment le CEVA. L'interview mérite une attention critique. Car les contre-vérités et les à peu près le disputent à la méthode Coué. Quant au plan B, il y a le barreau sud défendu par les opposants au CEVA. Il y a aussi une traversée du lac autoroutière et ferroviaire, qui présente bien des avantages et peut mettre Genève sur l'orbite du XXIe siècle.

JFM

Reprenons point par point:

Lire la suite

mercredi, juin 17, 2009

Le projet d'agglo lance les études Genève-Rolle, Gex-Nyon et Annemasse Evian

paca les 9 paca b.jpgLe projet d'agglo ne ralentit pas. Le comité de pilotage, dont on trouvera la composition ici, a lancé hier matin les études des trois lignes directrices (cliquer sur l'image pour l'agrandir):

  • Genève Rolle Enjeu la troisième voies ferroviaire - on ne parle évidemment pas d'une deuxième ligne en grande vitesse. La troisième voie autoroutière n'est pas citée. Le rabattement des transports publics sur les gares. Il n'est pas question de P+R dans le communiqué de presse)
  • Gex-Nyon où l'on retrouve l'arlésienne du raccordement ferroviaire Gex Divonne Coppex.
  • Annemasse Evian (Chablais). L'amélioration de la ligne Evian Annemasse participe du succès du CEVA, lequel sera concurrencé par un axe de bus Thjonon Douvaine Genève. Pour les Français l'enjeu politique sera surtout de maîtriser "le développement des communes du Chablais", histoire d'e réduire le mitage du territoire.

Lire la suite

mardi, juin 16, 2009

Les "orgues de Staline" de la CLE

cle-cest.jpgC'est à un véritable pilonnage du projet d'agglomération franco-valdo-genevois que soumettent le Conseil lémanique de l'environnement (CLE) et la Coordination économique et sociale transfrontalière (CEST) ce matin en publiant un rapport serré pour ne pas dire touffu de 23 pages intitulé suivi du Livre vert de la CEST et du CLE, alors que le comité de pilotage du projet d'agglo est en séance.

Trois hommes principalement ont tenu la plume:

Bernard Comoli de la CEST pour le volet social. Un volet "qui n'a pas avancé contrairement au volet économique (bilocalisation, formation, contrôle du marché de l'emploi) et dont le rapport parle peu" indique Alain Rouiller (ATE), qui avec Pierre Hofmann (ATE) a rédigé le volet environnemental et mobilité.

Les protecteurs de l'environnement de la CLE (WWF, Pro Natura, ATE notamment) et quelques protecteurs des travailleurs de la CEST (SIT, CFDT Ain Haute-Savoie, MPF) sont les acteurs de la société civile de loin les plus actifs. Leur document est un suivi du Livre vert qu'elles ont publié en 2007. On y retrouve donc leurs traditionnelles exigences. Tentative de résumé de cette feuille de route en dix points.

  1. agglo démarche participative.pngRedimensionner et échelonner les PACA. [Commentaire: Manifestement la CLE et la CEST, comme la plupart des acteurs de ce vaste chantier sont sous l'eau. Le train d'enfer imposé par Robert Cramer a asphyxié tout le monde.]
  2. Introduire dans toute l'agglo les "zones environnementales" (accès restreint aux véhicules polluants) et introduction d'un péage routier en cas de non atteinte des objectifs et plans de déplacement d'entreprise).
  3. Améliorer la liaison ferroviaire directe entre l'Aéroport et la Haute-Savoie (financement de Berne, shunt de Saint-Jean et d'Ambilly, tram-train Genève Sud, tram-train Pays de Gex)
  4. Accélérer le développement du réseau des trams (tram Cern et tram St-Julien en liste A-2014, tram St-Genis et tram Ferney en liste B-2019, tram Moillesullaz Annemasse, tram Rive-La Pallanterie)
  5. Améliorer les liaisons entre les pétales de développement (tram Petit-Lancy-Gd Lancy, tram Bachet-Jonction, bus Saint-Julien Bernex Satigny Meyrin, tram Plainpalais Rive, tram Communaux d'Ambilly)
  6. Asservir la mobilité à la sécurité routière et à la santé publique (P+R, B+R, stations pour vélos, voie cyclable le long de la voie ferrée Genève-Lausanne, passerelle Stade-Palette, Jonction sans voiture, etc.
  7. Prévoir 30% de logements sociaux dans les nouveaux lotissements et privilégier le concept d'éco-quartier
  8. Restituer à la nature des surfaces au moins équivalentes aux surfaces de zones déclassées (Freiner le pavillonnaire, pas de construction sans accès au transports publics, réduire la distance entre lieu de travail et lieu de résidence, étendre à l'agglo le label Genève région Terre avenir)
  9. Généraliser le concept Minergie (simple pour les rénovations, P et ECO pour les nouvelles constructions dans toute l'agglo)
  10. Introduire l'indice de Développement humain 2 et améliorer la gouvernance démocratique du projet d'agglo (mise en place du Forum d'agglomération, mettre en oeuvre la réforme du 24 avril 2008 du Comité régional franco-genevois)

Selon Alain Rouiller, 75% des propositions émises dans le Livre vert de 2007 avaient été pris en compte par le projet d'agglo. Deux ans plus tard, un certain nombre d'entre elles ont disparu de l'agenda, notamment dans le domaine social. On ne trouvera rien non plus en matière culturel ou sportive qui n'est pas la tasse de thé de la CLE ou de la CEST.

On regrettera aussi que les deux associations n'aient pas proposé un indice synthétique d'avancement de leurs revendications. Dans deux ans peut-être.

JFM

dimanche, juin 14, 2009

L'ATMB va-t-elle concurrencer le CEVA?

messager 11 juin 09.jpg"L'autoroute blanche veut devenir plus verte." Un titre glané dans Le Messager de cette semaine - l'hebdo des nouvelles locales que bien des Genevois ignorent comme ils ignorent tout de la vie sociale, culturelle et sportive de leurs voisins. Sous le titre, peut-être la première réaction au CEVA des dirigeants des Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc, où Genève est un tout petit actionnaire.

L'ATMB ne cache pas son intérêt pour el transport collectif et le covoiturage sur son réseau. "C'est plutôt paradoxal et innovant pour une société comme la nôtre" déclare au Messager le président de l'ATMB. La société concessionnaire étudie des aménagements d'arrêts pour les bus et de parkings de covoiturage. L'article n'en dit pas plus préférant signaler que des filtres à particules seront installés sur les bouches d'aération du tunnel du Mont-Blanc.

Mais il n'est point besoin d'être grand devin pour constater que si l'ATMB met son projet en oeuvre et offre aux frontaliers la possibilité de garer en bordure de l'autoroute, au péage de Nangy par exemple, et d'embarquer dans des bus rapides pour rejoindre le coeur de Genève, le RER risque de devoir mettre les bouchées doubles pour rester attractif. Si les bus roulent au gaz ou avec une pile à combustible, il est même pas sûr que le bilan écologique du train soit meilleur rapporté aux passagers transportés.

Une info qui sans doute animera le débat que l'Institut national genevois organise ce mardi soir à 20h, 1 promenade du Pin, en point d'orgue d'un cycle de conférences consacrées à la région franco-valdo-genevoise 2030. JFM

mercredi, juin 10, 2009

Genève 2030: le domino magique de Charles Pictet

Pictet 9 juin 09 ing.pngpictet praille colovrex.pngSupprimer la gare de la Praille pour construire la ville en ville (donner de l'espace à l'urbanisation de Praille Acacias Vernets) et connecter au rail une nouvelle zone d'activités à Colovrex, au nord de l'aéroport, tel est le projet que Charles Pictet présente depuis 18 mois et qui recueille à gauche comme à droite un accueil souvent enthousiaste. La Tribune en parlé en janvier.

Hier soir encore, à l'Institut national genevois, devant un public certes moins nombreux que celui venu écouter une semaine plus tôt l'avocat Wolfgang Peter champion d'un autre CEVA, le jeune architecte, président de la section genevoise de la FIA, a exposé le projet qu'il concocte depuis bientôt quatre ans et qui pourrait bien être le domino stratégique du développement de la région franco-valdo-genevoise.

Pas moins de six dominos tombent dès lors que l'on bascule et réalise l'idée de l'architecte. Avec des milliards de francs d'investissements à la clé. "De quoi rembourser la dette du canton", annonce calmement le neveu du banquier homonyme.

Le maire de Bellevue ne l'entend pas de cette oreille. Invité par Pierre Kunz, président de l'ING, Daniel Fabbi a clairement manifesté sa mauvaise humeur. Charles Pictet a dégagé en touche ce propos qui fleurait bon l'égoïsme communal ambiant, arguant qu'il avait lancé l'idée et qu'il n'était pas l'homme des combats politiques.

Le débat politique est pour l'heure stérilisé. Le patron de l'Economie publique, Pierre-François Unger, a bien tenté, début janvier, d'obtenir un feu vert du Conseil d'Etat. En vain. C'est que le domino magique de l'architecte peut faire sauter le projet d'agglomération du ministre Cramer et remettre la traversée du lac au centre de l'avenir de Genève.

Jugez-en en attendant mardi prochain 16 mai le débat qu'organise l'ING en clôture de son cycle de conférences consacré à Quelle métropole franco-valdo-genevoise en 2030! (article et vidéos ci-dessous. vos commentaires sont les bienvenus)

Lire la suite

lundi, juin 01, 2009

Les "anti-CEVA" vont-ils désarmer?

peter wolfgang.jpgLa semaine passée, la commission des travaux du Grand Conseil a adopté à l'unanimité moins la voix du MCG le crédit supplémentaire de 107 millions pour compléter le financement du CEVA. Les commissaires ont porté le crédit à 113 millions "pour renforcer les mesures de lutte contre les vibrations et les sons solidiens". Cela suffira-t-il à calmer les gens de Champel et en particulier le comité de l'Association pour une meilleure mobilité dans la région genevoise? On  le saura sans doute ce mardi soir 2 juin. Volfgang Peter président du comité plus connu sous le nom "anti-ceva" donnera une conférence à l'Institut national genevois dans le cadre d'un cycle de trois conférences et un débat consacrés à la Genève de 2030.

Il annoncera sans doute la décision du comité de lancer ou non un référendum contre ce crédit supplémentaire. Il n'est pas impossible que le Grand Conseil bouscule son ordre du jour surchargé pour adopter en urgence le rapport de sa commission et place ainsi le comité référendaire devant la difficulté de recueillir sept mille signatures durant l'été. Mais ainsi va la démocratie à Genève.

Lire la suite

mercredi, mai 27, 2009

Des questions pertinentes, des réponses...

capture plan d'agglo général.jpg

  • Pourquoi Annecy n'est-elle pas intégrée au projet d'agglo alors que Thonon et Nyon le sont?
  • Pourquoi ne pas limiter la croissance du canton à 500'000 habitants?
  • Pourquoi ne pas relier Saint-Julien avec un RER?
  • Le projet d'agglo n'est-il pas affecté d'un déficit démocratique?
  • Le projet d'agglomération montre un développement en tache d'huile depuis le centre de Genève. Où est la multipolarité?

Les questions posées hier soir à l'issue de la conférence de Nicole Surchat Vial, cheffe du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, à l'Institut national genevois, ne manquaient pas de pertinence. Les réponses ne l'ont pas toujours été. Et plusieurs questions n'ont pas été posées, faute de temps.

  • Pourquoi Satigny et Versoix qui sont sur des lignes RER ne sont pas comptés au nombre des villes à développer d'ici 2030. Et pourquoi vouloir doubler la population de Bernex qui n'est pas relié par le chemin de fer?
  • Si la traversée de la rade est désormais partie intégrante du projet d'agglo, comment se fait-il qu'aucun plan ne dessine cette infrastructure et que ni la rive droite ni la rive gauche ne soit affecté par ce nouvel axe?
  • Quelles liaisons entre les pôles de développement?
  • Pourquoi le projet de délocalisation de la gare de la Praille à Colovrex n'est-il pas pris en compte dans le projet d'agglo?
  • L'avenir du RER ne dépend-il pas plus d'une deuxième ligne entre Cointrin et le plateau suisse que d'une troisième voie entre Cornavin et Lausanne?
  • Combien coûtera la liaison prévu entre Cointrin et Cornavin passant par le Grand-Saconnex et le quartier des nations?

 

Lire la suite

lundi, mai 25, 2009

Les trams à Genève, les BHNS en France voisine

annemasse bus express selon messager 21 mai 09.jpgLe projet d'agglo franco-valdo-genevois, c'est au fond Berne qui l'a lancé. En promettant 6 milliards de francs sur 20 ans pour le trafic d'agglomération, Berne a incité les Genevois à relancer la coopération transfrontalière, déjà lancée par Borner au temps du business park d'Archamps, et par Haegi au temps des contrats rivières et quelques autres.

Sous la pression française et celle de quelques associations de l'introuvable société civile, on a ajouté d'autres politiques aux transports. Mais le nerf de la guerre est réservé à la mobilité sous toutes ses formes. Le CEVA fut le premier à tirer le gros lot. En rugence... Puis, ce furent les trams de Meyrin et d'Onex-Bernex qui reçurent des centaines de millions, un peu plus de 800 millions en tout. Le canton peut-il recevoir encore beaucoup d'argent de Berne? C'est peu probable à moins que le Parlement ne vote une nouvelle tranche de financement.

Les trams vers Annemasse, Saint-Julien, Saint-Genis, Ferney-Voltaire verront-ils le jour un jour? Qui les financera? Des questions qui restent ouvertes.

En attendant, côté français, on parie sur les BHNS, les bus à haut niveau de service: en fait des bus en site propre, rien de plus. Le Messager en parle dans son édition du 21 juin.. Il suffit de cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Reste à savoir comment dans les rues étroites et tortueuse de la ville banlieue les express vont pouvoir se faufiler. Sans doute faudra-t-il comme Robert Borrel le propose désormais mais n'a pas osé le faire réserver des rues entières aux transports publics.

Lire la suite

jeudi, mai 21, 2009

Cramer veut rétablir la gare Veyrier Bossey

DSC00350 recadré.JPGagglo carouge veyrier pétales.jpg7000 habitants, principalement à Vessy et à Etrembières, 2000 emplois nouveaux, répartis entre Carouge et le pied du Salève, le réouverture de la gare de Bossey-Veyrier, "qui mettra les habitants à 3 minutes d'Annemasse et à 23 minutes de Cornavin grâce au CEVA", la création d'un couloir à faune entre le Salève et l'Arve, un parking d'échange à Etrembières et l'amélioration du bus 8, tels sont les projets qui devraient voir le jour d'ici 2030 entre la cité Sarde et le sommet de la montagne des Genevois.

C'était hier soir, à la salle communale de Bossey - qui jusqu'en 1815 était rattachée à Troinex, le lancement officiel par Robert Cramer et Robert Borrel du PACA Carouge Veyrier Etrembières.

Il n'était qu'une petite quarantaine en cette veille de l'Ascension les élus du périmètre à entendre le ministre genevois du Territoire et l'ex-maire d'Annemasse mais encore président de l'ARC, l'Association régionale de coopération du Genevois français. Un discours que les deux compères, maîtres d'ouvrage du projet d'agglomération franco-valdo-genevois peaufinent et répètent depuis des mois. Le PACA de Carouge Salève est le 6e pétale sur 9 qui doit dessiner l'aménagement du territoire du Grand Genève à l'horizon 2030.

Comme toujours le meilleur était pour la fin. L'apéro bien sûr où l'on dit son mot en quatre ou six yeux. Mais avant cet agape, les questions. Il n'y en eu quatre hier soir, mais toutes étaient plus pertinentes que les réponses données et l'une d'elle, celle du maire d'Etrembières n'a pas manqué de sel.

[Cliquer sur les images pour les agrandir]

Lire la suite

mardi, mai 19, 2009

Le RER s'arrêtera-t-il un jour à Bernex?

RER Barthassat sans rade.png2030, c'est dans 20 ans! C'est aussi loin que 1990! Si le projet d'agglomération franco-valdo-genevois voit le jour, Bernex sera une ville de quelque vingt mille habitants. Elle sera peut-être raccordée au RER genevois. Cette perspective semble réjouir la Mairie de cette commune rurale. Il soutient à fond le projet lancé il y a bientôt quatre ans par Robert Cramer. un enthousiasme qui fait figure d'exception au sein des maires genevois.

debat ing juin 09.jpgLe ministre genevois du Territoire qui terminera sa carrière à la Tour Baudet en décembre prochain, passera-t-il à la postérité comme le plus grand aménagiste que Genève a compté depuis Casaï, Braillard et consorts? L'avenir le dira. Et les Bernésiens le seront peut-être jeudi 28 mai prochain. Ils sont invités à la salle communale Luchepelet à 18h30 PACA de Bernex.

L'une de ces trois études d'urbanisme, qui s'étend comme un pétale entre le pont de Saint-Georges et le carrefour de Laconnex terminus du tram de Bernex en construction, sur la route de Chancy, propose la création d'un RER entre La Praille, Saint-Julien, Bernex, Satigny et Saint-Genis. Pour Marcellin Barthassat, associé du bureau Ar-ter, en effet, le tram ne suffira pas à développer une offre suffisante pour les habitants de la nouvelle ville qui risque de continuer à utiliser leur voiture.

NB: il suffit de cliquer sur les images pour les agrandir et sur les textes soulignés pour accéder à plus d'info!

 

Lire la suite

vendredi, mai 08, 2009

26 mai, 2, 9 et 16 juin: Quelle région franco-valdo-genevoise en 2030 ?

vue-aerienne_grande.jpgOù loger les deux cents mille habitants et les cent mille emplois attendus entre Salève et Jura d’ici là ? Quelle gouvernance démocratique du développement urbain ? Deux questions qui méritent bien un débat. L’Institut national genevois l’ouvre fin mai et début juin en organisant trois conférences et une table ronde les mardi 26 mai 2, 9 et 16 juin, à 20 h. au 1, promenade du Pin.

Lire la suite

mardi, mars 24, 2009

J-365 avant les 150 ans de l'Annexion!

savoie régions.jpgsavoie drapeau.jpgOù en sera le projet d'agglomération franco-valdo-genevois dans une année? Qui aura saisi le bâton de maréchal - que dis-je d'empereur - du Genevois? Cette région bénie du Dieu du Français Calvin, qui, comme chacun sait, étend ses marges incertaines des hauts du Jura jusqu'au sommet du Môle, de la Drance d'Abondance à la perte du Rhône, disparue sous les eaux du barrage de Génissiat. Qui, en un mot, sera le ministre genevois, ambassadeur de notre cité aux festivités du 150e anniversaire de l'Annexion de la Savoie à la France?

Dans un an exactement, nos voisins commémoreront le Traité de Turin d'Annexion de la Savoie à la France signé le 24 mars 1860. Le Traité suivi d'un plébiscite fit de ce territoire montagneux, dont les seigneurs furent si longtemps jaloux et ennemis de Genève, deux départements français, détachés du Comté de Nice. Lui même retranché de la province du Piémont et du Royaume de Sardaigne, qui donnaient naissance à l'Italie, tandis qu'un certain Henry Dunant forgeait l'esprit de la Croix-Rouge à Solférino, en juillet 1859.

Que de dates à la fois proches dans la géographie et lointaines dans l'inconscient collectif des Genevois. Il est vrai que la plupart d'entre eux ne sont que des citoyens "hors sol", souvent plus attachés à leur pays et cantons d'origine qu'à leur cité d'accueil. Que savent les élèves des écoles genevois de cette histoire fondatrice? Il est encore temps d'ajouter au projet d'agglomération FVG un supplément d'âme qui - soyons audacieux -  fassent enfin de nos voisins des amis, des frères et non plus des frontaliers.

 

Lire la suite

mercredi, février 25, 2009

CEVA: le syndrome stade de Genève?

rer la plaine cornavin.pngSoixante-six millions pour réduire le bruit des trains et 41 millions pour régler les quelque 300 remarques et demandes de l'Office fédéral des transports le 5 juin 2008 dernier. Pas un franc pour l'inflation courue depuis le vote genevois du crédit cadre du CEVA de 400 millions de francs fin juin 2002 (auquel s'ajoute les 540 millions de Berne). On peut l'évaluer à au moins 6% pour le génie civil, soit 60 millions, si l'on en croit l'indice des prix du génie civil de l'OCSTAT.

La Tribune de ce matin indique une facture finale de 1,47 million de francs sur la base des des soumissions des entreprises, soit une hausse de 300 millions ou une inflation de 30%! Manifestement le crédit supplémentaire du gouvernement a été dimensionné à la baisse... Un détail sans doute. Robert Cramer, flanqué des conseillers d'Etat Unger et Muller, espère donner le premier coup de pioche avant la fin de son mandat.

Il faudra donc que le Grand Conseil bouscule son ordre du jour plétorique pour adopter en urgence ce gros bonbon, qui représente 11% de la facture initiale du Cornavin Annemasse version 1912. Déjà l'UDC est en embuscade. Que feront les libéraux qui ont soutenu l'initiative des opposants? Un référendum en septembre? Les jeux sont faits. La crise aidant, les Genevois voteront les yeux fermés. Le premier crédit d'une longue série de rallonges?

Le chantier pourrait démarrer demain, insiste le Conseil d'Etat, qui a décidé de faire recours auprès du Tribunal fédéral contre le refus par le Tribunal administratif fédéral d'accorder la levée de l’effet suspensif des recours pendants. CFF et autorités genevoises estiment notamment, indique le communiqué de presse de cet après-midi, que "toutes les charges de l'OFT ne les empêchent pas de commencer les travaux".

Lire la suite

samedi, janvier 31, 2009

PACA plaine de l'Aire Saint-Julien: la démocratie participative balbutiante

Centre de congrès Ramada Encore, entre le Mall de la Praille, fort achalandé en ce samedi maussade – le parking est comble – et le stade de football vide. Quelque 150 élus et militants de la sociétés civiles rassemblées par table de 10, généralement par affinité. Aucun badge ne permet de savoir qui est qui.

9h30, Nicole Surchat Vial directrice du projet d'agglo ouvre le processus de la démocratie participative de la Genève de 2030. Les communes de Bernex, Onex, Confignon et Petit Lancy avait ouvert les feux en novembre. Mais c’est la première fois que des élus et des représentants du monde associatif régional et communal sont réunis ensemble pour prendre connaissance de trois schémas d’urbanisation du sud du pays de Genève. Entre La Praille et Neydens. On ne connaîtra donc pas la couleur de l’assemblée.

Lire la suite

mercredi, mai 07, 2008

Quatar et Bahreïn reliés par un pont de 40 km en 2013

1053045475.pngL'entreprise de BTP française Vinci construira en cinq ans (études comprises) un pont autoroutier de 40 kilomètres qui reliera Qatar à Bahreïn. L'ouvrage comprendra 18 kilkomètres de digue en eau peu profonde et 22 kilomètres de viadux. Le tout pour 3 milliards de dollars (autant de francs suisses). Ce sera le plus long pont du monde. Pour mémoire, la liaison Cornavin Annemasse qui comptera une dizaine de kilomètre est devisée à un milliard de francs. Certains redoutent que la facture grossissent de quelques centaines de millions d'ici sa mise en chantier. Et si Genève changeait de projet et de rythme? Voir ici et ici.

Lire la suite

jeudi, mars 13, 2008

La frontière Saint-Ju-Perly

 

J'ai reçu cette photo ce matin. Qui en dit long sur l'aménagement de l'agglomération.

 

Question: qu'y a-t-il entre le champ de blé et la muraille des immeubles?

 

Réponse: la frontière franco-genevoise.

 

Dans son courriel, Catherine Girod-Gaughran m'écrit: "Ce matin j'ai pris ces photos depuis Perly, qui illustrent bien le propos d'urbanisation débridée de nos communes frontalières.
Au 1er plan la zone verte et vierge suisse, un chemin qui mène vers un mur de batiments, vers un no man's land bizarre.

 

Ce mur marque la frontière où nous sommes acculé, tant les terrains nous manquent. A gauche, on voit le parking d'échange près de la douane. Les frontaliers doivent traverser Saint-Julien pour s'y rendre.

 

Catherine Girod-Gaughran est architecte. Elle est candidate à Saint-Julien sur la liste d'Antoine Vieillard.



Elle ajoute ce post-scriptum: Ce constat de zone verte a été repris par un géographe de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich, M. Christian Schmidt qui a analysé et comparé les développements urbains de Bâle, Zurich et Genève.