mardi, novembre 24, 2009

Appel écolo au gouvernement: le beurre et la crémière

barthassat bänzinger.jpg"Nous voulons un architecte cantonal, un conservateur cantonal et un urbaniste cantonal. Nous voulons que ces trois personnes soient indépendantes de l'administration. Nous pensons qu'il faut maintenir les Commissions de l'Architecture, de l'Urbanisme et des Monuments, de la nature et des sites."

L'Appel lancé hier par l'ATE, Pro Natura, Patrimoine suisse et le WWF - le second du genre après celui de 2005-2009 - est un catalogue de doléances où l'on réclame le lait, le beurre et la crémière. Sans trop se préoccuper de la facture.

Marcellin Barthassat, le président de Patrimoine Suisse (Genève) croit-il vraiment qu'il va dynamiser la construction de logements à Genève et inscrire Genève dans la liste des cités pionnières en matière d'économie d'énergie de bâtiments locatifs adaptés au pouvoir d'achat de la majorité de la population?


La création non seulement de Monsieurs (ou Madames) Architecture, Conservation et Urbanisme participe d'ailleurs d'un rêve, celui du dictateur éclairé capable de mettre tout le monde d'accord, et surtout d'un aveu d'échec de notre système de démocratie participative, où les consultations multiples, les lois nombreuses (à titre d'exemple voir ci-dessous la liste ce celles qui gouvernent l'action de la CMNS), les avis des des commissions spécialisées et les préavis communaux, éventuellement suivis de référendum, brident littéralement le pouvoir exécutif et se révèle une formidable machine à castrer les plus belles initiatives.

Ajouter encore les recours devant les Tribunaux qui se font un malin plaisir de casser des décision de l'autorité concurrente, il suffit parfois qu'un point ne soit pas sur un i pour qu'à la forme des milliers d'heures de travail passent à la trappe. Tous ont perdu la notion même du bien commun, de la demande urgente des gens en logements et de l'économie des moyens. A vouloir satisfaire tout le monde, Genève est aux antipodes du développement durable. (JFM)

On pourra visionner ci-dessous l'essentiel des déclarations faites lors de la conférence de presse

 

* Bases légales de la CMNS (à titre illustratif) inventaire tiré du Service des monuments et des sites
Introduction aux bases légales du Service des monuments et des sites
Lois fédérales
Loi sur l'aménagement du territoire (LAT)
Loi sur la protection de la nature et du paysage (LPN)
Loi sur la protection de l'environnement (LPE)
Ordonnance sur l'aménagement du territoire (OAT)
Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB)
Ordonnance concernant l'Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels (OIFP)
Ordonnance concernant l'Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse (OISOS)
Lois cantonales
Loi d'application de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire (LALAT)
Loi sur la protection des monuments, de la nature et des sites (LPMNS)
Règlement général d'exécution de la loi sur la protection des monuments, de la nature et des sites (RPMNS)
Loi sur les constructions et installations diverses (LCI)
Règlement d'application de la loi sur les constructions et installations diverses (RALCI)
Loi sur la protection générale des rives du lac
Loi sur la protection générale des rives du Rhône
Loi sur la protection générale et l'aménagement des rives de l'Arve
Loi générale sur les zones de développement (LGZD)
Loi sur les eaux
Loi sur les forêts
Règlement concernant l'utilisation du domaine public
Loi sur les procédés de réclame

Commentaires

Holà Jean-François Mabut !
La question que vous me posez implique une réponse instantanée, dans un premier temps, puis plus développée ensuite... Cà sera l'occasion d'un papier dans la rubrique l'invité ou une page dans le présent blog.
La question: le soussigné croit-il vraiment qu'il va dynamiser la construction de logements à Genève et inscrire Genève dans la liste des cités pionnières en matière d'économie d'énergie de bâtiments locatifs adaptés au pouvoir d'achat de la majorité de la population?
Premièrement il faut relire la page 5 et 6 de l'appel en particulier sur la densification point 1.1. le "beurre" est certainement dans les 45% des surfaces constructibles cantonales toutes confondues. On y propose: d'augmenter la densité à 0.4/0.6 (modification de la loi, au travail les députés !) et pour y parvenir de modifier les distances aux limites moyennant un plan de quartier qui serait convenu avec les habitant.
La création d'un fond cantonal pour inciter les communes à investir sur les espaces publics est un autre objectif. Car on sait que les communes n'aiment pas urbaniser pour plusieurs raisons, notamment parce que çà implique des coûts d'équipement. Outre la création d'un fonds, la modification de la LGZD doit aussi être requise, notamment en matière de taxe d'équipement afin de démontrer que l'intérêt du locataire n'est pas que dans sa sphère privée du logement mais aussi sur les espaces communs ou publics (vie de quartier.
Sur le patrimoine... cessons de le prendre en otage ! La liste des propositions pourrait être assez longue. Preuve en est, par exemple, les discussions bilatérales en cours avec les milieux immobiliers pour élaborer des règles de bonnes pratiques sur l'amélioration thermique des bâtiments (en particulier les fenêtres) et sur l'intégration des capteurs solaires.
Nous pourrions encore poursuivre dans ce listing qui reflète bien les enjeux que nous entendons faire comprendre, C'est effectivement une nouvelle posture, plus prospective que réactive... pour fabriquer le patrimoine du XXIème siècle !
Enfin sur la question de la démocratie nous ne croyons pas à la solution qui viendrait d'en haut, mais à la transmission des savoirs, des connaissances, du débat et de la disciussion sur des hypothèses de projet. C'est l'une des manière de prendre au sérieux les attentent de la populations et de les représenter concrètement. Les réponses... c'est un long chemin, et vous le savez très bien ! Disons des chemins qui acceptent la complexité des choses et du monde et qui avance par processus, peut-être plus lent mais permettant d'assurer de la qualité et de la durabilité. L'architecte, l'urbaniste ou le conservateur cantonal ne sont que des acteurs parmis d'autres pour faciliter ce processus de projet et le communiquer. Dégagé des contraintes bureaucratiques, leurs énergies doivent être mobilisées pour l'aide à la décision et l'intérêt des paysages ruraux et urbains, pour l'organisation de toute une communauté urbaine.
Voilà donc ma réaction à chaud... entre deux tâches professionnelles. Rendez-vous pour un développement plus élaboré mais avec la crémière !

Écrit par : Marcellin Barthassat | mercredi, novembre 25, 2009

Correctif/rectificatif: les 45% représente la totalité de la zone villa (c'est énorme) qui actuellement occupe le territoire avec une faible densité entre 0.2 et 0.3.

Écrit par : Marcellin Barthassat | mercredi, novembre 25, 2009

On a jamais autant parlé de mobilité dans une ville où y'a jamais eu autant de chômeurs!

Des actes, proposé aux chômeurs de partir au bout du monde, de toute façon partout plutôt que Genève aujourd'hui!

Sur 8 entreprises vaudoises, 7 sont en infractions avec la lois!
Vive les bilatérales et les salaires suisses à 15.- de l'heure!

Bravo mes cocos continué et y'aura plus de fric pour vos salaires!

Écrit par : dominiquedegoumois | jeudi, décembre 03, 2009

Les commentaires sont fermés.