jeudi, novembre 05, 2009

Cramer pose un lapin au séminaire sur la mobilité

débat.pngIl est 11h. Après quatre exposés, place, sans pause, au débat et aux questions. A la surprise générale, Robert Cramer quitte sans dire au revoir la salle de gymnastique de St-Cergue, où quelque 150 élus, technocrates et militants de la société civile de la région franco-valdo-genevoise sont assemblés pour un séminaire chargé de fixer les objectifs du projet d'agglo 2. *

Pas de chance c'est au magistrat genevois que s'adresse la première question d'une maire adjoint de Ferney-Voltaire. Elle regrette que cette journée sur la mobilité ne parle pas de l'aéroport [ ce n'est pas le seul sujet absent**]. En l'absence du ministre du Territoire, c'est le Vaudois Jean-Claude Mermoud qui répond - un magistrat UDC, mais au fond y a-t-il une différence dans le conservatisme bon teint que défendent ces deux partis?

 


Deuxième surprise générale, Jean-Claude Mermoud prétend que les usagers de Cointrin ne viennent pas du bassin genevois et que donc l'accès à l'aéroport est suffisante. Ce même jour, la Tribune publie un article sur la pénurie récurrente de parkings à l'aéroport. S'il y a tant de voitures qui cherchent à se parquer à Cointrin, c'est peut-être aussi que l'accès en train de l'aéroport manque d'efficacité. Mais ni le Genevois le Vaudois n'évoquent la connexion entre la gare de Cointrin et le réseau suisse. Ce qui serait sans doute le moyen d'augmenter l'attrait du train pour accéder aux avions. A noter que le CEVA ne dessert pas non  plus correctement Cointrin. Sauf à réaliser la bretelle ferroviaire Cointrin-Cornavin d'ores et déjà dessinée dans les cartes du projet d'agglo, mais jusqu'à présent étrangement absente du débat sur le RER.

Quelle participation des populations? Pas facile répond Mermoud. Les communes vaudoises ont beaucoup plus de pouvoirs que leurs homologues genevoises. En France le niveau départemental et régional rend le mille-feuille plus compliqué encore. Quant à la création d'une assemblée régionale, ne rêvons pas, même les communes de la couronne lausannoise n'ont pas réussi à en créer une.

Borrel rêve d'une Landsgemeinde régional. A l'appenzellois, dit il dans un trémolo qui soulève quelques rires chaleureux. Mais nous sommes trop nombreux, trop divers.  En trente-cinq ans de carrière à Annemasse, quand je pouvais rassembler 300 personnes, c'était un triomphe, mais je réunissais 1% de la population de ma ville. Où est donc la société civile dont on se gargarise tant!

A propos des transports marchandises? Oui dit Borrel il faut favoriser le chemin de fer. Les eaux d'Evian n'utiliseront plus le train le jour où le Chablais sera désenclavé par la route. Il nous faudra en effet prendre des décisions politiques pour favoriser le rail. Borrel s'abstient évidemment de dire que le tracé du CEVA ne prévoit pas le transport de marchandises... "ça alors, il a retourné sa verste" dit mon voisin.

A quel prix l'énergie devra-t-elle se situer pour favoriser les transports publics? Le professeur Gini indique que d'anciennes évaluations estimaient qu'un passage de un à trois francs du litre d'essence inciterait à un changement de comportement. Mais Gini souligne aussi le cri d'alarme de Leuenberger qui s'inquiète que la diminution de la consommation ne tarisse la poule ou oeufs d'or que sont les taxes sur les carburants. La voiture à deux ou trois lires voire entièrement électrique n'est plus une utopie. Même si le prix de l'essence est multiplié par cinq, le budget consacré à la voiture ne va pas augmenter.

Jean Michel Tiffenbach de la commune de Versonnex signale le retour de la vie en ville. Une tendance profonde, confirme Monsieur Loyal. Il pense à augmenter l'offre culturelle et l'offre de télétravail communal. Ne pourrions nous pas ainsi diminuer le besoin de mobilité? Mermoud doute qu'une offre culturelle pour deux mille habitants. Elle risque au contraire de générer davantage de mobilité pour faire tourner le spectacle.

LE débat se termine. Pierre Milleret propose que l'assemblée vote pour le CEVA. Jean-Claude Mermoud conduit le vote à l'envers: qui est contre? Deux. Quis s'abstient? Une main se lève. Je constate que l'immense majorité est favorable au CEVA. Des applaudissements ponctuent ce scrutin à la soviétique. La Landsgemeinde dont rêve Robert Borrel? Suisse, berceau de la démocratie, que font tes enfants?

La fatigue est là. Mais Alain Rouiller, secrétaire de l'ATE, réclame le micro. Il dénonce l'objectif du projet d'agglo. Il faut ajuster les chiffres. Il n'y aura pas 200'000 habitants de plus dans la région et surtout il n'y aura pas assez de logements à Genève. Rires dans la salle.

Il est trop tard, il n'y aura pas de réponse ni de débat. Seuls les journalistes auront droit d'entendre le prof Pini donner raison au Genevois.

Sur le réseau des transports publics, Alain Rouiller dénonce que l'ensemble soit construit sur deux noeuds seulement: la place Bel-Air et Cornavin. C'est absolument insuffisant. Pas davantage de réponse sur ce sujet.

 

* Le séminaire mobilité est la première étape, celle de la consultation de la société civile qu'impose la loi fédérale sur le financement du trafic d'agglomération, de la course relais aux millions. Les vainqueurs - c'est à dire les projets qui répondront aux critères fédéraux et auront respecté toutes les étapes - obtiendra des financements fédéraux pour la période 2015-2018. Il est reste 3,5 milliards de francs à distribuer entre une trentaine de projets d'agglo concurrents.

** Parmi les objets non débattus et donc non priorisés durant ce séminaire très encadré, citons

  • le raccordement ferroviaire entre Cointrin et Bellevue ou Mies (mais que le projet d'agglo conteste lui préférant un raccordement Cointrin Cornavin via Vésenaz)
  • le projet de tram-train défendu par la conférence lémanique pour l'environnement
  • les raccourcis de Gaillard (permettant de relier directement la vallée de l'Arve aux Eaux-Vives sans passer par Annemasse) et de Saint-Jean (permettant de relier directement les Eaux-Vives à Cointrin sans passer par Cornavin)
  • la navette des nations proposée par le banquier constituant hentsch qui devrait relier Cointrin à la nouvelle gare de l'avenue de France et surtout prévoir un arrêt un Charmilles et un autres à Blandonnex
  • la traversée du lac votée par les Genevois en 1988, la traversée de la rade relancée par une initiative de l'UDC
  • le parking d'échange géants prévu par la Mairie de Gaillard à proximité de l'autoroute
  • Le RER de l'ouest proposé dans le cadre du PACA de Bernex par le bureau Barthassat qui propose de relier La Praille à Saint-Julien (et donc la ligne du pied du Salève) puis à Bernex, Satigny et Saint Genis et la ligne du pied du Jura permettant d'aller jusqu'à Divonne et peut-être jusqu'à Nyon.

 

NB: Tous les autres billets relatifs au séminaire du 5 novembre 2009 à Saint-Cergue sont lisibles en cliquant sur leur titre ci-dessous

PS: Tous les documents de la journée sont accessibles ici

Les commentaires sont fermés.