mardi, décembre 08, 2009

En mai, fais ce qu'il te plait: Les Assises des élus franco-valdo-genevois!

vue aérienne gogle.jpgDans son discours de Saint-Pierre, François Longchamp a déclaré inéluctable la création du Grand Genève. Le président du Conseil d'Etat s'est bien gardé toutefois d'user de cette expression pour désigner l'agglomération qui déborde largement en France voisine et dans le district de Nyon. Même le mot métropole genevoise est délicat. Cela ne tient pas uniquement aux susceptibilités qu'il faut ménager au-delà de la muraille frontalière. Cela tient sans doute aussi à l'absence quasi totale de la ville de Genève dans le débat politique sur le projet d'agglo.

La ville est certes géographiquement le coeur de l'agglo, mais l'agglo reste absente du discours de ses édiles, à l'exception notable de Manuel Tornare qui milite officiellement pour une Assemblée régionale, comme son ancienne collègue de parti Jacqueline Burnand - contrairement à ce que dit Cramer, d'autres avant lui ont pensé et réalisé la région. Politiquement, vu de l'agglo, c'est-à-dire vu du Salève, la ville de Genève n'existe pas. C'est une naine rouge dans la constellation des pouvoirs régionaux plutôt actifs, surtout du côté français. La Mairie de Genève a constamment snobé les rendez-vous de démocratie participative mis en place pour définir le Grand Genève à l'horizon 2030.

Soucieux (enfin) d'instiller un peu de démocratie représentative dans les rouages encore très technocratiques de l'agglo, Guy Mettan a pris hier soir, à Saint-Pierre, une heureuse initiative, celle de convoquer en mai 2010 les Assises des élus de la région franco-valdo-genevoise.

 

Lire la suite

dimanche, décembre 06, 2009

Prudent, prudent, le Vaudois Marthaler

nyon-mobile.jpgRobert Cramer a fait ses adieux aux partenaires du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, mercredi 2 décembre, au Globe de la Science du CERN. Il n'a pas pu présenter à ses invités ses successeurs qui étaient encore en train de se découper les départements à l'heure où ses hôtes tissaient les louages du ministre du Territoire.

Robert Borrel, ancien maire d'Annemasse, actuel président des communes frontalières, parla en ami devant les drapeaux alignés de Genève de Vaud, de Suisse de France du Cern et de l'ONU - au fait, Monsieur le président, pourquoi le drapeau de la Haute-Savoie manque-t-il à l'appel? Et quel sera le drapeau du Grand Genève que vous construisez de concert? L'heure n'était pas à la futurologie.

Le Vaudois François Marthaler parla en voisin. Le conseiller d'Etat chef des infrastructures, qui tient un blog depuis 2006, ne s'aventura pas sur les chemins escarpés de la coopération fiscale, qui reste le dossier tabou des relations valdo-genevoises. Je lui ai demandé à l'issue de sa prise de parole pourquoi Lausanne avait refusé que Nyon participe à la communauté tarifaire genevoise UNIRESO. Il m'a assuré dans l'interview vidéo qu'il m'a accordée qu'une solution venait d'être trouvée.

Lire la suite

vendredi, décembre 04, 2009

Santé, emploi: le maire d'Annemasse réagit à la désignation de P.-F. Unger comme ministre de la région

Dupessey vidéo déc 09.jpgLes habitants de la France voisine pourront-ils se faire hospitaliser à Genève? Comment Pierre François Unger, chef de l'Economie publique, de la Santé et désormais de la Région va-t-il rééquilibrer l'emploi dans la région? Deux questions que j'ai posées au socialiste Christian Dupessey, maire d'Annemasse, à l'issue du discours d'adieu de Robert Cramer aux acteurs du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, le 2 décembre, au Globe de la Science du CERN.

En deux mots, Christian Dupessey ne croit pas que les habitants de la France voisine pourront se faire hospitaliser à Genève, sauf accident, ce qui est déjà le cas aujourd'hui. "La santé c'est Paris qui décide et les systèmes de financement sont assez différents."

Qu'en sera-t-il en revanche de l'accueil des personnes âgées? "Nous sommes en négociation avec les assurances suisses et nous avons bon espoir de conclure un accord d'ici janvier 2010 car nous avons déjà reçu des demandes". C'est la réponse que nous donne la Maison de famille du Genevois, un établissement privé de soins et de repos qui vient d'ouvrir ses portes à Collonges-sous-Salève, à la route de Rozon à 100 mètres de la douane de La Croix-de-Rozon.

Quant à l'emploi, ce sera le défi de Unger et c'est sur ce terrain que le maire socialiste d'Annemasse attend le nouveau patron de la Région.

Lire la suite