mercredi, février 11, 2009

Genève Voltaire Aéroport: il y a un plan B au projet d'agglo!

bisons.png15 communes: 7 suisses (Grand-Saconnex, Collex-Bossy, Pregny-Chambésy, Bellevue, Meyrin, Versoix, Genthod) et 8 françaises (Ferney-Voltaire, Ornex, Prevessins-Moëns, Segny, Versonnex, Sauverny, Cessy, Gex) tel est le périmètre du périmètre d'aménagement coordonné d'agglomération de Ferney-Voltaire lancé le 4 février dernier. C'est le sixième PACA mis sur les rails par le projet d'agglomération franco-valdo-genevois depuis juin 2008. La durée de l'étude est d'un an.

L'objectif est de définir au travers d'un exercice de démocratie participative les "potentiels d'urbanisation pour loger 14'000 emplois et 10'000 habitations à l'horizon 2030 et ce notamment le long de l'axe Cornavin-Ferney-Voltaire et autour des pôles urbains du Grand-Saconnex, de Ferney-Voltaire et de Gex, y compris le développement du pôle de l'aéroport, notamment au Nord-Ouest et mise en valeur des entités paysagères du site." Cette étude prend en compte les "développements déjà décidés : jardins des Nations, requalification de l'axe routier Ferney-Voltaire-Gex (RD 1005)"

Tels sont en résumé, selon la fiche technique que l'on trouve sur le site du projet d'agglo FVG, les enjeux du PACA Ferney-Voltaire.

Lire la suite

mardi, février 03, 2009

Le PACA Ferney Voltaire ignore Charles Pictet

paca les 9 paca b.jpgMâtiné de démocratie participative, le rouleau compresseur des PACA atteint Annemasse, Saint-Genis et Ferney. En langage officiel, cela donne ceci: "La dynamique transfrontalière s’amplifie. Après le lancement en juin 2008 des PACA Bernex, St Julien-plaine de l’Aire et Nyon-St Cergue-Morez, trois nouveaux ont démarré: les PACA Genève-Eaux Vives-Annemasse, Genève-Meyrin-St Genis et Genève-Ferney-Gex."

"Les enjeux des PACA sont de taille et les questions à débattre difficiles: constructions de nouveaux logements, d’espaces pour les activités économiques et les équipements, densification, maîtrise de la mobilité individuelle motorisée, renforcement de l’offre en transports public, entre autres."

Il s'agit en clair dire où planter les immeubles, les usines et les bureaux pour accueillir d'ici 2030 deux cent mille habitants et cent mille places de travail supplémentaires entre Salève et Jura. [cliquer sur la carte pour l'agrandir]

Plus précisément:

  • 10'000 emplois et 30'000 habitants entre Genève et Annemasse,
  • 11'000 emplois et 18'000 habitants entre Genève et Saint-Genis et
  • 14'000 emplois et 10'000 habitants entre Genève et Ferney-Voltaire.

Lire la suite

samedi, janvier 31, 2009

Trois images directrices et un gros non-dit

P1310084 doc 1.JPGLes 150 élus et militants de la société civile ont dû ingurgiter en trois quarts d'heure les projets élaborés en deux mois par trois bureaux d'étude: DeLaMa (Marchand), Lieux-Dits (Vialettes) et Mayor-Beusch. Tous ont tenté d'inscrire dans la pétale sur du projet d'agglomération franco-valdo genevois (entre La Praille et Neydens) 30'000 nouveaux habitants et 20'000 nouveaux emplois d'ici 2030.

Aucun des bureaux n'a évidemment remis en cause les prémisses de ce projet: la réalité de cette croissance démographique et l'absence supposée d'autres visions urbaines concurrentes. Or celles-ci existent, mais elle n'ont jamais été débattue publiquement. La dernière en date celle de l'architecte Charles Pictet qui propose de déplacer la gare de la Praille à Colovrex et de bâtir sur le PAV non plus 6000 logements mais 20'000, c'est à dire un gros morceau de ville, pourrait rendre caduque une partie du projet d'agglo. Mais il n'en fut pas question ce samedi à l'hôtel Ramada Encore.

Lire la suite

SimCity à Saint-Julien, Second Life à Plan-les-Ouates Flight Simulator à Archamps et Bardonnex

SimCity à Saint-Julien, Second Life à Plan-les-Ouates Flight Simulator à Archamps et Bardonnex. C’est un peu l’impression qu’on eut les participants à la journée d’étude du périmètre d’aménagement concerté d’agglomération plaine de l’Aire -  Saint-Julien.
Sur les tables rondes, des cartes au format A3 et A 2 et trois questionnaires. Une grande maquette assez peu lisible dans le couloir des pas-perdus. Trois écrans où défilent des schémas parfois très sommaires. Un vocabulaire d’urbanisme tantôt pédant tantôt abscons. Au total des instruments de participation citoyenne assez rustiques en comparaison de l’incroyable sophistication des trois logiciels que sont Sim City, l’outil culte des maries virtuel, SecondLife, l’univers virtuel de la Toile et Flight simulator qui concurrence presque les meilleurs simulateurs de vol professionnel.

Lire la suite

PACA plaine de l'Aire Saint-Julien: la démocratie participative balbutiante

Centre de congrès Ramada Encore, entre le Mall de la Praille, fort achalandé en ce samedi maussade – le parking est comble – et le stade de football vide. Quelque 150 élus et militants de la sociétés civiles rassemblées par table de 10, généralement par affinité. Aucun badge ne permet de savoir qui est qui.

9h30, Nicole Surchat Vial directrice du projet d'agglo ouvre le processus de la démocratie participative de la Genève de 2030. Les communes de Bernex, Onex, Confignon et Petit Lancy avait ouvert les feux en novembre. Mais c’est la première fois que des élus et des représentants du monde associatif régional et communal sont réunis ensemble pour prendre connaissance de trois schémas d’urbanisation du sud du pays de Genève. Entre La Praille et Neydens. On ne connaîtra donc pas la couleur de l’assemblée.

Lire la suite

dimanche, janvier 25, 2009

30'000 habitants de La Praille à Neydens: on en discute le 31 janvier à La Praille

paca st ju périmètre.pngSamedi prochain, 31 janvier, le projet d'agglomération franco-valdo-genevois devrait s'affiner encore un peu en direction du sud. Lancé le 28 juin 2008, le PACA Saint-Julien-Plaine de l'Aire organise sa première table ronde à l'hôtel Ramada du stade de la Praille. De quoi s'agit-il? D'une petite messe, où les experts en mobilité, en urbanisme, en environnement viendront rendre compte de leurs réflexions au bon peuple et à ses élus. Et comme on ne peut pas réunir tout le bon peuple à la manière d'une Landsgemeinde, les maires ont été priés de sélectionner quelques-uns de ses représentants. Notez qu'on peut encore s'inscrire jusqu'à demain soir 26 janvier ici.

C'est ainsi que, pour Bardonnex, ont été invitées les associations des Dames paysannes de Bardonnex, Mémoire de Bardonnex et le football club de Compesières. Je ne suis pas en mesure de vous donner encore la liste des associations invitées de Perly-Certoux, Plan-lesOuates, Confignon, Lancy, Bernex, Saint-Julien-en Genevois, Archamps et Neydens, car M. Jousselin, chargé de communication du projet d'agglomération côté français, ne m'a pas encore envoyé la liste qu'il m'a promise.

Les grandes associations cantonales et régionales - TCS, ATE, syndicats, chambres de commerces, employeurs, agriculteurs et défenseurs de l'environnement seront de la partie. Les élus sont également conviés. Combien seront-ils à consacrer leur samedi? Et pourquoi les partis politiques des communes concernées n'ont-ils pas été invités?

Lire la suite

dimanche, janvier 18, 2009

A Lucerne, les CFF passent sous le lac

Lucerne Ebikon.jpgLucerne comme Genève et la plupart des villes suisses rêvent de RER et de trains intercity plus rapides et plus nombreux. Mais Lucerne pense aussi au réseau européen des TGV.

Or toutes nos gares ont plus de cent ans. Elles ne sont tout simplement plus adaptées au XXIe siècle. Les CFF, maîtres et seigneurs d'un réseau déjà surchargés et qui devrait absorber un trafic 40% supérieur, n'ont plus les sous ni, semble-t-il, l'ambition de doter la Suisse en conséquence. La régie fédérale est en revanche championne des tunnels alpins qui coûtent une fortune - 25 et 30 milliards - entre le Lotschberg où l'on roule désormais à 250 km/h et le Gothard promis pour 2017.

A Lucerne, les autorités de la Ville et du canton ne sont pas coincées par une convention de 1912. Elles ont donc travaillé de concert avec les CFF sur la meilleure solution pour la ville, le pays et même l'Europe comme l'explique le blog City trip. Ils viennent d'opter pour la construction d'une nouvelle gare sous la gare actuelle, comme à Zurich, nouvelle gare reliée au réseau suisse via une ligne à deux voies construite sous la rade de Lucerne jusqu'à Ebikon. [cliquez sur la carte pour l'agrandir]

Lire la suite

mercredi, janvier 14, 2009

Le CEVA, un tracé du XIXe siècle

ceva 2016 tg 13 janv 09.jpgLes Vaudois l'appelle rev, les Genevois, plus parisianocentrés, rer. Le réesau express vaudois et le réseau express régional ont fait hier un grand pas en avant, rapportent les gazettes ce matin.

"Le RER franco-valdo-genevois propulse enfin l'agglomération (lémanique) dans le XXIe siècle", titre en tête de page Le Temps en offrant un schéma du réseau digne de celui qu'affichent les TPG sur les distributeurs de billets qui ne rendent pas la monnaie: complexe et un brin mensonger. Plus modestement, la Tribune installe la nouvelle en pied de page sous le titre "CEVA: un train toutes les dix minutes dans la région". Le schéma recentré sur Genève est un peu moins complexe. Lausanne, cette obscure bourgade, n'est plus reliée à la métropole (genevoise) que par un RER, certes accéléré, quand Evian l'est par un RER et un TER.

Evian sera ainsi en 2016 à une heure 17 de l'aéroport, mais Lausanne ne sera pas plus proche de Cointrin. Les schémas sont des schémas et il ne faut certes pas leur faire dire, ce qu'ils ne peuvent pas dire. Quitte à lasser, il convient toutefois de rappeler quelques faits rebelles.

Lire la suite

dimanche, janvier 04, 2009

Berne sauvera-t-il Genève

tg agglo 4 janv 09.pngUn million d'habitants en 2030, Genève est-elle prête? La question posée par mon confrère Christian Bernet dans la Tribune de cette fin de semaine est pertinente. Et l'on peut aujourd'hui douter que la réponse soit positive. Pourtant il faut reconnaître un certain mérite à Robert Cramer, celui d'être finalement monté dans le train des agglomérations. Berne promettait en effet de distribuer plus de trois milliards de francs pour des projets d'infrastructure à condition que les cantons déposent leurs voeux avant le 31 décembre 2007.

A marche forcée, Genève a bouclé son projet d'agglomération franco-valdo-genevois le 5 décembre de l'an dernier. Dans la foulée Robert Cramer a lancé des plans d'aménagement coordonnés. Manquent encore quelques conditions pour transformer l'essai:

Lire la suite

vendredi, décembre 19, 2008

Le lièvre genevois a rattrapé la tortue suisse

cramer gaud 5 déc 07.jpgRobert Cramer doit avoir le sourire. Le magistrat vert a réussi a décrocher une enveloppe de 193 millions de francs de Berne pour financer à hauteur de 40% les lignes de trams jusqu'à Bernex-ouest, jusqu'au CERN et jusqu'à Annemasse.

Parallèlement au trafic d'agglomération, le Conseil fédéral a également un peu avancé le désengorgement de l'autoroute entre le Vengeron et Coppet sans le mettre en première priorité. Berne prévoit d'allouer 175 millions à ce tronçon sur un total de 5,5 milliards alloués aux routes nationales. La date de réalisation de cette troisième voie autoroutière n'est cependant pas fixée. Les pendulaires continueront de bouchonner jusqu'en 2020.

A noter qu'il n'est nulle part question de la traversée de la rade. Quant à la troisième voie CFF, elle fait désormais partie du plan Rail 2030, soumis à l'examen en deux variantes, dont la deuxième, si elle était retenue, exclurait du financement fédéral les trams et les métros.

Photo [cliquer pour l'agrandir] Le 5 décembre 2007, le conseiller d'Etat Robert Cramer signait la Charte du Projet d'agglomération franco-valdo-genevois. A sa gauche Bernard Gaud, alors président de l'Association des communautés de communes françaises. © Laurent Guiraud/archive |

Lire la suite

mardi, septembre 02, 2008

Bernex, La Praille, Ambilly: une idée pour sortir de l'impasse annoncée

proregio.pngA Bernex, en 2030, vivront 24'000 habitants et travailleront 9800 personnes. C'est le but que s'est fixé le projet d'agglomération franco-valdo-genevois. Mais ce rapport de 40% d'emplois est l'oeuvre des autorités de Bernex et du plus impliqué d'entre elles, Serge Dal Busco, ingénieur civil et président de l'Association des communes genevoises, qui a dit au ministre cantonal du Territoire Robert Cramer: "Tope-là! Bernex est d'accord de devenir un des futurs centres régionaux de la métropole Genève, mais pas question d'être une "cité dortoir". Nous réclamons un emploi par nouvel habitant."

L'administration cantonale a fait la grimace, mais le ministre a dit ok. Reste à mettre ce projet en musique. Et là Bernex peut innover et devenir un laboratoire démocratique de l'aménagement du territoire pour Genève. On en débat dès ce soir à 20 heures, à l'Ecole de Cressy. [cliquez sur le lien pour voir le programme, cliquez sur les images et les cartes pour les agrandir]

Lire la suite

mardi, juillet 15, 2008

Quelques oublis du projet d'agglomération

Par Pierre Kister, ancien président de l'ARN (Aménagement de la Région Nyonnaise)

Le projet d'agglo est riche et bien formulé. C'est pourquoi, je m'étonne que les axes principaux de circulation n'y soient pas ou très peu traités.

[Le point de vue qu'on lira ci-dessous a été posté le 15 juillet en commentaires sous le billet intitulé "Genève met un pied dans le Reblochon".]

Lire la suite

lundi, juillet 07, 2008

Construire la ville, ce n'est pas du gâteau

paca 1 à 8.pngConstruire la ville en ville, la ville à la campagne, des villes jardin, des éco-quartiers, des villes urbaines (par comparaison aux cités dortoirs sans commerce ni animation), des villes à mobilité douce, des villes linéaires le long d'un tram ou d'un train, des villes concentriques ou des villes marguerite, des villes melting pot enfin qui ne rejettent pas les pauvres dans des banlieues éloignées, ce n'est pas du gâteau. Les urbanistes sont payés pour le savoir. Les politiciens le savent aussi. Mais ne sont payés que lorsqu'ils sont à l'exécutif. Et encore. Hier, les urbanistes suisses romands et français tenaient leurs assises à Genève. Au menu le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, dont les appels d'offres pour les études des trois premiers PACA ont été publiées ce lundi 7 juillet. [cliquez sur l'image pour l'agrandir]

Lire la suite

jeudi, juillet 03, 2008

L'agglo: une mayonnaise qui a de la peine à prendre

50'000 frantaliers géo référencés carte seulement 2005.pngBernex le 16 juin, Saint-Julien le 25 juin, une fraction de la "société civile" le 1er juillet. En septembre Veyrier, Saint-Genis et Annemasse. Puis Ferney, Ville-la-Grand-Thonon. Plus tard Vetraz-Monthoux-Bonneville, Etrembières-Saint-Julien? Et peut-être Nyon-Coppet-Divonne, entre lesquelles le maire de Coppet voudrait créer dès 2009 une ligne de bus dont il n'a pas le premier franc. Ainsi avance le projet d'agglomération franco-valdo-genevois. Par ellipses plus ou moins allongées, épousant fidèlement des lignes de transports publics à venir.  En langue technocratique, on appelle PACA les études de site qui démarrent. PACA pour périmètres d'aménagement coordonné d'agglomération. [Cliquer sur l'image pour l'agrandir. On aimerait bien que l'OCSTAT nous fournisse une carte des pendulaires vaudois]

Lire la suite

mardi, juillet 01, 2008

Genève met un pied dans le Reblochon

reblochon.jpgagglo démarche participative.pngOù en est le projet d'agglomération franco-valdo-genevois? Robert Cramer et ses compères vaudois et français ont terminé lundi soir un petit marathon explicatif à la Caserne des Vernets, où une petite soixantaine de représentants de l'introuvable "société civile" ont assisté bien sagement à un point de situation et au lancement de six périmètres d'aménagement coordonné d'agglomération (PACA).

[Cliquez sur les images pour les agrandir. Cliquez sur le mot commentaires pour réagir]

Lire la suite

vendredi, janvier 04, 2008

L'enjeu des années 2008 et +

Illustration tiré de la Charte d'engagement.

 

La Charte "Genève agglo 2030" signée le 5 décembre 2007 est un document d'intention. Les travaux concrets démarrent cette année. Sacré défi! Les intérêts sont complexes, souvent contradictoires, les autorités nombreuses (et surchargées), les dossiers techniques et l'attention des élus et du public épisodique.

 

A relever toutefois sur le site internet du projet d'agglo www.projet-agglo.org la création d'un Conseil du développement durable baptisé Forum d'agglomération. L'embryon d'une Assemblée régionale élue?

 

Genève dispose déjà d'une commission consultative du développement durable. Comme la plupart de ces conseils sensés représenter l'introuvable société civile, le cdd est composé pour un tiers des milieux économiques, un tiers des milieu de protection de l'environnement et pour un tiers des milieux sociaux et syndicaux. Autant dire que les forces vives de la nations y sont minorisée.

 

Ci-dessous le plan d'action 2008 et + tel qu'on peut le lire sur le site de l'Etat. (JFM)

 

L'enjeu des années 2008 et suivantes est une intégration plus en amont de la participation dans l'élaboration du Projet pour mettre en place une démarche participative plus ciblée en fonction des échelles abordées. A partir de 2008, le travail va se poursuivre par un approfondissement du Schéma d'agglomération et du travail sur les politiques de services.

Parallèlement des études seront élaborées : des études de projets urbains par axes sur :

  • les Périmètres d'aménagement coordonné d'agglomération (PACA),
  • les Projets stratégiques de développement (PSD),
  • des études mixtes espaces publics - infrastructures de transports (ESPU),
  • des études d‘aménagements urbains ponctuels (AUPON),
  • des études sur la mobilité douce (MD),
  • des études purement transport (TRANS).

La démarche participative du Projet d'agglomération intégrera deux échelles :

  • L'échelle de tout le périmètre de l'agglomération

- Poursuite des séminaires de participation avec les élus et la société civile élargie.

- Création d'un Conseil du développement durable : le Forum d'agglomération.

  • Les échelles locales

Des démarches participatives sur mesures associeront les partenaires de proximité et le Forum d'agglomération.

Pour publier un billet sur ce blog, demandez la marche à suivre à blog@tdg.ch. Poour poster un commentaire, cliquez sur le mot commentaires ci-dessous.

jeudi, décembre 20, 2007

Les syndicats critiquent le projet d'agglo

Salaires, profits des entreprises, aménagement du territoire, dans ces trois domaines au moins, le projet d'agglomération franco-valdo-genevois "prépare et légitime des ségrégations". Dans un long communiqué publié cette semaine, le secrétaire de la Communauté genevoise d'action syndicale n'est pas tendre avec la Charte signée par Robert Cramer et Jean-Jack Queranne et une brassée d'autres personnalités de la région le 4 décembre dernier.



Quoi qu’en disent ses co-responsables, le projet consacre une forte division économique et sociale de l’espace. Et Claude Reymond de réclamer un autre projet de développement.



Le responsable syndical est convaincu que "les centres de décision des grandes entreprises, les sièges sociaux des firmes européennes et mondiales, les organisations internationales, les logements haut-de-gamme et les lieux culturels importants continueront de s’implanter dans l’ancienne Genève sur territoire suisse; que la zone dite agricole sera conservée dans sa quasi-totalité, surtout pour des raisons politico-idéologique découlant d’une soi-disant protection de l’environnement ; et enfin que les futurs logements sociaux, les lieux de production des entreprises moyennes et petites et les organisations internationales non-gouvernementales modestes seront tendanciellement relégués dans la couronne qui densifie en formant l’autre Genève sur territoire français."



Claude Reymond dénonce la duplicité du Conseil d'Etat Cramer qui promet de loger cent mille personnes de plus dans le canton d'ici 2030, mais ne propose "aucun lieu pour les déclassements de zone agricole en zone de développement, alors que le programme d’application d’un accord « historique » sur le logement signé le 1er décembre 2006, lui faisait obligation de les cartographier lors des deux premiers trimestres 2007."



Le secrétaire de la CGAS épingle également Mark Muller qui contribue à la flambée des prix des terrains et va à l'encontre d'un rééquilibrage emplois/logements évoqué. "Le Masterplan Praille-Acacias-Vernets, « le » projet du Conseil d’Etat, prévoit en son périmètre 9’000 logements pour 41’000 emplois, soit un rapport de 5 emplois pour un logement! Ce Masterplan accentue tant le déséquilibre régional que la crise du logement."



Dernière pointe lancée par les syndicats contre le projet d'agglo, sa faible assise démocratique. "Aux débutés genevois de tous bords politiques qui s’en sont émus, le Conseiller d’Etat Cramer a répondu qu’aucune base légale n’existait pour un contrôle démocratique transfrontalier. Ce qui est exact, constate Claude Reymond qui se demande non sans pertinence: Mais s’agit-il dès lors de s’en réjouir pour en profiter, ou de s’en inquiéter pour la créer?"

J.-F. Mabut 

lundi, décembre 10, 2007

Ce qu'en pense Le Frontalier

 

Le numéro de décembre de la revue des travailleurs frontaliers consacre deux pages au projet d'agglomération. L'article non signé en rappelle le cadre politique: côté suisse, la loi fédérale d'infrastructure qui promet 3,5 milliards de francs aux quelque 35 agglomérations du pays dès 2011.

 

Côté français, le projet d'agglomération franco-valdo-genevois fait partie des 15 grandes entités retenues par la Délégation ministérielle à l'aménagement et à la compétitivité du territoire (ex Datar). Selon la loi de finance française pour 2008, 4,154 milliards d'euros au total, sont demandés au titre de 34 programmes relevant de 14 missions.

 

Le mariage de raison de Genève et de sa région devrait permettre, écrit le Frontalier, d'obtenir le label "Grands projets Rhône-Alpes" et une enveloppe de 70 millions d'euros sur sept ans pour six projets. Enfin les fonds européens devraient augmenter l'enveloppe de quelque 55 millions d'euros dans le cadre d'Interreg IV (voir aussi ici).

 

Le CEVA que le Frontalier voit déjà rejoindre Thonon et Annecy et Saint-Cergues La Cure est l'épine dorsale de la mobilité régionale. Les trams iront à Saint-Genis (c'est prévu) et à la gare d'Annemasse (c'est envisagé). Des P+R sont prévus à Machilly, Reigner et Ferney-Voltaire. Aucun mention pour Saint-Julien, ni de l'initative des "anti-Ceva" qui veulent le voir aboutir à Saint-Julien précisément.

 

Second axe stratégique, le plan directeur de l'habitat transfrontalier prévoit de construire 50'000 logements dans les dix ans. Mais Frédéric Bessat, chef côté français du projet d'agglo, ne précise pas où.

 

Rien non plus sur le volet économique sinon un guide touristique commun, pas grand chose en matière d'environnement sinon un inventaire (un de plus), rien sur la santé, quelques dilpômes de plus reconnus de part et d'autre de la frontière. Enfin la culture verra la création d'un atlas et la préparation d'un "événement fédérateur d'agglomération".

 

Le projet d'agglomération lance des pistes. Les élus ont deux ans pour les préciser et présenter des projets réalisables aux organes financeurs.

Une question clôt l'article du Frontalier: "Pourquoi le projet d'agglo s'arrête-et-il aux portes de Thonon?" En effet!

 

J.-F. Mabut

 

Pour réagir aux articles publiés dans ce blog tapez sur le mot commentaires et indiquez obligatoirement votre nom et une adresse e-mail. Les commentaires courtois, concis et pertinents sont appréciés.

Pour publier sur ce blog, demandez la marche à suivre en envoyant un message à blog@tdg.ch.

 

vendredi, décembre 07, 2007

200'000 habitants et 100'000 emplois

Le point de départ du projet d'agglomération franco-valdo-genevois est 2010. Son point d'arrivée est 2030. Vingt ans, c'est le laps de temps qui nous sépare de 1987, année phare du boom économique des années 80 et sommet de la bulle immobilière où se forgèrent les casseroles de notre banque cantonale...

 

Quelques repères donc pour apprécier l'objectif fixé par le projet d'agglomération lequel prévoit deux cent mille habitants de plus entre Salève et Jura, dont la moitié dans le canton, et cent mille emplois en plus, dont 40% dans le canton, histoire de rééquilibrer le différentiel économique existant entre le centre et sa couronne.

 

  • En 1987, le canton hébergeait 377'000 habitants. En 2007, il en héberge 447'000, soit une augmentation de 70'000 âmes de plus en 20 ans.
  • En 1985, le canton offrait, selon l'Office cantonal de statistique 239'385 places de travail, 244'049 en 1995 et 269'274 en 2005, soit une augmentation de 30'000 emplois en 20 ans.
  • En 1987,l'économie cantonale employait 28'000 travailleurs frontaliers. Vingt ans plus tard, elle en emploie quelque 60'000.

Ces quelques chiffres laissent songeurs et montrent que les chiffres annoncés par le projet d'agglomération prévoient une accélération de la croissance démographiques et économiques du canton.

jeudi, décembre 06, 2007

L'agglomération immobile?

Huit cahiers racontent par le menu les intentions stratégiques des élus pour la région genevoise et ses 777'000 habitants. Mais on cherchera en vain dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, outre la liaison ferroviaire lourde entre la Praille la gare des Eaux-Vives et la frontière suisse, qui se taille la part du lion des crédits fédéraux, de nouveaux et ambitieux projets de transports.

 

La traversée de la rade est renvoyée à 2040 et ne figure sur aucune carte. Il suffit pourtant de jeter un coup d'œil sur le maillage actuel des voies de transport pour comprendre que le chaînon manquant est une grande traversée autoroutière et ferroviaire.

 

Du coup, l'aéroport reste un cul de sac ferroviaire et ne peut être atteint depuis la France ni depuis la future ligne des Carpates ni depuis l'hypothétique Tonkin sans passer par Cornavin et repartir en arrière. Laquelle gare est difficilement accessible en voiture.

 

Du coup, la rive droite reste enclavée. Aucune route n'est d'ailleurs prévue pour rejoindre la gare d'Annemasse.

 

Il n'est pas prévu non plus de relier la voie ferrée du Pays de Gex au réseau suisse. La liaison de la voie express à l'autoroute suisse n'est suggérée qu'en pointillé. Quant au futur raccordement de cette voie express avec l'autoroute A41 via un grand pont sur le Rhône, il est également rejeté au-delà de 2030.

 

Comment va-t-on gérer l'autoroute de contournement qui frôle l'asphyxie? Ce matin encore, sur le coup de 7h30, les pendulaires s'encolonnaient sur deux voies, au pas, à l'entrée du tunnel de Confignon, alors que le bus D avançait lui aussi au pas, coincé dans la colonne de voiture à l'entrée de Plan-les-Ouates. Il nous a fallu 40 minutes pour rejoindre la rue du Stand depuis Perly. Autant descendre à pieds comme nos arrières grands-parents!

 

Rien n'est prévu non plus pour soulager les petites douanes par où percolent les milliers pendulaires matin et soir. Que deviendra la voie interquartier qui préfigurait le contournement sud du canton (également appelée voie Cottier) et qui est planifiée depuis des lustres entre le Bachet-de-Pesay et la route de Veyrier?

 

La seule nouvelle route prévue est celle des Nations qui toutefois verra son gabarit largement entamé par la construction du tram de Ferney.

 

Côté français, la liaison autoroutière sous le Mont-de-Sion grossira dans un an le flot des pendulaire en provenance de la région d'Annecy. La voie express du Chablais vers Thonon reliera-t-elle un jour le Valais? Sa connexion avec l'A41 est lointaine pour qui travaille sur la rive droite du Rhône. Mais aucun nouveau pont sur l'Arve n'est prévu. Quant à la voie ferrée du pied du Salève, sa viabilité a été sérieusement mise à mal depuis que les Eaux d'Evian ont choisi la route pour inonder le monde.

J.-F. Mabut

mercredi, décembre 05, 2007

Le projet d'agglomération est signé

Robert Cramer pour le canton de Genève et Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, et quelque 15 autres personnalités ont signé ce mercredi à 17h30 la Charte d'engagement du Projet d'agglomération franco-valdo-genevois sur le bateau "Lausanne".

 

Le projet fixe les axes de développement du grand Genève et précise où le canton logera les 100'000 habitants de plus attendus d'ici 2030 et la région les 100'000 habitants de plus attendus dans la couronne française et sur la côte vaudoise.

 

Deuxième enjeu de taille, la localisation des 100'000 emplois nouveaux devra privilégier la couronne extra-cantonale pour rééquilibrer un peu la tendance actuelle qui voit Genève concentrer les emplois et la couronne loger les banlieusards.

 

Charte d'engagement page 56

 

 

Troisième défi, le basculement vers les transports publics des quelque 930'000 habitants de la région en 2030.

 

Le choix symbolique d'un lieu voguant et hors sol, certes amarré au quai du Mont-Blanc, pour signer la Charte d'engagement préfigure sans doute les tempêtes et les pots au noir qui attendent encore la galère régionale avant que la Berne fédérale ne lâche encore quelques millions pour financer les infrastructures des transports du Grand Genève. Il ne devrait guère rester que quelques miettes pour le bout du lac, vu que le CEVA s'est déjà taillé la part du lion des 6 milliards votés dans le cadre de la loi qui entre en vigueur au 1er janvier 2008. Première échéance attendue à fin 2014!

 

 

Montés tardivement dans le train des crédits fédéraux, le canton de Genève et son ministre du territoire ont relancé une coopération transfrontalière qui avance cahin-caha depuis des lustres. Qui se souvient de la French Geneva County d'Alain Borner et du savoyard Roland Pascal, qui a engendré l'international business park d'Archamps, promis alors à devenir la Silikon Valley du Genevois? C'était au début des années 90?. Qui se souvient des dix pôles de développement régionaux lancé à la fin dui siècle dernier?

 

Troisième tentative majeure de gouverner ensemble les quelque 730’000 habitants qui vivent dans le bassin genevois, le projet d’agglomération, réussira-t-il là où ses prédécesseurs n’ont produit que des rapports de bonnes intentions? Reconnaissons à ce stade un premier mérite au projet d'agglomération, celui de fournir des informations passionnantes sur la région qui disent bien l'urgence de s'entendre.

 

La balle est désormais dans le camp des élus et des citoyens. A Genève, la révision de la Constitution sera l'occasion de faire œuvre de pionnier pour inventer une forme pertinente de démocratie régionale.

 

vendredi, novembre 23, 2007

Mobilité et urbanisme

Malheureusemment et  pour des raisons de santé, je n'ai pas pu assister au débat sur la mobilité organisé par la TG le 21 novembre.

J'aimerai d'abord féliciter très vivement Mr Bernard Gaud, président de l'ARC, qui a répondu d'une façon claire , nette et précise aux référendaires du projet CEVA, en affirmant qu'il ne fallait pas compter sur les élus français pour soutenir leur contre- projet. Voilà une forte prise de position qui montre l'accord complet entre les autorités des deux cotés de la frontière.

Par contre, je n'ai pas senti dans les contre-rendus de la soirée le rôle que joue l' urbanisme sur la mobilité. En effet un des enjeux importants du projet d'agglo est certainement la localisation des emplois et des logements. Genève doit faire un effort considérable pour construire des logements sur notre canton. Il s'est engagé d'ci quelques années de construire 2500 logements par an ,soit environ le double d'aujoud'ui. Parralèlement, il faut aussi créer des emplois en France voisine, grâce notamment à la bi-localisation. Genève est-elle prête à aider nos amis français dans cette perspective?Davantage de logements à Genève et d'emplois en France ne pourront que freiner le nommbre de passages aux frontières.

Pierre Milleret

mardi, novembre 06, 2007

Des voies et des sites franco-genevois

Ce blog est ouvert à qui veut prendre la parole sur l'avenir de l'agglomération genevoise. Pour poster un avis, trois possibilités:

Le projet d'agglomération couvre neuf domaines, mais c'est principalement le sujet des infrastructures de transports qui est en cours de bouclement. Genève doit en effet envoyer sa copie avant la fin de l'année à Berne si le canton veut participer au partage du gâteau de 6 milliards sur 20 ans, associé à la loi qui entre en vigueur le 1er janvier. Lire aussi ici

 

La carte ci-dessous présente deux informations intéressantes:

  1. la carte des autoroutes. La liaison Genève Annecy est anticipée tandis que le futur pont sur le Rhône qui devrait permettre de désenclaver le Pays de Gex vers le sud est juste suggéré. Quant à la liaison de cette voie expresse avec l'autoroute suisse, elle n'est pas signalée. Pas plus que la traversée du lac ou que l'autoroute du Chablais.
  2. Le six sites d'implantation de nouvelles entreprises ont fait l'objet d'une promotion commune franco-genevoise dans le cas d'une partenariat public privé en juin dernier lors du salon immobilier de Cannes.

 

lundi, novembre 05, 2007

Genève 2025: rien sur la question fiscale?

En politique, la question fiscale est cruciale. Pas d'argent, pas de Suisses! Bien connue, l'expression* de François 1er vaut en fait pour toutes les nationalités. Elle ne renvoie nullement à la supposée pingrerie des Helvètes, mais au fait que le roi de France fauché comme les blés - la faillite de la France ne date pas d'aujourd'hui - ne pouvait pas payer ses mercenaires aux bras noueux.

 

Dans le projet d'agglomération Genève 2025, le volet fiscal apparait singulièrement absent. Plus largement, rien n'est dit, pour l'instant, sur les organes directeurs, législateur, exécutif, judiciaire qui seront chargés de mettre en oeuvre ces politiques ambitieuses.  

 

Quel est votre avis à ce sujet? Vous pouvez participer à ce blog soit en ajoutant un commentaire à ce billet, soit en participant au comité des auteurs du blog. Dans ce cas, il suffit d'envoyer un courriel au sous-signé qui vous enverra la procédure et le mot de passe.

 

* Lors de la bataille de Pavie (1525), ces mercenaires au service du roi François Ier se mirent en grève parce qu’ils n’avaient pas été payés : « Pas d’argent, pas de Suisses ! » selon le Monde diplomatique

 

 Jean-François Mabut