mercredi, mai 27, 2009

Des questions pertinentes, des réponses...

capture plan d'agglo général.jpg

  • Pourquoi Annecy n'est-elle pas intégrée au projet d'agglo alors que Thonon et Nyon le sont?
  • Pourquoi ne pas limiter la croissance du canton à 500'000 habitants?
  • Pourquoi ne pas relier Saint-Julien avec un RER?
  • Le projet d'agglo n'est-il pas affecté d'un déficit démocratique?
  • Le projet d'agglomération montre un développement en tache d'huile depuis le centre de Genève. Où est la multipolarité?

Les questions posées hier soir à l'issue de la conférence de Nicole Surchat Vial, cheffe du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, à l'Institut national genevois, ne manquaient pas de pertinence. Les réponses ne l'ont pas toujours été. Et plusieurs questions n'ont pas été posées, faute de temps.

  • Pourquoi Satigny et Versoix qui sont sur des lignes RER ne sont pas comptés au nombre des villes à développer d'ici 2030. Et pourquoi vouloir doubler la population de Bernex qui n'est pas relié par le chemin de fer?
  • Si la traversée de la rade est désormais partie intégrante du projet d'agglo, comment se fait-il qu'aucun plan ne dessine cette infrastructure et que ni la rive droite ni la rive gauche ne soit affecté par ce nouvel axe?
  • Quelles liaisons entre les pôles de développement?
  • Pourquoi le projet de délocalisation de la gare de la Praille à Colovrex n'est-il pas pris en compte dans le projet d'agglo?
  • L'avenir du RER ne dépend-il pas plus d'une deuxième ligne entre Cointrin et le plateau suisse que d'une troisième voie entre Cornavin et Lausanne?
  • Combien coûtera la liaison prévu entre Cointrin et Cornavin passant par le Grand-Saconnex et le quartier des nations?

 

Lire la suite

"La traversée lacustre est partie intégrante du projet d'agglo"

surchat vial à l'ing.jpgDeux minutes pour la traversée de la rade, devenue traversée lacustre, et deux minutes pour la mobilité douce. Un à un! Dans sa conférence de près d'une heure, qui ouvrait, hier soir, le Cycle que l'Institut national genevois consacre, tous les mardis jusqu'au 16 juin, à la région genevoise en 2030, Nicole Surchat Vial a délivré un propos linéaire tout en équilibre.

De la genèse du projet d'agglo, au financement du CEVA et des tram de Meyrin et de Bernex Est - pas un mot sur les routes - de la démocratie participative qui accompagne les études des huit PACA, les Périmètre d'aménagement concertés d'agglomération, aux autres dossiers (accès aux hôpitaux, reconnaissance des diplômes, logements) que les Français ont imposé à Genève, la cheffe du projet d'agglo a noyé l'assistance sous un powerpoint dont certaines images n'étaient pas toujours d'une grande clarté.

Un véritable rouleau compresseur de la pensée, d'où s'échappèrent tout de même pas mal de questions: toute pertinentes. Quant aux réponses...  elles ont oscillé entre la répétition de choses dites, le pas de côté, l'évitement et le mensonge comme celui-ci: "la traversée lacustre fait partie intégrante du projet d'agglo".

Le Cycle des conférences de l'ING se poursuit mardi prochain 2 mai, à 20h, avec une conférence de l'avocat Wolfgang Peter, président de l'association pour une meilleur mobilité (opoosé au CEVA). L'entrée est libre.

Lire la suite

lundi, mai 25, 2009

Les trams à Genève, les BHNS en France voisine

annemasse bus express selon messager 21 mai 09.jpgLe projet d'agglo franco-valdo-genevois, c'est au fond Berne qui l'a lancé. En promettant 6 milliards de francs sur 20 ans pour le trafic d'agglomération, Berne a incité les Genevois à relancer la coopération transfrontalière, déjà lancée par Borner au temps du business park d'Archamps, et par Haegi au temps des contrats rivières et quelques autres.

Sous la pression française et celle de quelques associations de l'introuvable société civile, on a ajouté d'autres politiques aux transports. Mais le nerf de la guerre est réservé à la mobilité sous toutes ses formes. Le CEVA fut le premier à tirer le gros lot. En rugence... Puis, ce furent les trams de Meyrin et d'Onex-Bernex qui reçurent des centaines de millions, un peu plus de 800 millions en tout. Le canton peut-il recevoir encore beaucoup d'argent de Berne? C'est peu probable à moins que le Parlement ne vote une nouvelle tranche de financement.

Les trams vers Annemasse, Saint-Julien, Saint-Genis, Ferney-Voltaire verront-ils le jour un jour? Qui les financera? Des questions qui restent ouvertes.

En attendant, côté français, on parie sur les BHNS, les bus à haut niveau de service: en fait des bus en site propre, rien de plus. Le Messager en parle dans son édition du 21 juin.. Il suffit de cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Reste à savoir comment dans les rues étroites et tortueuse de la ville banlieue les express vont pouvoir se faufiler. Sans doute faudra-t-il comme Robert Borrel le propose désormais mais n'a pas osé le faire réserver des rues entières aux transports publics.

Lire la suite

samedi, mai 23, 2009

Quelle Genève en 2030? Trois conférences, un débat

kunz vidéo.jpgurbanisation couronne.jpgPierre Kunz est un radical atypique. Longtemps directeur du centre commercial de Balexert, il passe une retraite hyperactive. L'automne dernier il a démissionné du Grand Conseil pour se faire élire à la Constituante. Il préside Genilem, la couveuse de jeunes pouces entrepreneuriales fondée par Armand Lombard. Il préside aussi l'Institut national genevois, vieux think tank genevois comme on dit aujourd'hui créé par le révolutionnaire James Fazy, l'homme qui écrivit avec quelques compères la Constitution qui nous régit encore aujourd'hui et qui fit détruire les remparts, qui au milieu du XIXe siècle étouffait la ville.

"Aujourd'hui, James Fazy abattrait deux autres frontières", dit Pierre Kunz dans l'entretien vidéo qu'il nous a accordé, la frontière politique qui entrave la région franco-valdo-genevoise et la zone agricole qui freine le développement urbain de Genève. (cliquer sur lire la suite)

A moins de cinq mois de l'élection du Grand Conseil cet automne et de la succession de Robert Cramer, ministre du territoire, l'Institut national genevois organise un cycle de trois conférences et un débat sur le grand Genève à l'horizon 2030.

Coup d'envoi ce mardi 26 mai à 20 heures. L'ING recevra à son siège, 1, Promenade du Pin, à deux pas du parking Saint-Antoine (bus 8) Nicole Surchat-Vial, directrice du projet d'agglomération franco-valdo genevois.

Lire la suite

vendredi, mai 22, 2009

14'000 logements dans le PAV? Encore un effort M. Muller!

pav plq et communes avec légende.pngSix mois après le débat de la Tribune, quatre ans bientôt après le premier concours Genève 2020 organisé par la FAS pour l'aménagement du losange Praille Acacias Vernets (PAV), dont la pointe sud est le Bachet-de-Pesay et la pointe nord le pont de Saint-Georges, le Conseil d'Etat en est toujours aux bonnes intentions. Il a annoncé mercredi son intention de porter de 6 à 14'000 le nombre de logements et de réduire en conséquence de 20 à 15'000 le nombre d'emplois sur le périmètre défini dans le masterplan.

Le Conseil d'Etat a pris prétexte d'une lettre de l'ASLOCA pour annoncer son nouvel objectif. Quant à la méthode pour réaliser ce projet, elle reste à inventer. Car si l'on poursuit dans la démarche actuelle - on court à l'échec et à une chamaillerie séculaire digne du CEVA.

Qu'est-ce qui coince? Trois ou quatre choses notamment parmi d'autres:

[cliquez sur l'image pour l'agrandir, elle représente les zones actuelles. En violet foncé, la zone industrielle de la Praille, en violet clair, la gare aux marchandises.]

 

Lire la suite

jeudi, mai 21, 2009

Cramer veut rétablir la gare Veyrier Bossey

DSC00350 recadré.JPGagglo carouge veyrier pétales.jpg7000 habitants, principalement à Vessy et à Etrembières, 2000 emplois nouveaux, répartis entre Carouge et le pied du Salève, le réouverture de la gare de Bossey-Veyrier, "qui mettra les habitants à 3 minutes d'Annemasse et à 23 minutes de Cornavin grâce au CEVA", la création d'un couloir à faune entre le Salève et l'Arve, un parking d'échange à Etrembières et l'amélioration du bus 8, tels sont les projets qui devraient voir le jour d'ici 2030 entre la cité Sarde et le sommet de la montagne des Genevois.

C'était hier soir, à la salle communale de Bossey - qui jusqu'en 1815 était rattachée à Troinex, le lancement officiel par Robert Cramer et Robert Borrel du PACA Carouge Veyrier Etrembières.

Il n'était qu'une petite quarantaine en cette veille de l'Ascension les élus du périmètre à entendre le ministre genevois du Territoire et l'ex-maire d'Annemasse mais encore président de l'ARC, l'Association régionale de coopération du Genevois français. Un discours que les deux compères, maîtres d'ouvrage du projet d'agglomération franco-valdo-genevois peaufinent et répètent depuis des mois. Le PACA de Carouge Salève est le 6e pétale sur 9 qui doit dessiner l'aménagement du territoire du Grand Genève à l'horizon 2030.

Comme toujours le meilleur était pour la fin. L'apéro bien sûr où l'on dit son mot en quatre ou six yeux. Mais avant cet agape, les questions. Il n'y en eu quatre hier soir, mais toutes étaient plus pertinentes que les réponses données et l'une d'elle, celle du maire d'Etrembières n'a pas manqué de sel.

[Cliquer sur les images pour les agrandir]

Lire la suite

mardi, mai 19, 2009

Le RER s'arrêtera-t-il un jour à Bernex?

RER Barthassat sans rade.png2030, c'est dans 20 ans! C'est aussi loin que 1990! Si le projet d'agglomération franco-valdo-genevois voit le jour, Bernex sera une ville de quelque vingt mille habitants. Elle sera peut-être raccordée au RER genevois. Cette perspective semble réjouir la Mairie de cette commune rurale. Il soutient à fond le projet lancé il y a bientôt quatre ans par Robert Cramer. un enthousiasme qui fait figure d'exception au sein des maires genevois.

debat ing juin 09.jpgLe ministre genevois du Territoire qui terminera sa carrière à la Tour Baudet en décembre prochain, passera-t-il à la postérité comme le plus grand aménagiste que Genève a compté depuis Casaï, Braillard et consorts? L'avenir le dira. Et les Bernésiens le seront peut-être jeudi 28 mai prochain. Ils sont invités à la salle communale Luchepelet à 18h30 PACA de Bernex.

L'une de ces trois études d'urbanisme, qui s'étend comme un pétale entre le pont de Saint-Georges et le carrefour de Laconnex terminus du tram de Bernex en construction, sur la route de Chancy, propose la création d'un RER entre La Praille, Saint-Julien, Bernex, Satigny et Saint-Genis. Pour Marcellin Barthassat, associé du bureau Ar-ter, en effet, le tram ne suffira pas à développer une offre suffisante pour les habitants de la nouvelle ville qui risque de continuer à utiliser leur voiture.

NB: il suffit de cliquer sur les images pour les agrandir et sur les textes soulignés pour accéder à plus d'info!

 

Lire la suite

vendredi, mai 15, 2009

A 200 km/h entre Vienne et...

weibel vienne salzbourg.pngNon il ne s'agit pas de la capitale des Allobroges qui serait comme par un coup de baguette magique sortie de sa torpeur et reliée à notre cité. Mais de Vienne, capitale de l'Autriche, que l'ancien patron des CFF, Benedilkt Weibel, recyclé après 13 ans à la tête de la régie fédérale dans une petite jeune pousse Rail Holding, veut relier chaque heure en 2011 à Salzbourg avec une navette à deux étages roulant à 200km/h sur les 310 kilomètre du tracé. J'ai lu cette information dans la Baslerzeitung de lundi. Weibel rêve déjà de relier Bratislava et Munich avec son train - des rames suisses Stadler - dont la deuxième classe aura la qualité de la première.

Ce genre d'information me réjouit et me désole.

Lire la suite

lundi, mai 11, 2009

Collex-Bossy unanime contre Charles Pictet...

colovrex nlle carte.pngQu'un Conseil municipal s'oppose unaniment à un projet de développement à ses portes est à la fois normal et instructif.

Normal, car les conseillers municipaux sont le reflets d'une population qui rêve surtout d'une chose, ne pas être dérangée dans sa quiétude campagnarde. D'autant que les terrains visés par Charles Pictet qui propose rien moins que de délocaliser la gare de la Praille à Colovrex sont sur la commune de Bellevue... Collex-Bossy n'a donc rien à gagner dans cette opération. Elle craint à juste titre que l'ouverture d'une nouvelle entrée sur l'autoroute n'augmente encore le nombre des frontaliers qui matin et soir traversent le village.

Les conseillers qui voulaient une résolution «modérée» pour être consultés le cas échéant ont vite été minorisés", note Dominique von Burg ce matin dans la Tribune. Et avec les autres, ils ont voté une «opposition formelle» au projet.

Lire la suite

vendredi, mai 08, 2009

26 mai, 2, 9 et 16 juin: Quelle région franco-valdo-genevoise en 2030 ?

vue-aerienne_grande.jpgOù loger les deux cents mille habitants et les cent mille emplois attendus entre Salève et Jura d’ici là ? Quelle gouvernance démocratique du développement urbain ? Deux questions qui méritent bien un débat. L’Institut national genevois l’ouvre fin mai et début juin en organisant trois conférences et une table ronde les mardi 26 mai 2, 9 et 16 juin, à 20 h. au 1, promenade du Pin.

Lire la suite

jeudi, mai 07, 2009

Genève rêve du CEVA, des Suisses creusent le Gothard

manif du 6 mai 09.pngTandis qu'une poignée d'irréductibles conservateurs parient sur le CEVA comme projet ferroviaire pour la Genève du XXIe siècle et ont manifesté leur soutien hier au tortillard Annemasse Cornavin à 1,5 milliard de francs, l'Association PPP Suisse lance un ballon d'essai pour creuser un deuxième tube routier à deux voies sous le Gothard pour 900 millions de francs (Le Temps du 6 mai).

Les investisseurs pensent, écrit Bernard Wuthrich, rentrer dans leurs fonds en instaurant un péage de 20 à 50 francs, correspondant aux 30 francs du St-Bernard et aux 45 francs du Mt-Blanc (16'500 véhicules circulent actuellement en moyenne par jour dans le monotube du Gothard). Et le péage pourrait ne pas exiger une modification de la Constitution mais faire l'objet d'une exception au principe de la gratuité des routes, accordée par l'Assemblée fédérale.

A propos, l'idée de ce deuxième tunnel a surgi pour résoudre le casse-tête de l'assainissement de l'actuel tunnel, travaux qui exigeraient de le fermer durant un an...

Quel rapport entre le CEVA et le Gothard?

Lire la suite

vendredi, mai 01, 2009

Cramer se succédera-t-il à lui-même

cramer robert hotel de ville.jpgRobert Cramer cherche-t-il à se succéder à lui-même? La question qui fait écho à une autre: comment piloter le projet d'agglomération franco-valdo-genevois? Et plus largement, comment piloter les grands projets d'urbanisme du canton? La législature qui s'achève aura montré qu'en ce domaine les institutions genevoises ont atteint leurs limites.

L'idée de confier à un super manager l'urbanisation des futurs quartiers Praille, Acacias, Vernets (PAV) n'était pas mauvaise. Mais la démission, trois mois après sa nomination, de l'oiseau rare de Mark Muller, dont on avait rogné les ailes avant son envol, a fait retomber la gouvernance de ce projet stratégique dans les affres de coordination où tous les pouvoirs s'annulent. Seule la réalisation de l'idée de Charles Pictet de reconstruire la gare à Colovrex peut sauver le PAV de l'enlisement dans les alluvions de l'Arve.

Le projet d'agglo a partiellement échappé à cet écueil, car, dans ce cas, c'est le conseiller d'Etat en charge du territoire qui tient ferme la barre et a su faire miroiter à ses amis français quelques retombées de la loi fédérale sur le financement des infrastructures (CEVA, trams d'Annemasse, de St-Julien, de St-Genis) et un partage de l'emploi qui ne lui coûtait pas cher.

Sur ce plan Robert Cramer a assumé ses responsabilités et a démontrer ses talents de fin stratège. Il a failli cependant, en imposant à une classe politique asphysiée ou achetée - l'Etat est un groupe mandataire et distribue largement ses subsides - un projet dont les grandes lignes sont quasi ficelées sans qu'aucun débat démocratique n'ait eu lieu. Tout le contraire de la démarche du grand pari(s), où dix bureaux d'architectes ont planché sur l'avenir de la ville lumière et de ses banlieues.

Qui sera le Cramer de la nouvelle législature 2010-2013? Cramer lui-même?

Lire la suite