mardi, avril 28, 2009

CEVA, les Genevois voteront

CEVA alternatif rade et 2e ligne.pngLe Tribunal fédéral a donc confirmé l'invalidation de l'initiative dite anti-CEVA. L'échec des habitants de Champel n'est paradoxalement pas une bonne nouvelle pour le raccordement que le canton attend depuis 1912. En effet, il pourrait y avoir au fond plus d'opposants à un tracé qui ignore l'aéroport de Cointrin - et pour cause à l'époque où le CEVA a été conçu, l'aéroport n'existait pas - que de partisans de l'initiative qui proposait de raccorder La Praille à la ligne SNCF du pied du Salève quelque part entre Bossey et Saint-Julien.

La facture du CEVA qui a passé de 940 millions à 1,47 milliard en sept ans devrait sauf surprise donné lieu à un référendum financier contre le crédit de 107 millions actuellement en examen devant le Grand Conseil. Les Genevois votertont donc, vraisemblablement en 2010.

A lire l'arrêt rendu le 21 avril par la première Cour de Justice, le tracé du RER qui doit relier le réseau suisse au réseau français de la Haute Savoie est une affaire fédérale. C'est une des raisons qui ont conduits les juges à prononcer l'invalidation de l'initiative. Ce n'est pas aux Genevois de décider du tracé des voies ferrées. Une chance peut-être pour reconsidérer sereinement l'ensemble du projet non seulement du seul point de vue régional mais aussi du point de vue suisse, français et européen. Au fond ce qui est en jeu, ce n'est pas la laisions Annemasse Cornavin, mais l'avenir des liaisons ferroviaires entre Grenoble Chambéry (Turin) Genève Lausanne et les villes suisses.

Vu à cette échelle et avec quelques ambitions dignes du XXIe siècle, c'est une deuxième ligne à 200/250 km qu'il faut construire entre Cointrin et  le plateau suisse et une traversée du lac routière et ferroviaire, ainsi bien sûr qu'une reconstruction de la ligne entre Annemasse et Annecy. C'est sur cette colonne vertébrale qu'il faut concevoir le futur RER franco-valdo-genevois.

A l'heure où le grand prêtre du projet d'agglomération se retire des affaires, les prochaines élections tombent à pic pour ouvrir un véritable débat sans a priori sur le développement du grand Genève et ses relations avec les métropoles qui l'entourent.

On lira dans les billets publiés dans ce blog ainsi que dans le blog Vu du Salève les détails de ces propositions.

JFM

jeudi, avril 02, 2009

Vaud et Genève relancent la traversée du lac

Joye pont.jpgTrois cents millions tout de suite pour améliorer le RER Lausanne Genève, un front commun pour expliquer à Berne pourquoi le budget du CEVA a augmenté de 50% en 7 ans et quelques autres menues babiolles, histoire de consolider la nouvelle entente GeVA (Genève Vaud en référence à GeZu évoquée ici), tel est le message des gouvernements vaudois et genevois cet après-midi ponctué par un protocole d'accord en bon et due forme et un communiqué de presse. Les Parlements n'ont qu'à saluer.

Pas un mot sur le projet Pictet de délocalisation de la gare marchandises de la Praille à Colovrex. Pas une once de critique non plus à propos du CEVA, dont le rapport qualité prix est loin d'être démontré et qui snobe la gare Geneve Voltaire Aéroport, un comble! Rien non plus sur le raccordement de cette gare de Cointrin à la ligne ferroviaire Genève Lausanne, prévue pourtant de longue date.

La traversée du lac ressort des cartons. Sans date. Le projet n'est plus en mains genevoises depuis que Berne a repris les budgets d'investissement et d'entretien des routes nationales. De quoi redonner quelques espoirs à l'ancien conseiller d'Etat Philippe Joye champion du pont des Nations qu'il voudrait inaugurer le 1er juin 2015 pour fêter le bicentenaire de l'entrée de Genève dans la Confédération.

Son projet cepedant zigzague jusqu'aux portes de Douvaine avant de redescendre en direction de la route à trois voies Annemasse Thonon. Pas de quoi convaincre les Genevois qu'ils trouveront dans ce pont une solution aux embouteillages du pont du Mont-Blanc.

Lire la suite

Le plan B au CEVA et à la troisième voie

2e voie.png"La traversée lacustre doit faire partie du programme d'élimination des goulets d'étranglement." C'est le Conseil d'Etat qui l'a dit hier, profitant d'une question fédérale relative aux bouchons sur les routes nationales. Cet après-midi il doit annonce un accord avec le gouvernement vaudois pour la 3e voie CFF et espère obtenir un coup de pouce pour le CEVA, qui attend depuis un siècle sa concrétisation.

Ce matin surfant sur la vague, Phlippe Joye relance sur Radio Cité son projet de pont des Nations sur le lace entre le Vengeron et Vésenaz puis se raccrochant par Veigy et le nord d'Annemasse à l'autoroute blanche, non loin du péage de Nangy. Enfin pour boucler la boucle le bientôt le brillant ex-maire de Zurich Elmar Lederberger - à qui l'on souhaite une carrière fédérale - était sur la Première de la RSR. ressuscitant Swissmetro, dont il est un chaud partisan pour améliorer la cohésion de l'axe Gezu, Genève - Zurich, dont l'aéroport de s'appelle plus Unique.

ça bouge dans la mobilité. Qui l'emportera? J'ai la faiblesse de proposer un plan B [cliquer pour agrandir le plan ci-contre] à tous ces projets. Un plan B fondé sur la revitalisation de l'axe ferroviaire du sillon alpin, de l'antique Lotharingie. Bâles Grenoble, tel est un des axes d'avenir de Genève, qui a manqué, à la fin du XIXe siècle, date où fut conçu le CEVA..., le rendez-vous nord sud: le tunnel de la Faucille et le tunnel ferroviaire du Mont-Blanc.

Lire la suite