lundi, juin 22, 2009

Le parking sauvage, pomme de discorde valdo-franco-genevoise?

paca meyrin st genis.jpgChacun pour soi et au diable les bagnoles! C'est un peu le principe non écrit qui s'applique aujourd'hui pour le parcage des pendulaires. Au-delà des discours consensuel sur les P+R qui doivent émailler demain l'agglomération franco-valdo-genevoise, la réalité quotidienne est plus rock and roll pour les travailleurs. Ainsi quand la Ville de Genève a changé sa politique de parking pour empêcher les pendulaires d'occuper son territoire municipal toute la journée (hordateur, macaron, zone bleu et contrôle accru), elle ne s'est guère préoccupée des conséquences de sa politique sur les communes de la couronne.

Aujourd'hui Vernier, Meyrin, Thônex, Onex, Lancy, etc. étudient ou mettent sur pied à leur tour des politiques identiques pour repousser plus loin les voitures indésirables. Qui se parquent néanmoins où elles peuvent, sur les rares places blanches restantes, parfois en parking sauvage, parfois dans des parkings en ville, chèrement payés à des propriétaires qui ont compris leur intérêt et parquent leur propre voiture munie d'une vignette sur le macadam... Le marché de la sous-location bat son plein.

sansonnens_roland.jpgA Meyrin, le maire Roland Sansonnens n'a pas l'intention de payer un parking d'échange pour accueillir les frontaliers. Les parkings provisoires mis en place en marge du chantier de tram - qui sont d'ailleurs peu utilisé note-t-il - seront supprimés une fois le tram sur rail, c'est-à-dire le 12 décembre 2009, pour l'arrêt cité de Meyrin, et une année plus tard pour l'arrêt CERN. Ces parkings seront donc supprimés début 2011.

Y aura-t-il un parking d'échange au CERN, tête de ligne provisoire du tram?

Lire la suite

vendredi, juin 19, 2009

Le maire de Saint-Genis attend le tram et le financement suisse

pacas.jpgL'été s'installe. Les députés font des heures supplémentaires dans l'indifférence générale. Trop occupés en cette veille électorale à entraver les projets des autres partis qu'à réfléchir ensemble sur la Genève de 2030?

Pendant ce temps les acteurs des pétales de développement du Grand-Genève se réunissent en tables rondes.

  • Lundi 8 juin, c'était la première table ronde du périmètre d'aménagement concerté d'agglomération de Meyrin Saint-Genis. (Voir le dossier du participant)
  • Ce samedi 20 juin, à Archamps, les élus et la société civile du PACA Plan-les-Ouates Saint-Julien prendront connaissance de l'avancement des études conduites par trois bureaux d'aménagement du territoire. (Voir le compte-rendu de la première table ronde et aussi ici et )
  • Enfin le 2 juillet, de 15h à 22h aura lieu à Thônex la première table ronde du PACA Trois chêne Annemasse. (Voir le dossier de présentation)

bertrand maire de St Genis.jpgHubert Bertrand, maire de Saint-Genis-Poully, attend le tram de pied ferme. Il est programmé pour 2018. Sa commune sera, côté gessien, la principale - la seule avec Ferney-Voltaire? - bénéficiaire direct du projet d'agglo-franco-valdo-genevois. Ce radical de gauche milite à fond pour les transports publics, mais, à l'heure de sortir la bourse de sa poche, il déclare que "le tram servira principalement à Genève et qu'il paraît donc naturel que le canton en soit le principal payeur". Même propos pour le parking d'échange, que Saint-Genis hébergera, "car cette infrastructure fait partie intégrante de la ligne".

Il n'est pas sûr que Genève l'entende de cette oreille.

Lire la suite

jeudi, juin 18, 2009

Demandons politiciens visionnaires! (Les vidéos du débat de l'Institut national genevois)

ing peter interpellé.jpging colovrex débat.jpging pictet architecte cantonal.jpgPrès de deux heures de débat animé, curieux, intéressant, drôle, parfois, langue de bois aussi, décalé voire surréaliste, car il était au fond irréaliste de mettre en opposition les trois personnalités invitées, mardi soir, par l'Institut national genevois. On a donc eu droit à des monologues, qui s'emboîtaient les uns avec les autres moins comme les pièces d'un puzzle que comme des billes roulant les unes sur les autres, et heureusement à de nombreuses questions réponses avec la salle. Ce fut la meilleure partie de la soirée.

Pour susciter un vrai débat, il eût fallu inviter Robert Cramer ou Mark Muller, qui a hérité de la patate chaude CEVA pour permettre les escapades bernoises de son collègue, ou Robert Borrel, l'ancien maire d'Annemasse et actuel président de l'ARC, les communes de la couronne française, ou encore les deux députés radsoc Barrillier et Chatelain, coprésidents du comité pro-ceva. Ce n'est que partie remise.

Lire la suite

mercredi, juin 17, 2009

Un architecte cantonal: la solution aux blocages genevois?

ing public.jpging 4 16 juin.jpgL'architecte Charles Pictet a fait coup double hier soir. Avec son projet de délocaliser la gare de la Praille à Colovrex, il a séduit l'auditoire de l'Institut national genevois, dont la salle de la Promenade du Pin était presque comble. Il a aussi relayé la campagne de la section genevoise de la fédération des architectes suisses qui'il préside et de la Fédération des architectes et ingénieurs pour que Genève se dote enfin d'un architecte cantonal. L'architecte cantonal est un serpent de mer cantonal, le dernier en date remonte à l'éphémère conseiller d'Etat Philippe Joye. C'est une réponse possible, a brièvement développé le père du premier concours de La Praille, aux difficultés que traverse le canton pour mettre en oeuvre les grands projets tels que celui de la Praille Acacias Vernets: "Les politiciens n'ont que la quantité de logements à la bouche. Il manque un discours sur la qualité, il manque une culture de la construction."

Brillant par leur absence, les politiciens en ont pris pour leur grade hier soir.

Lire la suite

Le projet d'agglo lance les études Genève-Rolle, Gex-Nyon et Annemasse Evian

paca les 9 paca b.jpgLe projet d'agglo ne ralentit pas. Le comité de pilotage, dont on trouvera la composition ici, a lancé hier matin les études des trois lignes directrices (cliquer sur l'image pour l'agrandir):

  • Genève Rolle Enjeu la troisième voies ferroviaire - on ne parle évidemment pas d'une deuxième ligne en grande vitesse. La troisième voie autoroutière n'est pas citée. Le rabattement des transports publics sur les gares. Il n'est pas question de P+R dans le communiqué de presse)
  • Gex-Nyon où l'on retrouve l'arlésienne du raccordement ferroviaire Gex Divonne Coppex.
  • Annemasse Evian (Chablais). L'amélioration de la ligne Evian Annemasse participe du succès du CEVA, lequel sera concurrencé par un axe de bus Thjonon Douvaine Genève. Pour les Français l'enjeu politique sera surtout de maîtriser "le développement des communes du Chablais", histoire d'e réduire le mitage du territoire.

Lire la suite

mardi, juin 16, 2009

Les "orgues de Staline" de la CLE

cle-cest.jpgC'est à un véritable pilonnage du projet d'agglomération franco-valdo-genevois que soumettent le Conseil lémanique de l'environnement (CLE) et la Coordination économique et sociale transfrontalière (CEST) ce matin en publiant un rapport serré pour ne pas dire touffu de 23 pages intitulé suivi du Livre vert de la CEST et du CLE, alors que le comité de pilotage du projet d'agglo est en séance.

Trois hommes principalement ont tenu la plume:

Bernard Comoli de la CEST pour le volet social. Un volet "qui n'a pas avancé contrairement au volet économique (bilocalisation, formation, contrôle du marché de l'emploi) et dont le rapport parle peu" indique Alain Rouiller (ATE), qui avec Pierre Hofmann (ATE) a rédigé le volet environnemental et mobilité.

Les protecteurs de l'environnement de la CLE (WWF, Pro Natura, ATE notamment) et quelques protecteurs des travailleurs de la CEST (SIT, CFDT Ain Haute-Savoie, MPF) sont les acteurs de la société civile de loin les plus actifs. Leur document est un suivi du Livre vert qu'elles ont publié en 2007. On y retrouve donc leurs traditionnelles exigences. Tentative de résumé de cette feuille de route en dix points.

  1. agglo démarche participative.pngRedimensionner et échelonner les PACA. [Commentaire: Manifestement la CLE et la CEST, comme la plupart des acteurs de ce vaste chantier sont sous l'eau. Le train d'enfer imposé par Robert Cramer a asphyxié tout le monde.]
  2. Introduire dans toute l'agglo les "zones environnementales" (accès restreint aux véhicules polluants) et introduction d'un péage routier en cas de non atteinte des objectifs et plans de déplacement d'entreprise).
  3. Améliorer la liaison ferroviaire directe entre l'Aéroport et la Haute-Savoie (financement de Berne, shunt de Saint-Jean et d'Ambilly, tram-train Genève Sud, tram-train Pays de Gex)
  4. Accélérer le développement du réseau des trams (tram Cern et tram St-Julien en liste A-2014, tram St-Genis et tram Ferney en liste B-2019, tram Moillesullaz Annemasse, tram Rive-La Pallanterie)
  5. Améliorer les liaisons entre les pétales de développement (tram Petit-Lancy-Gd Lancy, tram Bachet-Jonction, bus Saint-Julien Bernex Satigny Meyrin, tram Plainpalais Rive, tram Communaux d'Ambilly)
  6. Asservir la mobilité à la sécurité routière et à la santé publique (P+R, B+R, stations pour vélos, voie cyclable le long de la voie ferrée Genève-Lausanne, passerelle Stade-Palette, Jonction sans voiture, etc.
  7. Prévoir 30% de logements sociaux dans les nouveaux lotissements et privilégier le concept d'éco-quartier
  8. Restituer à la nature des surfaces au moins équivalentes aux surfaces de zones déclassées (Freiner le pavillonnaire, pas de construction sans accès au transports publics, réduire la distance entre lieu de travail et lieu de résidence, étendre à l'agglo le label Genève région Terre avenir)
  9. Généraliser le concept Minergie (simple pour les rénovations, P et ECO pour les nouvelles constructions dans toute l'agglo)
  10. Introduire l'indice de Développement humain 2 et améliorer la gouvernance démocratique du projet d'agglo (mise en place du Forum d'agglomération, mettre en oeuvre la réforme du 24 avril 2008 du Comité régional franco-genevois)

Selon Alain Rouiller, 75% des propositions émises dans le Livre vert de 2007 avaient été pris en compte par le projet d'agglo. Deux ans plus tard, un certain nombre d'entre elles ont disparu de l'agenda, notamment dans le domaine social. On ne trouvera rien non plus en matière culturel ou sportive qui n'est pas la tasse de thé de la CLE ou de la CEST.

On regrettera aussi que les deux associations n'aient pas proposé un indice synthétique d'avancement de leurs revendications. Dans deux ans peut-être.

JFM

Quelle Genève en 2030? Débat ce soir

2030, c'est l'horizon du projet d'agglomération franco-valdo genevois. Où vivront, où travailleront les quelque 200'000 habitants et 100'000 travailleurs que le Grand Genève hébergera dans les deux prochaines  décennies? Vingt ans, c'est le laps de temps qui nous sépare de la chute du Mur de Berlin, de la fin de la guerre froide. Une petite génération. 2030, c'est donc demain.

Traversera-t-on le lac en voiture et en train en 2030? Combien de logements auront-ils été construits à cette date à Praille-Vernets-Acacias? Des trams relieront-il Annemasse, Saint-Julien, Saint-Genis et Ferney-Voltaire au centre de Genève comme le propose le projet d'agglo? La zone d’activités reliée au rail de Colovrex sera-t-elle sortie de terre, comme l'architecte Charles Pictet en promeut l'idée? Combien d'habitants de la région franco-valdo-genevoise emprunteront-ils la liaison Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse? Aura-t-on aussi ou plutôt connecté par le rail le stade de Genève à la gare de Saint-Julien, comme le propose les opposants au CEVA?

Voilà quelques-uns des enjeux que la région doit trancher. Que pensent les Genevois et les habitants de la région de ce développement? Comment sont-ils associés aux travaux de l'agglo?

L'Institut national genevois clôt, mardi 16 juin, à 20h., son cycle de conférences sur la métropole genevois en 2030 par un débat public.

Animé par Laurence Bezaguet de la Tribune, il réunira Nicole Surchat-Vial, cheffe du projet d'agglo, Wolfgang Peter, président de l'Association pour une meilleure mobilité franco-genevoise et l'architecte Charles Pictet. A 20h. à l'ING, 1 Promenade du Pin. Entrée libre.
On trouvera sur ce blog Métropole Genève les comptes-rendus des conférences et des extraits vidéos.

 

JFM

dimanche, juin 14, 2009

L'ATMB va-t-elle concurrencer le CEVA?

messager 11 juin 09.jpg"L'autoroute blanche veut devenir plus verte." Un titre glané dans Le Messager de cette semaine - l'hebdo des nouvelles locales que bien des Genevois ignorent comme ils ignorent tout de la vie sociale, culturelle et sportive de leurs voisins. Sous le titre, peut-être la première réaction au CEVA des dirigeants des Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc, où Genève est un tout petit actionnaire.

L'ATMB ne cache pas son intérêt pour el transport collectif et le covoiturage sur son réseau. "C'est plutôt paradoxal et innovant pour une société comme la nôtre" déclare au Messager le président de l'ATMB. La société concessionnaire étudie des aménagements d'arrêts pour les bus et de parkings de covoiturage. L'article n'en dit pas plus préférant signaler que des filtres à particules seront installés sur les bouches d'aération du tunnel du Mont-Blanc.

Mais il n'est point besoin d'être grand devin pour constater que si l'ATMB met son projet en oeuvre et offre aux frontaliers la possibilité de garer en bordure de l'autoroute, au péage de Nangy par exemple, et d'embarquer dans des bus rapides pour rejoindre le coeur de Genève, le RER risque de devoir mettre les bouchées doubles pour rester attractif. Si les bus roulent au gaz ou avec une pile à combustible, il est même pas sûr que le bilan écologique du train soit meilleur rapporté aux passagers transportés.

Une info qui sans doute animera le débat que l'Institut national genevois organise ce mardi soir à 20h, 1 promenade du Pin, en point d'orgue d'un cycle de conférences consacrées à la région franco-valdo-genevoise 2030. JFM

vendredi, juin 12, 2009

Pour un Grenelle de la mobilité à Genève

agmt tram 16.jpgDepuis 50 ans, Genève est en guerre de la mobilité ou de l’immobilité. Il est plus que temps d’y mettre fin. Les prochaines élections du Grand Conseil et du Conseil d’Etat de cet automne ouvrent une nouvelle lucarne au dialogue. Nos autorités seraient bien inspirées, en marge des coups de geule électoraux, de préparer dès maintenant les conditions d’un Grenelle de la mobilité, une paix des braves entre les partisans de la bagnole en ville et ceux qui ne jurent que par les pieds, les trams et le RER.

Grenelle social, Grenelle de l’environnement, Grenelle de la mer, Grenelle de la presse, Sarkozy n’en finit pas de faire «greneller» la France, à la recherche du consensus politique, tout en préparant le prochain dynamitage de l’opposition à l’occasion du remaniement ministériel, qui ne va pas tarder après l’élection du Parlement «bruluxtrasbourgeois». Le Grenelle, fait référence aux accords historiques qui mirent fin à Mai 68. Prévoyant une augmentation du SMIG de 25%, ils furent conclus - mais jamais signés - entre les partenaires sociaux, rue de Grenelle à Paris, siège du Ministère du Travail. Grenelle égale donc dialogue et paix des braves. (photo affiche AGMT)


Lire la suite

jeudi, juin 11, 2009

Le CEVA s'offre une belle vidéo et une excellente notice sur wikipedia

A force butiner autour de cette fleur à 2 milliards - à propos qui contestera l'évaluation de l'avocat Peter? - on trouve quelques trésors. Ainsi le film vidéo qui chante les avantages du Cornavin, Eaux-Vives, Annemasse et la notice que lui consacre romano1246, un anonyme bien informé sur Wikipedia, la célèbre encyclopédie collaborative en ligne. Voici les liens pour en profiter http://fr.wikipedia.org/wiki/CEVA.

mercredi, juin 10, 2009

Genève 2030: le domino magique de Charles Pictet

Pictet 9 juin 09 ing.pngpictet praille colovrex.pngSupprimer la gare de la Praille pour construire la ville en ville (donner de l'espace à l'urbanisation de Praille Acacias Vernets) et connecter au rail une nouvelle zone d'activités à Colovrex, au nord de l'aéroport, tel est le projet que Charles Pictet présente depuis 18 mois et qui recueille à gauche comme à droite un accueil souvent enthousiaste. La Tribune en parlé en janvier.

Hier soir encore, à l'Institut national genevois, devant un public certes moins nombreux que celui venu écouter une semaine plus tôt l'avocat Wolfgang Peter champion d'un autre CEVA, le jeune architecte, président de la section genevoise de la FIA, a exposé le projet qu'il concocte depuis bientôt quatre ans et qui pourrait bien être le domino stratégique du développement de la région franco-valdo-genevoise.

Pas moins de six dominos tombent dès lors que l'on bascule et réalise l'idée de l'architecte. Avec des milliards de francs d'investissements à la clé. "De quoi rembourser la dette du canton", annonce calmement le neveu du banquier homonyme.

Le maire de Bellevue ne l'entend pas de cette oreille. Invité par Pierre Kunz, président de l'ING, Daniel Fabbi a clairement manifesté sa mauvaise humeur. Charles Pictet a dégagé en touche ce propos qui fleurait bon l'égoïsme communal ambiant, arguant qu'il avait lancé l'idée et qu'il n'était pas l'homme des combats politiques.

Le débat politique est pour l'heure stérilisé. Le patron de l'Economie publique, Pierre-François Unger, a bien tenté, début janvier, d'obtenir un feu vert du Conseil d'Etat. En vain. C'est que le domino magique de l'architecte peut faire sauter le projet d'agglomération du ministre Cramer et remettre la traversée du lac au centre de l'avenir de Genève.

Jugez-en en attendant mardi prochain 16 mai le débat qu'organise l'ING en clôture de son cycle de conférences consacré à Quelle métropole franco-valdo-genevoise en 2030! (article et vidéos ci-dessous. vos commentaires sont les bienvenus)

Lire la suite

lundi, juin 08, 2009

Cramer nous fabrique-t-il une Zwischenstadt?

agglo fvg.jpgJe ne connaissais pas l'expression jusqu'à cet après-midi. Butinant telle l'abeille en quête d'un nectar goûteux dans la prairie multicolore des blogs fleurissant sur les terres fertiles de la Tribune de Genève, je tombe sur le blog d'Inma Abbet, une blogueuse qu'héberge la Tribune de Lausane (pardon 24 Heures) avec qui nous partageons la plateforme de blog (et même plus). Inma nous livre à petite vitesse des critiques de livres... Aujourd'hui, elle chronique l'oeuvre d'un architecte Thomas Sieverts intitulée "Entre-ville : Une lecture de la Zwischenstadt".

entre ville zwischenstadt.jpgL'étude décrit les marches et les marges de la révolution urbaine à la fin des années 90. "De monde périphérique autrefois sans importance, la Zwischenstadt est devenue le lieu où vit plus de la moitié de la population mondiale. La Zwischenstadt est une mise en cause de la cité européenne traditionnelle, une ville sans centre, donc sans histoire et sans nom, sans début et sans fin, car ses limites géographiques sont floues, elle n’est ni une ville ni un village situé à la campagne, car la nature y est modifiée et tous ceux qui y vivent le font tournés vers un centre distant, qui est l’endroit où se déroulent la plupart de leurs activités. La ville compacte, à l’ancienne, subit une influence considérable de la part de la Zwischenstadt."

On lira la suite là http://inma.blog.tdg.ch

Ne voyez-vous pas là la ville tentaculaire que le projet d'agglo nous promet pour 2030 et qui s'étend jusqu'à Neydens au pied du Mont de Sion, jusqu'à Lucinges au pied des Voirons, jusqu'à Gex et Thoiry au pied du Jura? Et jusqu'à Lausanne ou même Mon(treuxVe)vey au pied des préalpes vaudoises?


Ce mardi 9 juin, à 20h., l'Institut national genevois accueille Charles Pictet dans le cadre de son cycle consacré à la métropole genevoise en 2030. L'architecte y présentera son idée de reconstruire la gare de la Praille à Colovrex, histoire de construire la ville en ville sur un espace vide ce qui n'est pas le cas du PAC actuel. Et mardi prochain grand débat sur l'agglo.

Deux milliards, combien de vélos électriques?

Avec les deux milliards que pourrait coûter le CEVA - inflation comprise, selon l'évaluation de l'Association pour une meilleure mobilité franco-genevoise*, combien...

Combien de logements pourrait-on construire à proximité de la ville de Genève? 4000 environ, terrain compris, me répond un spécialiste de l'immobilier sans but lucratif. Construire la ville en ville est bien plus écologique que d’aller quêter les pendulaires dans la grande banlieue franco-valdo-genevoise. Pour l'avoir oublié durant 20 ans, Genève s'arme d'un RER dont le rapport coût/bénéfice et l'utilité en terme de tracé ne sont sans doute pas les meilleurs parmi les solutions envisageables.

Combien de vélos électriques pourrait-on acheter et offrir aux Genevois? 15 000 par an et uniquement avec les intérêts des deux milliards dont un pour le tunnel Carouge Eaux-Vives. (Deux milliards à 2,5% et 3000 par vélo).

Combien de places de parking d’échange pourrait-on construire à la frontière, puis transporter leurs usagers en bus à gaz naturel ou à pile à combustion? 53'330! Bouygue, constructeur de l'autoroute Liane (Saint-Julien-Allonzier la Caille), évalue la construction d'un parking d'échange de 4000 places à Saint-Julien à quelque 150 millions de francs suisses.

*voir la note ci-dessous qui rend compte d'une conférence prononcée par Wolfgang Peter, président de l'Association à l'Institut national genevois dans le cadre d'un cycle consacré au thème "Quelle Genève en 2030". Les deux prochaines manifestations auront lieu les mardis 9 et 16 juin

Lire la suite

mercredi, juin 03, 2009

"Deux milliards pour le CEVA, c'est trop! Le référendum sera lancé!"

vidéo peter 2 juin 09.jpgtransferis aéroport.jpgL'avocat Wolfang Peter, l'un des tout grands spécialistes de l'arbitrage international de Genève, ne décolère pas. Il a refait les calculs du Conseil d'Etat et prend le ministre Cramer en défaut. Ce n'est pas 940 millions, comme le canton l'a budgété en 2000, ni même à 1,47 milliard, comme rectifié récemment, mais bien à 2 milliards de francs que coûtera fin 2015 la liaison Cornavin Eau-Vives Annemasse. Quant au déficit d'exploitation, le président de l'Association pour une meilleure mobilité ne croit pas qu'elle tiendra dans l'enveloppe de 32 millions par année.

[Voir la vidéo de la conférence d'hier soir à l'Institut national genevois]

"Nous ne contestons nullement la nécessité de raccorder Cornavin au réseau français, plaide Wolfgang Peter, mais le CEVA absorbe vraiment trop de ressources financières pour un service qui ne résoudra pas les problèmes de l'agglomération franco-valdo genevoise. Nous lancerons donc le référendum, si le grand conseil vote la rallonge de crédit que sa commission vient d'adopter", a-t-il anonncé hier soir devant une salle presque comble de l'Institut national genevois.

L'avocat a défendu la liaison ferroviaire La Praille Bardonnex Saint-Julien et la réalisation d'un tram rapide Annemasse-Eaux-Vives, qui offrira, promet-il, à un coût bien moindre, autant de capacité entre Annemasse et le centre-ville que le CEVA sans obliger les voyageurs à changer de mode de transport aux Eaux-Vives.

Deux portails de transport public pour moins cher que le CEVA, comment la République s'est-elle donc enferrée?

Le cycle de l'Institut national genevois sur le thème "Quelle Genève en 2030?" se poursuit mardi prochain 9 juin avec l'architecte Charles Pictet qui présentera son projet de reconstruire la gare de La Praille à Colovrex, au nord de l'aéroport.

Lire la suite

lundi, juin 01, 2009

Les "anti-CEVA" vont-ils désarmer?

peter wolfgang.jpgLa semaine passée, la commission des travaux du Grand Conseil a adopté à l'unanimité moins la voix du MCG le crédit supplémentaire de 107 millions pour compléter le financement du CEVA. Les commissaires ont porté le crédit à 113 millions "pour renforcer les mesures de lutte contre les vibrations et les sons solidiens". Cela suffira-t-il à calmer les gens de Champel et en particulier le comité de l'Association pour une meilleure mobilité dans la région genevoise? On  le saura sans doute ce mardi soir 2 juin. Volfgang Peter président du comité plus connu sous le nom "anti-ceva" donnera une conférence à l'Institut national genevois dans le cadre d'un cycle de trois conférences et un débat consacrés à la Genève de 2030.

Il annoncera sans doute la décision du comité de lancer ou non un référendum contre ce crédit supplémentaire. Il n'est pas impossible que le Grand Conseil bouscule son ordre du jour surchargé pour adopter en urgence le rapport de sa commission et place ainsi le comité référendaire devant la difficulté de recueillir sept mille signatures durant l'été. Mais ainsi va la démocratie à Genève.

Lire la suite