mercredi, mai 27, 2009

Des questions pertinentes, des réponses...

capture plan d'agglo général.jpg

  • Pourquoi Annecy n'est-elle pas intégrée au projet d'agglo alors que Thonon et Nyon le sont?
  • Pourquoi ne pas limiter la croissance du canton à 500'000 habitants?
  • Pourquoi ne pas relier Saint-Julien avec un RER?
  • Le projet d'agglo n'est-il pas affecté d'un déficit démocratique?
  • Le projet d'agglomération montre un développement en tache d'huile depuis le centre de Genève. Où est la multipolarité?

Les questions posées hier soir à l'issue de la conférence de Nicole Surchat Vial, cheffe du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, à l'Institut national genevois, ne manquaient pas de pertinence. Les réponses ne l'ont pas toujours été. Et plusieurs questions n'ont pas été posées, faute de temps.

  • Pourquoi Satigny et Versoix qui sont sur des lignes RER ne sont pas comptés au nombre des villes à développer d'ici 2030. Et pourquoi vouloir doubler la population de Bernex qui n'est pas relié par le chemin de fer?
  • Si la traversée de la rade est désormais partie intégrante du projet d'agglo, comment se fait-il qu'aucun plan ne dessine cette infrastructure et que ni la rive droite ni la rive gauche ne soit affecté par ce nouvel axe?
  • Quelles liaisons entre les pôles de développement?
  • Pourquoi le projet de délocalisation de la gare de la Praille à Colovrex n'est-il pas pris en compte dans le projet d'agglo?
  • L'avenir du RER ne dépend-il pas plus d'une deuxième ligne entre Cointrin et le plateau suisse que d'une troisième voie entre Cornavin et Lausanne?
  • Combien coûtera la liaison prévu entre Cointrin et Cornavin passant par le Grand-Saconnex et le quartier des nations?

 


Pourquoi Annecy n'est pas intégré au projet d'agglo? Cette cité est à 20 minutes en voiture et les cartes montrent que de nombreux frontaliers y résident.

Nicole Surchat Vial n'est pas secrétaire d'Etat. Elle travaille dans le périmètre qu'on lui a donné. Et se contente donc de répéter qu'il est prévu à l'horizon 2029 d'améliorer la desserte ferroviaire de la capitale de la Haute-Savoie.

Pourquoi ne pas limiter la croissance du canton à 500'000 personnes? Et présenter un tel projet au choix des Genevois?

Nicole Suchat Vial n'est pas secrétaire d'Etat et ne peut donc pas donner une réponse politique à cette question. Elle travaille avec les données de la croissance qui s'impose à Genève. Genève est une région attractive qui attire les entreprises. Nous devons maîtriser ce développement dans un sens du développement durable. D'où la densification de la ville, à la Praille, entre la Servette et l'aéroport et le long des trams qui relieront le centre et les villes de Nyon, Ferney, Saint-Genis, Bernex, Saint-Julien, Annemasse et Thonon.

Faut-il mettre une croix sur les villas à Genève?

La question est déviée sur le nombre de logements que Genève doit construire d'ici 2030: 50'000 - le député Barrillier frétille d'aise sur sa chaise. Nicole Surchat Vial aurait peut-être pu expliquer qu'en effet la villa individuelle, c'est fini à Genève, mais que le long des trams, vers Saint-Genis, vers Bernex, vers Saint-Julien, les PACA prévoit la construction de petit immeubles avec de grandes ouvertures vers la campagne.

Pourquoi ne pas relier Saint-Julien avec un RER? De la Praille, cela coûterait bien moins cher que de créer une ligne jusqu'à Annemasse?

Saint-Julien ne sera pas une très grande ville. Le potentiel de développement de la Praille est supérieur, répond en substance la cheffe du projet d'agglo. Qui ne dit pas un mot du projet de l'architecte Marcellin Barthassat, qui constatant que le tram est inssufisant à véhiculer les 20'000 haitants de Bernex imagine de créer un RER qui partant de la Praille desservirait la gare de Saint-Julien pui reviendrait par Bernex, passerait le Rhône au niveau du Bois-de-Bay, passerait sous Satigny pour déboucher à Saint-Genis et se connecter à la ligne du Pays de Gex.

Pourra-t-on circuler directement de Bellegarde à Cointrin?

La connexion directe fait partie des sujets à étudier, répond évasiment Nicole Surchat Vial. Tout aussi évasive a été la présentation de la suppression du cul de sac de la gare de Cointrin. Le projet d'agglo propose de créer une boucle ferroviaire qui passerait sous la route des Nations et rejoindrait Cornavin par le nord.

A l'exemple du CEVA, dont les citoyens n'ont pas mesuré la portée au moment du vote du crédit par le Grand Conseil en 2002, le projet d'agglo n'est-il pas affecté d'un déficit démocratique?

Dans l'étape actuel, nous tentons de rapprocher au maximum la population concernée. L'étude de chaque PACA donne lieu à des tables rondes où la société civile est représentée et entendue. Ces études seront reprises dans le cadre de la révision du plan directeur cantonal. C'est alors que le Grand Conseil qui vote cette loi et les financements qui vont avec sera au prise avec le projet d'agglo.

Le projet d'agglomération montre un développement en tache d'huile de Genève. Où est la multipolarité?

En effet, les trams construits sur les axes historiques peuvent induire un développement qui existe en fait déjà.  Il offre un potentiel de construction pour le logement et les activités à distance raisonnable du tram. Tout comme le plan de la mobilité douce, qui prévoit des zones de trois kilomètres, distance qu l'on peut aisément franchir à vélo.

JFM

 

 

Commentaires

Le fait d’être « Anti-CEVA » s’est avéré juste. Ces gens intelligents ont pris la peine de faire des calculs véridiques et ces chiffres sont sur la table : Coût du CEVA plus de 2 milliard concernant l’infrastructure. Combien coûteront encore les 4 trains nécessaires à une exploitation tous les 15 minutes ? Ces trains augmenteront les déficits à payer par les impôts des centimes additionnelles, taux actuellement à 48 %. Ajouté aux dépenses actuelles la somme de 32 millions à titre de déficit d’exploitation du CEVA ce taux va exploser !
Les verts sont des menteurs sur tous les fronts, on parle d’améliorer le trafic à Genève mais on fait stricte le contraire. Les verts parle du CO2 et propose mille remèdes pour le diminuer, dans la réalité il font tout pour allonger le temps des parcours des utilisateurs du trafic routier. Heureusement on vote cet automne !

Écrit par : KUFFER EUGENE | samedi, juin 06, 2009

Les commentaires sont fermés.