samedi, janvier 31, 2009

PACA plaine de l'Aire Saint-Julien: la démocratie participative balbutiante

Centre de congrès Ramada Encore, entre le Mall de la Praille, fort achalandé en ce samedi maussade – le parking est comble – et le stade de football vide. Quelque 150 élus et militants de la sociétés civiles rassemblées par table de 10, généralement par affinité. Aucun badge ne permet de savoir qui est qui.

9h30, Nicole Surchat Vial directrice du projet d'agglo ouvre le processus de la démocratie participative de la Genève de 2030. Les communes de Bernex, Onex, Confignon et Petit Lancy avait ouvert les feux en novembre. Mais c’est la première fois que des élus et des représentants du monde associatif régional et communal sont réunis ensemble pour prendre connaissance de trois schémas d’urbanisation du sud du pays de Genève. Entre La Praille et Neydens. On ne connaîtra donc pas la couleur de l’assemblée.


Les élus de Saint-Julien se sont-ils davantage mobilisé que ceux de Perly ou de Confignon. Les quatre associations désignés par Plan-les-Ouates et les trois de Bardonnex brillent par leur absence. Le conseil administratif de Confignon in corpore n’a pas vu non plus des représentants des associations de quartier et de parents invitées. Lancy n’est pas présent. En revanche le maire de Saint-Julien, Bernard Gaud le vice président de l’Arc sont là. Et sept ou huit députés. On ne saura pas non plus pourquoi la Ville de Genève n’est pas invitée elle qui pourtant réclame des assises de la mobilité?

L’intérêt est cependant manifeste. Les participants sont tous des militants de la chose publique. Avec des intérêts divers évidemment. Que fera-t-on de leurs propositions et de leurs réflexions ? Frédéric Bessat l’alter ego de Nicole Surchat Vial côté français répond peu après 14h30 avant de libérer les résistants du séminaire. « Dès lundi, vous pourrez consulter les documents sur www.projet-agglo.ch. Vous aurez encore 15 jours pour faire encore des propositions et nous adresser des avis complémentaires.

Un compte rendu de la séance sera rédigé et disponible début mars. Un  rapport de recommandations validé par le collège des maires et des experts orientera la deuxième phase d’études tests. Les trois mandataires auront deux mois pour affiner leur projet. Et nous nous retrouverons le 20 juin  pour les deuxièmes tables rondes, très vraisemblablement à St Julien. »

En conclusion, Bernard Gaud se dit enchanté par les deux journées qu’il a passé. En particulier par les « visages citoyens qui prennent du temps et qui viennent avec leur commune débattre de l’avenir de ce coin de terre et qui acceptent le dialogue transfrontalier. Ce n’est pas un exercice alibi, précise le maire de Chevrier. On ne fait pas semblant. L’avenir du projet d’agglo dépend cependant non pas seulement des élus qui passent mais de l’opinion publique qui le soutient. Bougez-vous donc conclut l’élu français !

Dinh Manh Uong, conseiller administratif de Confignon, est lui aussi heureux du processus engagé. "Certes on est dans une phase d’études tests, mais je demande aux mandataires de mieux tenir compte des projets existants. Quant au processus participatif, il faut l’améliorer. Quinze minutes de préparation par projet, c’est peut-être trop peu pour pouvoir se prononcer. Et puis il y a encore trop de tables vides."

Elus et miliants de la société civile se quittent. Un brin dubitatif. Mais au fond assez content des informations reçues et des échanges. Paraphrasant Churchill, l'un avoue: "la démocratie participative, c'est le pire des systèmes à l'exception de tous les autres."

JFM

Les commentaires sont fermés.