vendredi, juin 12, 2009

Pour un Grenelle de la mobilité à Genève

agmt tram 16.jpgDepuis 50 ans, Genève est en guerre de la mobilité ou de l’immobilité. Il est plus que temps d’y mettre fin. Les prochaines élections du Grand Conseil et du Conseil d’Etat de cet automne ouvrent une nouvelle lucarne au dialogue. Nos autorités seraient bien inspirées, en marge des coups de geule électoraux, de préparer dès maintenant les conditions d’un Grenelle de la mobilité, une paix des braves entre les partisans de la bagnole en ville et ceux qui ne jurent que par les pieds, les trams et le RER.

Grenelle social, Grenelle de l’environnement, Grenelle de la mer, Grenelle de la presse, Sarkozy n’en finit pas de faire «greneller» la France, à la recherche du consensus politique, tout en préparant le prochain dynamitage de l’opposition à l’occasion du remaniement ministériel, qui ne va pas tarder après l’élection du Parlement «bruluxtrasbourgeois». Le Grenelle, fait référence aux accords historiques qui mirent fin à Mai 68. Prévoyant une augmentation du SMIG de 25%, ils furent conclus - mais jamais signés - entre les partenaires sociaux, rue de Grenelle à Paris, siège du Ministère du Travail. Grenelle égale donc dialogue et paix des braves. (photo affiche AGMT)



 

plan directeur 1960 voies sur berges Peney.jpg

Tout commence au début des années 50 par le désamour des Genevois à l’égard de leurs trams: vieux, lents, bruyants. L’automobile est l’avenir de Genève. Les ingénieurs tracent des voies express sur les berges du Rhône… (un peu d'histoire ici)

Au tout début des années 60, Genève vote un premier coup de frein à la voiture. C’est la fin des voies sur berge et le début d’une longue bataille qui dure toujours et dont il serait trop long d’évoquer tous les épisodes: sagas de l’autoroute de contournement et de son restoroute, de la bretelle autoroutière de Plan-les-Ouates et de la voie centrale de La Praille, de la route interquartier, de la route des Nations, sagas des parkings sous la rade, de l’Alhambra, de Pré L’évêque, de l’Observatoire, de la place Neuve, saga des zones piétonnes, de la rue du Rhône, des places du Rhône, de Rive, de Cornavin, sagas des traversées de la rade, puis du lac, sagas du CEVA...

Dernière escarmouche en date, le référendum des Verts contre le crédit supplémentaire à la construction du tunnel de Vésenaz. «Un référendum, un seul, et tout peut capoter, à l’image d’un château de cartes qui s’écroule à cause du battement de l’aile d’un papillon,» écrit un Pierre Weiss en colère dans son édito paru le 6 juin dans Entreprise romande et hier dans son blog http://pierreweiss.blog.tdg.ch. Et le libéral de Soral de menacer: «l’Entente pourrait ne pas voter l’augmentation de 300 à 500 millions de francs de l’enveloppe décenale tram.»

Désastreux! Les politiciens genevois se croient dans un jeu de pétanque et ne sont capables que de tirer, rarement de pointer. Or la politique n’est pas un jeu de boules. Le bien commun exige que tout les joueurs gagnent: win win, comme disent les managers. D’où la nécessité d’un Grenelle genevois de la mobilité, à l’instar de celui que Mark Muller a réalisé - non sans peine - dans le domaine du logement.

Le 31 mars dernier, le Parti libéral a fait connaître sa feuille de route mobilité: CEVA, trams, P + R, tunnel sous-lacustre, raccordement ferroviaire de Cointrin à Coppet, en passant par la nouvelle zone de Colovrex, trois voies sur l’autoroute. L’Entente y souscrit. Pour entamer les discussions, il faudrait que le successeur de Robert Cramer au Ministère du territoire produise la sienne et touver le Nicolas de Flue de service.

Commentaires

Genevois de la mobilité doit être améliorée. Nous espérons que l'État d'accorder une attention particulière aux transports, qui a longtemps été impossible de se déplacer autour de la ville.

Écrit par : Vivian | vendredi, juin 12, 2009

Virer toute les plaques jaunes et la ville sera à nouveau praticable ne voiture.

Écrit par : lenovo | vendredi, juin 12, 2009

L'Etat ferait mieux de terminer les travaux du tram de Meyrin où plus un ouvrier travaille (non-paiement des factures aussi ?) plutôt que de perturber volontairement la circulation sur le tracé du TCOB uniquement pour faire ch..r les automobilistes. Ce matin, sur le Pont de la Jonction il reste 2 voies de circulation, aucun flic pour organiser la circulation car il n'y a plus de feux mais, aucun ouvrier travaille sur le chantier ! Magnifique organisation !!

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, juin 12, 2009

@lenovo: ca tombe bien !!! on est entrain de changer de couleur de plaque d'immatriculation. on sera comme vous maintenant avec des plaques blanches!!!! alors heureux????

Écrit par : l'ancien | vendredi, juin 12, 2009

@Octave,

Si ce matin y a pas d'ouvrier c'est qu'ils ont bossés et nous ont emm..... jusqu'à minuit !!!!

Écrit par : Loredana | vendredi, juin 12, 2009

Loredana, le chantier du TCOB est, pendant la journée, un vrai désert ! Une bonne dizaine d'employés entre la Jonction et Onex alors que, si l'Etat était vraiment logique, ce chantier devrait fonctionner 24 h. sur 24 et 7/7 afin de terminer rapidement cette ligne de tram. Hélas, ce n'est pas avec ces quelques personnes que la durée de 3 ans sera respectée ! Vous n'avez pas fini d'être emmerdée, tout comme tous les usagers des TPG et les automobilistes mais, ça, c'est le dernier soucis de Bob l'Eponge !

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, juin 12, 2009

L'accès et le contournement de Geneve ce fait par UNE autoroute a deux voies et UNE double ligne CFF. Exactement comme Leytron (Valais) avec ses 2500 habitants !

Il est temps de voir comme une evidence que c'est juste impossible par rapport a la taille et aux pretentions de l'arc lemanique. Il est urgent d'au moins doubler l'autoroute ET le train, plus une traversé de la rade, le CEVA et une autoroute rive sud.

A ce stade et après 30 ans de discussions sans resultat, c'est purement et simplement du sous developpement.

Écrit par : eastwood | vendredi, juin 12, 2009

Bétonnons la rade appartements magasin et routes !!! le tour est joué

Écrit par : kaya | vendredi, juin 12, 2009

Bétonnons la rade Magasins Locatifs et Routes !! le tour et joué :-))

Écrit par : knecht | vendredi, juin 12, 2009

En même pas deux mois le tronçon rue de cornavin pont de l'ile est à moitié terminé... preuve que les années de travaux planifiés par nos hydrocéphales de l'immobilité le sont pour des raisons volontaires et non pas techniques.

Écrit par : Cloaque | vendredi, juin 12, 2009

@Cloaque. Bonne constatation et analyse. C'est le cas de Meyrin, le tram n'est pas fini au niveau de l'autoroute et en direction du Cern...peut-être parce que la circulation routière est dense. De toute manière nous avions voté pour la Mobilité sur toutes ses formes, la voiture a largement perdu, c'est pourquoi la traversée de la Rade doit être mise en route au plus vite.

Écrit par : demain | samedi, juin 13, 2009

Le transport à Genève en est au même point que le problème du logement. Les politiques s'enlisent depuis des années. A ce stade, il ne faut plus se demander ce qu'il faut choisir. Il faut tout faire. Une voie de train et d'autoroute supplémentaire. La traversée de la rade. Le CEVA, les nouveaux trams, les jonctions avec les transports français, les parkings d'échanges. Tout, il faut tout réaliser. Plus il y aura de diversité dans les moyens de transport, mieux on résoudra le problème de surcharge. C'est comme les énergies, plus il aura de différentes sources, moins nous seront dépendants et moins il aura risques de pénuries. Et par dessus tout, il faut développer le déplacements en deux roues motorisés électriques, pour résoudre enfin le problème de la pollution, de l'encombrement et des nuisances sonores. Les routes doivent être aménagées afin de privilégier ce moyen de transport qui fait figure de grand oublié de tout ces débats. Il n'y que ce moyen de transport qui aie encore de l'avenir dans le domaine de la mobilité individuelle.

Écrit par : Laurent | dimanche, juin 14, 2009

le Grenelle de la mobilité est encore une idée verte mais pas très mature, on ferait mieux de faire les Assises du logement. Plus de logements en ville, moins de transport, plus d'impôts, moins de pollution et plus de gens heureux et moins stressés. Les verts n'en parlent très peu il sont obsédés par la mobilité et la pollution mais sont-ils au courant que grâce aux innovations technologiques faites par les véhicules à moteur et l'amélioration qualitative de l'essence (sans plomb), la pollution des particules fines à Genève a drastiquement diminué et ceci malgré l'augmentation du trafic sans parler de l'amélioration de la qualité du mazouth et des chaudières. Seul le problème du CO2 reste le maillon faible mais rien n'est moins sûr que l'homme seul, en soit le fautif... des feux de forêts spontanés dus à la sécheresse, des irruptions volcaniques, les phénomènes de El Nino ou El Nina peuvent aussi être la cause de grands dérèglements du climat.

Écrit par : demain | dimanche, juin 14, 2009

les Verts retardent d'une guerre, maintenant c'est le branle-bas de combat entre le BIO écolo versus le commerce équitable qui inquiètent nos bobos verts. Voir http://www.ecotidien.fr/2009/06/bio-ecolo-vs-commerce-equitable-la-guerre-des-bobos/

Écrit par : sirène | dimanche, juin 14, 2009

Aux mauvaises questions, les mauvaises réponses. Il n'a pas lieu d'opposer le logement en ville avec le logement à la campagne, sous prétexte que le logement en ville résoudra le problème du transport. Les logements à la campagne existent depuis longtemps et existeront toujours. De plus en plus de gens vivent à la campagne par choix (et oui, vivre en ville c'est pas forcément un plaisir) ou par contrainte (pas de logement, prix trop élevé). Donc le besoin de se déplacer va exister encore pour quelques milliers d'années. Par contre, il pourrait être intéressant d'éviter de développer l'emploi uniquement dans les grandes agglomérations. Pour ma part, si je pouvais éviter de me rendre en ville, je ne m'en porterais pas plus mal.

Écrit par : Laurent | dimanche, juin 14, 2009

Les commentaires sont fermés.