samedi, novembre 14, 2009

Berme lance la troisième voie Vengeron Coppet et réserve 1,2 milliard pour élargir l'autoroute Vengeron Perly ou traverser le lac

capture Genève 2030 bassin.jpgTout est dans la manière de communiqué. Hier, deux jours avant la clôture du scrutin de l'élection du Conseil d'Etat et à 15 jours de celui sur le CEVA, deux informations lourdes sont tombées. L'une émane du Département du Territoire et est titrée "Berne prévoit d'accorder 1,5 milliard de francs au Projet d'agglomération franco-valdo-genevois et aux aménagements autoroutiers".

A la lecture du communiqué (que nous reproduisons intégralement ci-dessous), on constate que la Confédération réserve 1,2 milliard pour élargir l'autoroute de contournement entre le Vengeron et Perly, à moins que l'étude en cours sur la traversée du lac démontre une pertinence cout bénéfice de ce tronçon plus grande.*

Autre nouvelle qui fera grincer des dents les adeptes absolues de la mobilité collective, Berne ouvre dès 2013 un crédit de 175 millions pour élargir à trois voies le tronçon Coppet-Vengeron. A ce montant s'ajoutent, pour la période 2011-2014, 186 millions, notamment pour le tram Bernex, le tram Annemasse, les aménagements en surface des gares CEVA, la liaison gare CEVA Champel Hôpital (non prévus dans le crédit principal du CEVA).

 


Pour la période 2015-2018 (Agglo 2), la Confédération propose un cofinancement des travaux inscrits au Projet d'agglomération à hauteur de 69 petits millions. Le projet d'agglomération 2 doit être déposé en juin 2012. Parviendra-t-il à remettre la traversée de la rade en priorité numéro 1? La carte officielle du projet d'agglo 2030 (cliquer sur la carte pour l'agrandir) ne prévoit toujours pas le bouclement du périphérique extérieure de Genève. Le Grand Conseil sera-t-il saisi ou l'urgence, comme en 2007, fera que le Conseil d'Etat passera outre le débat démocratique?

L'autre information vient d'un rapport de l'Obseravatoire de la mobilité de l'Université de Genève qui évalue la zone de chalandisation du CEVA. Le professeur Pini, directeur de l'Institut, en avait donné les premiers éléments lors de son intervention jeudi 5 novembre à Saint-Cergue lors d'un séminaire du projet d'agglo sur la mobilité.

On peut revoir sa présentation en cliquant ici.

JFM

[* La traversée du lac paraît probable, car on ne voit pas comment Berne va pouvoir agrandir les tunnels de Venier et de Bernex. Une perspective qui va réjouir l'ancien patron des Travaux publics qui présente ces jours son projet du Pont du Bicentenaire aux Autonomnales... tandis que la traversée du lac avec un contournement d'Annemasse par le nord et une bretelle par le sud sous ambilly vers l'échangeur d'Emtrembières donnerait tout son sens au CEVA en permettant de construire un parking d'échange géant à la gare d'Annemasse et un accès par des bus sans traverser les rues étrotes de la cité frontalière.]

 

 

Communiqué de presse de la chancellerie d’Etat diffusé vendredi soir à 18h42 (!)
Berne prévoit d'accorder 1,5 milliard de francs au Projet d'agglomération franco-valdo-genevois et aux aménagements autoroutiers

Genève se félicite de la décision du Conseil fédéral, qui propose au parlement fédéral de cofinancer à hauteur de 186,05 millions de francs les travaux d'infrastructures liées à la mobilité dans le bassin franco-valdo-genevois, durant la période 2011-2014. Genève se félicite également de la décision du Conseil fédéral, qui, dans le cadre de son programme d'élimination des goulets d'étranglement autoroutiers, propose au parlement fédéral de financer dès 2013 et à hauteur de 175 millions de francs les travaux d'élargissement à trois voies du tronçon Coppet-Le Vengeron, ainsi que de réserver quelque 1,16 milliard de francs pour l'aménagement des tronçons Perly-Meyrin et Meyrin-Le Vengeron, en attendant les résultats de l'étude cantonale en cours en vue d'une traversée autoroutière du lac.

Le message du Conseil fédéral sur la libération des crédits du programme en faveur du trafic d’agglomération dès 2011 prévoit que la Confédération prendra en charge 40% des investissements prévus dans l'agglomération genevoise durant cette période, soit le taux maximum octroyé par la Confédération aux vingt-six projets retenus dans l'ensemble du pays. Le parlement devrait libérer les fonds d'ici fin 2010.
Comme le préconisait le Département fédéral de l'environnement, des transports et de la communication (DETEC) en décembre 2008 lors du lancement de la procédure de consultation sur le projet, le Conseil fédéral a retenu la plupart des mesures proposées dans le Projet d'agglomération pour la période de financement 2011-2014 (tranche A). Il relève  la très bonne conception transport-urbanisation à l’échelle du territoire transfrontalier, en particulier pour ce qui concerne le développement du réseau de transports publics, qui s’articule autour de la création d’une offre RER, de la poursuite de la réalisation d’axes forts (principalement trams) et de rabattements sur ces réseaux.
Le Conseil fédéral préconise une contribution notamment pour les projets suivants :
•    l'aménagement des interfaces autour de chaque gare du CEVA, à hauteur de 31,42 Mios F ;
•    la liaison souterraine piétonne entre l'hôpital cantonal et la halte CEVA de Champel (4.89 Mios F) ;
•    la réalisation de l’extension du TCOB jusqu’en amont du village de Bernex (24,29 Mios F) ;
•    la réalisation de la ligne de tram Moillesulaz-Annemasse (23,6 Mios F) ;
•    l'amélioration de la capacité ferroviaire du futur RER Genève-Coppet (27,76 Mios F) ;
•    la réalisation d’une passerelle piétonne sur le pont du Mont-Blanc et/ou d’aménagements  pour les modes de déplacement doux au pont du Mont-Blanc (4,89 Mios F) ;

En outre, un nombre important d'autres aménagements de mobilité douce, dont la « voie verte » allant de St-Genis à Annemasse via Genève, font partie des mesures pour lesquelles un financement est retenu.

Le cofinancement de la traversée directe de Meyrin par la route de Meyrin (direttissima), a été retiré du financement en tranche A tel qu’initialement proposé, pour être intégré dans la convention de financement du TCMC (tram Cornavin-Meyrin-Cern), déjà pris en charge dans la tranche des projets urgents. Cette traversée bénéficie ainsi d'un financement accru.

Pour la période 2015-2018 (tranche B), la Confédération propose un cofinancement des travaux inscrits au Projet d'agglomération à hauteur de 68,85 Mios F, soit au total plus de 250 Mios F de financement fédéral accordées aux mesures préconisées par le Projet d'agglomération jusqu'en 2018. Le projet d'agglomération 2, qui doit être déposé auprès des offices fédéraux en juin 2012, permettra de préciser et de compléter les demandes de cofinancement pour cette tranche B.

Genève se réjouit de cette proposition du Conseil fédéral, qui pourra mener rapidement à des réalisations au sein du territoire franco-valdo-genevois. L’engagement des partenaires du projet d’agglomération se verra ainsi concrétisé, au bénéfice de la population du bassin transfrontalier.

Au niveau de l’infrastructure routière, les projets d'élargissement de tronçons existants ou de création d'un nouvel axe autoroutier contournant Genève par l'Est sont liés à la mobilité dans le  bassin franco-valdo-genevois et permettront en particulier de garantir la fluidité du trafic sur les routes nationales. Le message du Conseil fédéral sur la libération des crédits du programme pour l'élimination des goulets d'étranglement prévoit que la Confédération prendra en charge la totalité des investissements nécessaires à la mise sur trois voies du tronçon Le Vengeron-Coppet. La Confédération prendra également en charge, dans un deuxième temps et sous réserve du résultat des études en cours, les crédits nécessaires à l'élargissement du contournement ouest de Genève ou à la construction d'un nouvel axe autoroutier, sous la forme d'un contournement est de Genève. L'objectif consiste à décharger pour moitié environ l'autoroute en service de son trafic.

La proposition du Conseil fédéral permet de résoudre les problèmes de goulets d'étranglement existants et à venir du réseau autoroutier situés sur le territoire franco-valdo-genevois. Elle contribue ainsi, en plus des mesures annoncées relatives au Projet d'agglomération franco-valdo-genevois, à assurer la mobilité de la population du bassin transfrontalier.

Commentaires

moi france lramichar inemari pranidaribeine

Écrit par : adam | samedi, novembre 14, 2009

Incroyable! Berne, qui n'en n'a RIEN à cirer, réserve des milliards pour le bassin genevois, France voisine comprise, et il se trouve ENCORE de petits CRETINS EGOTIQUES pour refuser à Genève ce que Bâle et Zurich ont déjà depuis des lustres: un VRAI réseau de trams ET de RER couvrant TOUTE la région
(j'invite les incrédules à aller constater sur place)...
On dira ensuite, à PIOGRE, qu'il n'y en a QUE pour les TOTOS!
A mon avis, au lieu de brûler SERVET à Champel,
ils auraient dû garder les fagots
pour quelques Marie-Chantal du coin,
en lieu et place!!!
Je sais, ce n'est guère charitable.
Mais le sont-elles?

Écrit par : csny | samedi, novembre 14, 2009

Bonjour M. Mabut.

Voilà une excellente nouvelle ! Lorsque les Genevois, fidèles à leurs habitudes tergiversent pendant des décennies, c'est finalement la Confédération qui fait bouger les choses.

A propos de l'élargissement de l'autoroute de contournement, juste une petite précision :

"La traversée du lac paraît probable, car on ne voit pas comment Berne va pouvoir agrandir les tunnels de Venier et de Bernex. "

Il faut aller voir ce qui a été fait au tunnel du Bareg près de Baden pour savoir ce qu'on peut faire pour élargir une autoroute qui traverse des tunnels. Un troisième tube a été creusé, avec trois voies. Ce dernier est réservé au trafic quittant Zurich. Le trafic entrant est lui réparti entre les 2 tubes anciens sur 2x2 voies. A part en cas d'accident, il n'y a plus jamais d'embouteillage à cet endroit, alors qu'avant c'était un enfer...

Cette solution sera d'ailleurs sûrement aussi utilisée pour élargir le tunnel du Gubrist dans la "Nordring" de Zurich. Car là aussi, on voit mal comment élargir les tubes existants.

Pour Genève toutefois, je suis d'accord avec vous, la traversée du lac serait une meilleure solution puisqu'elle permettrait de boucler le contournement autoroutier. Envoyer le trafic destiné au sud du lac, à la vallée de l'Arve et à l'Italie vers le contournement Est délestera fortement l'autoroute de contournement actuelle, dont l'élargissement ne sera de ce fait plus nécessaire.

Par contre, j'ai quelques craintes à propos de l'élargissement de l'autoroute du Vangeron à Coppet, s'il n'est pas réalisé simultanément avec la traversée du lac. (ou l'élargissement de l'autoroute de contournement) Envoyer plus de véhicules vers l'autoroute de contournement déjà saturée ne résoudra aucun problème...

Écrit par : Kad | dimanche, novembre 15, 2009

j'adore le premier commentaires.

Écrit par : credit en ligne | jeudi, janvier 06, 2011

Il faut bien se faire une raison: la Suisse est à 70% germanophone, et donc suisse-allemande. Vue de Berne ou de Zurich, Genève est considérée comme la France. Le fait que les Genevois ne soient pas très germanophiles, n'aident sans doute pas... Je ne dis pas que c'est juste, mais c'est logique que ce genre de projet RER et de réseaux de tram soient d'abord lancés à Bâle et à Zurich... D'un autre côté, en tant que minorité culturelle et linguistique, nous aurions été nettement moins bien traités si nous avions été dans d'autres pays du monde. Sur ce point-là, la Suisse-allemande est peut-être la région le plus à l'écoute de ses minorités au monde...

Écrit par : cinema lausanne | vendredi, février 11, 2011

Les commentaires sont fermés.