mercredi, février 11, 2009

Genève Voltaire Aéroport: il y a un plan B au projet d'agglo!

bisons.png15 communes: 7 suisses (Grand-Saconnex, Collex-Bossy, Pregny-Chambésy, Bellevue, Meyrin, Versoix, Genthod) et 8 françaises (Ferney-Voltaire, Ornex, Prevessins-Moëns, Segny, Versonnex, Sauverny, Cessy, Gex) tel est le périmètre du périmètre d'aménagement coordonné d'agglomération de Ferney-Voltaire lancé le 4 février dernier. C'est le sixième PACA mis sur les rails par le projet d'agglomération franco-valdo-genevois depuis juin 2008. La durée de l'étude est d'un an.

L'objectif est de définir au travers d'un exercice de démocratie participative les "potentiels d'urbanisation pour loger 14'000 emplois et 10'000 habitations à l'horizon 2030 et ce notamment le long de l'axe Cornavin-Ferney-Voltaire et autour des pôles urbains du Grand-Saconnex, de Ferney-Voltaire et de Gex, y compris le développement du pôle de l'aéroport, notamment au Nord-Ouest et mise en valeur des entités paysagères du site." Cette étude prend en compte les "développements déjà décidés : jardins des Nations, requalification de l'axe routier Ferney-Voltaire-Gex (RD 1005)"

Tels sont en résumé, selon la fiche technique que l'on trouve sur le site du projet d'agglo FVG, les enjeux du PACA Ferney-Voltaire.


On constatera que dans le document de présentation du PACA Ferney-Voltaire, rien n'est envisagé au bout de la piste de l'aéroport où paissent les bisons (point d'interrogation ci-dessous). Que rien n'est prévu pour faire sauter le cul de sac de la gare de l'aéroport, sinon une étrange liaison qui redescent brutalement sur Cornavin. Rien non plus pour désengorger l'autoroute internationale A1, déjà au bord de l'asphyxie. Et rien évidemment pour relier les deux rives du lac histoire de permettre aux habitants de venir travailler dans une zone où les nuisances sonores de l'aéroport empêchent d'y installer des habitants.

Dans la Tribune de ce jour, sous le titre "Voltaire ignorera-t-il Charles Pictet?",  je reviens sur ces enjeux sous un tout autre éclairage. Celui qu'offre l'idée de l'architecte Charles Pictet de reconstruire la gare de la Praille à Colovrex. On trouvera une copie de cet article sur mon blog Vu du Salève.

JFM

Paca GVA.png

Commentaires

C'est juste, inutile de construire des logements ou une zone industrielle si les populations et les travailleurs n'ont pas d'accès au train ou à une ligne de tram car effectivement l'autoroute est pris d'assaut car la Ville de Genève est en plein chantier (Pont Sous-terre, etc...) et beaucoup utilise cette voie rapide qu'est l'autoroute pour contourner le canton. Le projet du PAV qui est de construire la ville en ville me paraît plus vital pour l'agglomération genevoise. Pourquoi étalement la ville à la campagne alors qu'il existe des espaces en vierges dans la ville de Genève ?

Écrit par : sirène | vendredi, février 13, 2009

pour répondre à sirène, c'est précisément pour pouvoir construire la ville en ville au PAV qu'il faut créer un lieu pour héberger le activités qui s'y trouvent actuellement et qui en bloquent le développement.
La nouvelle zone d'activités proposée est située en bout de piste de l'aéroport à côté de l'autoroute existante et du train existant. Il ne s'agit donc nullement d'un alternative au PAV mais de son complément nécessaire.

Écrit par : bison fûté | lundi, mars 23, 2009

Les commentaires sont fermés.