mardi, juillet 28, 2009

Combien d'usagers dans les trams de Saint-Genis, de Saint-Julien? Combien de voyageurs dans le CEVA?

50'000 frantaliers géo référencés carte seulement 2005.pngCombien d'usagers dans les trams de Bernex, de Saint-Genis, de Saint-Julien, de Ferney, d'Annemasse? Combien de voyageurs dans le CEVA entre Versoix et Annemasse ou entre Reignier* et Cointrin? La question paraît basique. Avant d'investir des milliards dans les infrastructures de la mobilité douce, on s'attendrait que les autorités puissent y répondre.

On ne leur demande pas une précision d'horloger, mais un ordre de grandeur tout de même qui permet de réduire au minimum les coûts de fonctionnement à la charge des contribuables et d'ajuster au besoin le tracé de ces infrastructures. Bref un modèle un tant soit peu représentatif de la région franco-valdo-genevoise capable de jeter un peu de lumière dans la boîte noire des quelques millions de va et vient des quidams que nous sommes.

La preuve a été donnée la semaine dernière qu'un tel instrument n'existe pas. Pas encore. Et que donc seul le pifomètre des experts justifie jusqu'alors la charpente rail du projet d'agglo franco-valdo-genevois, dont la pièce maîtresse est le bien connu CEVA-1912, lequel ne relie pas Cointrin, espace d'échange multimodal du XXIe siècle, mais Cornavin, gare urbaine construite en 1858 et devenue inaccessible en voiture, à Annemasse, gare tout autant inaccessible aux véhicules.

Le Conseil d'Etat a annoncé dans son point de presse estival qu'il a "adopté une charte élaborée avec ses partenaires suisses et français, qui doit permettre d'assurer le fonctionnement et le développement du modèle multimodal transfrontalier des déplacements dans l'agglomération franco-valdo-genevoise pour les trois prochaines années."

La mise en service de ce nouvel outil aura lieu cet automne.


Au plan cantonal, le Conseil d'Etat et ses services disposent d'un modèle ancien créé par l'ingénieur Dériaz. Mais rien ne permettait d'évaluer ni surtout de simuler les besoins de mobilité au-delà des frontières du canton. Le nouvel outil sera donc aussi précieux pour la région que le sont les modèles météorologiques qui permettent de prévoir désormais à dix jours.

Face aux milliards engagés dans les transports, on s'étonne juste que cet instrument soit mis en oeuvre quatre ans après le lancement du projet d'agglo. Et l'on comprend mieux pourquoi le patron de Transferis, l'entreprise commune à la SNCF et aux CFF, chargée de commercialiser l'offre RER à l'horizon 2016, travaille dans le bleu.

JFM

 

PS à propos du référendum: 2 milliard, c'est le coût final estimé par les opposants au CEVA. Savez-vous combien de vélos électriques ça représente? Réponse ici!

PS Reignier: pour la bonne bouche, on signalera à notre grand étonnement que la communauté de communes Arve et Salève dont Reignier est le chef-lieu ignore totalement la ligne de chemin de fer Annemasse-Annecy dans la carte qu'elle propose aux internautes sur sont site.

PS bis pour naviguer dans la région et mieux connaître sa réalité géographique, testez Géo Agglo, c'est pas mal!

geoportal juillet 09 agglo.jpg

Commentaires

Ahah. C'est marrant. C'est toujours un peu sous-jacent dans la critique du CEVA, mais ça n'apparaît jamais clairement. Le problème est que -horreur!- la gare Cornavin et celle d'Annemasse ne sont pas des temples de la bagnole. Conclusion : comme il n'est pas construit autour de la bagnôôôle, le CEVA ne sert à rien. Pas étonnant que Jean-Claude Delaude, Pierre Kunz ou Michel Halpérin vous suivent dans cette connerie. Tous ces vaillants écologistes ont une sacré bonne objectivité en matière de transport et ne sont absolument pas des défenseurs ardents de la bagnôôle.

Allez, bonne journée.

Écrit par : Sandro Minimo | mardi, juillet 28, 2009

Bonjour,
D'où vient cette haine de la bagnôôle? Samedi je suis allé à Carouge écouter les cloches de Sainte-Croix actionnées par un habile carillonneur jazzy. A Carouge, il y a trois parkings couverts et gratuits le samedi. Tous sont accessibles facilement et permettent d'atteindre le coeur de la cité à pied pour les manants qui ont l'outrecuidance de ne pas habiter en ville. Le rêve.
On aurait pu imaginer que les gares CEVA s'inspirent de la politique des autorités carougeoises. Que nenni, pas un franc n'est prévu à cet effet. Pas un franc non plus sur des endroits stratégiques là par exemple où le chemin de fer croise un axe routier important comme à Etrembières ou à Saint-Cergues. Merci de votre lecture M. Minimo, nous pourrions un jour poursuivre ce débat autour d'un verre. Qu'en dites-vous?

Écrit par : JF Mabut | mardi, juillet 28, 2009

@JFM
a) La liaison CEVA est devisée à 1,4 milliards pas à 2, ce chiffre sort de l'imagination conservatrice et protectionniste des opposants (aucune base crédible pour ce chiffre). Pour un peu d'objectivité, il conviendrait d'utiliser les bons chiffres.

b) Le RER n'ignore pas l'aéroport de Cointrin, ce dernier est parfaitement accessible (comme aujourd'hui d'ailleurs) par train en provenance de la côte, au pire avec un changement à Cornavin (ce qui pourra être corrigé). Cornavin, qui reste d'ailleurs, le centre où convergent les flux. Pour l'accès en voiture, le RER sera très pratique: celui-ci mettra la périhérie (Chêne, Annemasse, Versoix, etc.) à mois de 15 minutes de la gare. Une raison de moins pour rentrer dans la ville en voiture... Dans toutes les villes d'Europe, les gares périphériques permettent de converger vers la gare centrale d'où partent les trains internationaux (exemple évident: Bâle).

c) Enfin, concernant la fréquentation, avec une explosion de la mobilité de 40% d'ici 2020 et les trains pleins à craquer le matin aux Eaux-Vives, plus la saturation des TP aux heures de pointe, un RER efficace s'impose. D'ailleurs votre première carte qui montre bien la concentration de l'origine des frontaliers dans l'agglo annemassienne, preuve que le RER va dans la bonne direction.

Bon appétit. Nicolas

Écrit par : Nicolas | mardi, juillet 28, 2009

Le montant de l,4 milliard est aussi sérieux que le montant du tunnel de la Furka de Bonvin ! Le coût de ce tunnel a été tout simplement doublé au final et c'est plus que certain que ce tortillard coûtera aussi plus de 2 milliards ! De plus il ne servira à rien car les frontaliers viendront toujours bosser en voitures, les suisses se rendront dans leurs résidences secondaires aussi en voitures et les clients des grandes surfaces de France voisine ne porteront jamais leurs achats sous le bras dans ce train-tram mais leurs courses seront dans le coffre de leur bagnole ! Question : qui utilisera ce tortillard ?

Écrit par : octave vairgebel | mardi, juillet 28, 2009

@ Nicolas, Bonjour cher anonyme,
a) le devis actuel du CEVA est de 1,47 milliard soit une augmentation de 50% par rapport au devis 2002... et ce sans les P+R ni surtout ...

b) ... le rebroussement de Cointrin sur Cornavin par les parcs internationaux boucle indispensable sans lequel la cadence au quart d'heure sur Cointrin est impossible, mais boucle absurde dans la mesure, où elle méprise la raison d'être du train, soit de relier des villes distantes dans un rayon de 300 km. Rebrousser chemin pour desservir Cointrin c'est réduire de moitié la cadence Annemasse Nyon. Dans les deux cas, le tracé de 1912 est absurde. Il est évident que les habitants d'Annemasse, Chêne et Versoix apprécieront le trafic des automobilistes qui chercheront à se parquer pas trop loin des gares RER.

c) Personne n'est contre un rer efficace à Genève. Les seules divergeances portent sur les tracés et les ordres de priorités. Force est de constater que le CEVA 1912 n'est pas la meilleure option pour la Genève du XXIe siècle. Quant à la concentration des frontaliers elle parlent autant pour le CEVA que pour le barreau sud ou la traversée autoroutière et ferroviaire du lac que je défends.

Au plaisir. Merci pour l'appétit. Quand prend-on un café entre quatre yeux?

Écrit par : JF Mabut | mardi, juillet 28, 2009

Je pense que également que la boucle de Cointrin doit être effectuée mais en complément du CEVA 2010 (si la première idée date du début du XXe, la réalisation rentre résolument dans les enjeux du XXIe sicle). La boucle par les organisations internationales ressemble plus à un métro, et je la verrai plus autour de Mies. Le CEVA 2010 est prêt à démarrer et la boucle de Cointrin en sera un des meilleurs compléments.
Au passage, la concentration frontalière (mais aussi les bassins de population) fait évidemment pencher la balance en faveur d'Annemasse, raison pour laquelle le CEVA a été choisi.
Nicolas

Écrit par : Nicolas | mardi, juillet 28, 2009

@ JFM
citation :"Il est évident que les habitants d'Annemasse, Chêne et Versoix apprécieront le trafic des automobilistes qui chercheront à se parquer pas trop loin des gares RER."

Je dirait :
Actuellement, les habitants de Chêne "apprécient" le flot continu des dizaines de millier de véhicules qui chaque matin et chaque soir traversent pour se rendre en ville... Le CEVA permettra de stopper un nombre non négligeable de ces véhicules en amont. En tant qu'habitant des Trois-Chêne, CEVA est essentiel. Et les nuisances des quelques mois de travaux dans le quartier paisible de Champel ne sont pas comparables aux nuisances continues que subissent les habitants de l'axe Moillesullaz - Eaux-Vives.

Écrit par : Ph. Calame | mardi, juillet 28, 2009

"Les seules divergeances(!) portent sur les tracés et les ordres de priorités. Force est de constater que le CEVA 1912 n'est pas la meilleure option pour la Genève du XXIe siècle"

Etrange comme ce type d'arguments sert pour chaque opposition à n'importe quoi. En gros: C'est pas qu'on n'est pas d'accord, c'est juste que c'est pas comme ça qu'il faut faire...Pour mémoire: la traversée du Lac, le musée d'Ethnographie, maintenat le CEVA et prochainement sans doute l'aménagement du secteur de la Praille.

Quant à savoir ce qui est (sera?) bon pour la "Genève du XXIe siècle"...!!!

Écrit par : Azrael | mardi, juillet 28, 2009

Pour les habitants des Trois-Chênes, les opposants du CEVA proposent sur la voie verte la réalisation d'un train-tramqui permettrait de désservir 4 ou 5 arrêts,soit Gaillard,Mon Idée, Ambilly ( et ses futurs Communaux), Chêne-Bourg,LaGradelle et même Frontenex et le Stade de Richemont. Autre avantage : la subvention fédérale pour ce train-tram serait de 50% au lieu de 20 % pour le train grandes lignes. Et la poursuite sur les lignes actuelles mettrit la Gare Cornavin à moins de 10 minutes et Meyrin à 20 minutesa .... Quant à la
desserte du sud du canton, pour le deuxième portail, celui de Bardonnex-St-Julien ( la plus importante porte d'entrée dans le canton) un chemin de fer du Bachet à Bardonnex en tranchées couvertes, au lieu d'un tram comme désormais annoncé. La réalisation de ces deux desertes de la Haute-Savoie coûterait pas plus de 1,4 milliard, contre non pas 2 milliard,mais 2,6 milliards pour le CEVA et son complément de tram vers Bardonnex. Enfin,il faut rappeler aux contribuables genevois que le CEVA leur coûtera encore 32 à 35 millions chaque année,car ce train ne sera jamais rentable !!!! C'EST POURQUOI IL FAUT SIGNER LE REFERENDUM POUR QUE LS GENEVOIS VOTENT ENFIN SZR CE PROJET PHARAONIQUE. A bon entendeur salut !
rd

Écrit par : Delaude | mardi, juillet 28, 2009

Ces chiffres sont complètement farfelus! Les opposants les sortent d'un chapeau magique sans aucune base! La désinformation a des limites!
De plus, le train-tram que vous proposez en lieu et place d'un RER efficace reliant la rive gauche à la rive droite serait le parfait doublon des trams 16, 17 et 12 (on est en moyenne à 150m du tram)! Vous parlez d'économies?! Merci!
D'autant que rien ne dit que la Confédération le financerait, l'argent est destiné au RER, qui sera bien plus efficace, rapide, et permettant d'optimales connexions entre les différents modes de transport (train grandes lignes, RER, tram, bus, mobilité douce, P+R).
Pour le sud du Canton, ce n'est pas un train en tranchée couverte qu'il faut, mais bien un tram en site propre (voire un train-tram). Le bassin de population est bien plus important à Annemasse!
Oui au RER!

Salutations, Juan

Écrit par : Juan | mardi, juillet 28, 2009

A lire tout ces commentaires, on en viendrait à croire que Annemasse sera le terminus coté français du RER franco-valdo-genevois...
Non parceque si je regarde le projet RER et ce qui en a déjà été communiqué, le réseau proposera des trains directs et réguliers Coppet - Evian, Coppet - St-Gervais et Coppet - Annecy...
Alors pourquoi les frontaliers se trouvant à proximité des gares existantes (entre autre, Thonon, Perrignier, Bons en Chablais, Marignier, Reignier, La Roche sur Foron, St-Pierre en Faucigny, Bonneville, Magland, Cluses, Sallanches, Groisy-Thorens, St-Martin-Bellevue et Pringy) iraient prendre le train à Annemasse??

Et pourquoi les frontaliers un peu plus éloignés n'iraient pas se rabattre sur ces gares où des parking relais existent déjà (ou sont en voie d'être construit) ?

Et qu'est ce qui empêche les collectivités françaises de travailler par étapes et de commencer à étudier la création de gares/infra complémentaires (Halte d'Etrembières, Halte de Ville-la-Grand, Shunt de La Roche, shunt d'Ambilly,...) une fois l'infrastructure principale (CEVA) réalisée?

D'ailleurs, il est difficile de reprocher au français leur manque de volonté à boucler le financement de leur partie du CEVA quand coté suisse, on est empêtré dans les recours et référendums...

Écrit par : ElDwane | mercredi, juillet 29, 2009

genevoisrien questionne EIDwane sur le CEVA.

1° Vous mentionnez les trains directs depuis Coppet vers 3 villes françaises.

D'où tenez-vous que ces trains "directs" là vont s'arrêter dans les 14 localités savoyardes que vous mentionnez ?

2° Est-ce à dire que la perte d'exploitation annuelle d'environ 32 millions prévue pour le CEVA comprend déjà celle pour la partie française du réseau ?

3° La France ne disposant pas d'un matériel roulant compatible avec l'alimentation CFF (excepté le TGV), l'exploitation sera-t-elle assurée par les CFF ?
Est-ce dans les attributions juridiques de Transferis ?

J'ai toutefois pris connaissance d'une interpellation à l'Assemblée Nationale à Paris, où un député Savoyard exprime sa crainte que le matériel CEVA soit commandé en Suisse.
Il lui a été répondu que le Ministère en charge veillerait sur ce point.
Avez-vous des précisions au sujet du matériel roulant ?

4° J'ai lu qu'il n'y aurait pas de grèves sur le CEVA, car tout le personnel serait sous contrat en Suisse. Pouvez-vous confirmer cela ?
Est-ce aussi pour Transferis ?
Imaginez-vous les discussions à Annecy ou à Evian entre cheminots sous contrats si différents ?
Vous répondrez que c’est déjà le cas à Cornavin, mais au-delà ?

5° Pourriez-vous nous donner la liste (avec capacité) des parkings P+R en France :
a) déjà construits
b) en projets votés
c) en pures promesses ?

6° Pouvez-vous confirmez que TOUTES les lignes ferroviaires en partance d'Annemasse sont à voie unique.
Ce détail est passé sous silence par les pro-CEVA,
notamment par ceux qui critiquent le "Barreau-Sud" en arguant de la voie unique au pied du Salève !

7° Estimez-vous que c'est à la Suisse de financer le désenclavement ferroviaire d'Annemasse ?

N'êtes-vous pas étonné de voir la France ne s'intéresser à son territoire qu'avec l'aide de la Suisse ?

Hors CEVA, pensez-vous que c'était une bonne idée de donner 150 millions à la France pour rénover la ligne des Carpates ?
a) sachant que Genève-Paris ne pourra se faire en moins de 3 heures ;
b) sachant que subsistent 41 passages à niveaux sur ce tronçon.


8° En matière de démocratie, préféreriez-vous le modèle français ?
Ou êtes-vous membre d'une Synarchie ?

Ne croyez-vous pas que le projet CEVA aurait dû être débattu dans son ensemble,
avec l'aspect logements, emplois, écologie, urbanisme ?

Écrit par : genevoisrien | jeudi, novembre 19, 2009

Les commentaires sont fermés.