dimanche, janvier 25, 2009

30'000 habitants de La Praille à Neydens: on en discute le 31 janvier à La Praille

paca st ju périmètre.pngSamedi prochain, 31 janvier, le projet d'agglomération franco-valdo-genevois devrait s'affiner encore un peu en direction du sud. Lancé le 28 juin 2008, le PACA Saint-Julien-Plaine de l'Aire organise sa première table ronde à l'hôtel Ramada du stade de la Praille. De quoi s'agit-il? D'une petite messe, où les experts en mobilité, en urbanisme, en environnement viendront rendre compte de leurs réflexions au bon peuple et à ses élus. Et comme on ne peut pas réunir tout le bon peuple à la manière d'une Landsgemeinde, les maires ont été priés de sélectionner quelques-uns de ses représentants. Notez qu'on peut encore s'inscrire jusqu'à demain soir 26 janvier ici.

C'est ainsi que, pour Bardonnex, ont été invitées les associations des Dames paysannes de Bardonnex, Mémoire de Bardonnex et le football club de Compesières. Je ne suis pas en mesure de vous donner encore la liste des associations invitées de Perly-Certoux, Plan-lesOuates, Confignon, Lancy, Bernex, Saint-Julien-en Genevois, Archamps et Neydens, car M. Jousselin, chargé de communication du projet d'agglomération côté français, ne m'a pas encore envoyé la liste qu'il m'a promise.

Les grandes associations cantonales et régionales - TCS, ATE, syndicats, chambres de commerces, employeurs, agriculteurs et défenseurs de l'environnement seront de la partie. Les élus sont également conviés. Combien seront-ils à consacrer leur samedi? Et pourquoi les partis politiques des communes concernées n'ont-ils pas été invités?


A cette question, M. Jousselin donne une réponse alambiquée: Les structures politiques ne sont pas les mêmes de part et d'autre de la frontière, il était donc difficile d'inviter les partis politiques. Le choix a été fait d'associer la société civile aux travaux de planification de la Genève de 2030...  Il est cependant permis de s'interrgoer. Que vont donc dire les Dames paysannes et les footballeurs de Bardonnex sur l'accueil de 30'000 nouveaux habitants d'ici 2030 entre Plan-les-Ouates et le sud de Saint-Julien?

N'est-pas l'affaire du Conseil d'Etat et du Grand Conseil qui a Genève détiennent le pouvoir en matière d'aménagement du territoire, de circulation et de protection de l'environnement? Le Conseil d'Etat est certes aux commandes encore qu'on n'a jusqu'à présent guère entendu les conseiller d'Etat Unger et Muller sur les grands axes de développement du canton que propose le projet d'agglomération franco-valdo-genevois. Seul Robert Cramer semble tenir le gouvernail d'un projet qui n'a toujours pas été validé par le Grand Conseil.

"Le projet d'agglo, ça n'est qu'un projet", insiste René Koechlin. Devenu constituant, l'ancien député libéral et ancien président de la commission de l'aménagement du territoire dit attendre de pied ferme le Plan directeur cantonal qui seul donnera force de loi à ces idées. Ce document sera-t-il déposé avant l'échéance électorale de l'automne 2009?

Minés par la guerrilla anti-bagnoles que les Verts mènent à coups des normes bruits et CO2 et de tramWay, les députés de la majorité sont comme KO debout. Se réveilleront-ils bientôt? Ils ont été nombreux à participer à la table ronde du PACA de Bernex qui a eu lieu en novembre 2008 sur le même modèle que celui de samedi prochain. C'est la première fois, nous a-t-on dit, que les députés de la Commission de l'aménagement du territoire ont assisté en nombre aux travaux du projet d'agglomération. Etonnant non!? Voilà trois ans pourtant que Cramer mène sa galère contre vents et marées et impose à Genève un projet qui ne marche que sur un pied: la mobilité douce.

Il devient urgent que les députés et les partis soucieux du développement économique de Genève se réveillent et reprennent les choses en main.

Quels sont les enjeux posés par le PACA de Saint-Julien. Essentiellement, si l'on en croit le document diffusé le 28 juin 2008, c'est le terminus du tram Plaine-de-l'Aire France qui déterminera l'urbanisation côté français. Les trois schémas ci-dessous (cliquer dessus pour les agrandir) donnent l'image possible de Genève Sud à l'horizon 2030. 1) le tram s'arrête à Saint-Julien, 2) le trava va jusqu'à Neydens, 3) le tram va jusqu'au business park d'Archamps.

A noter que l'autre enjeu. C'est celui de la localisation des 30'000 habitants. Si le canton de Genève intègre le projet de Charles Pictet de délocaliser la gare de La Praille à Colovrex au nord de l'aéroport (et ici), 20'000 logements pourraient être construits dans le périmètre Praille Acacias Vernets. De quoi renvoyer l'urbanisation de la Plaine de l'Aire après 2030. Les Plan-les-Ouatiens qui viennent de débattre le 14 janvier dernier de leur plan directeur communal éviterait de voir leurs travaux jetés à la poubelle en optant pour le projet Pictet.

JFM

paca st ju variante 1 tram st ju.png
paca st ju variante 2 tram neydens.png
paca st ju variante 3 tram archamps.png

Commentaires

Délocaliser la ZI à Colovrex permettrait d'agrandir la surface habitable du PAV sans oublier quelques zones vertes et surtout désengorgerait cette zone d'un lourd trafic. C'est une très bonne idée qui je l'espère va faire son chemin et se concrétiser.

De plus pour éviter l'étalement du territoire et élargir les zones villa, gourmande en mètre carré, des promoteurs-architectes Biennois ont construit des habitats de type "Townhouse", donc villa mais dans un ensemble d'immeuble avec un "backyard" ou jardin. Cette initiative est absolument incroyable, elle permet de garder la possibilité de posséder les avantages de son propre logement indépendant de type villa en ville ( avec des avantages indéniables : pas de voisin au dessus de vous, indépendance énergétique,...) et le fait que les mètres carrés en ville pour le plus grand nombre.

Écrit par : demain | dimanche, janvier 25, 2009

Le problème soulevé est extrêmement pertinent.

Les députés sont très peu informés de l'avancement de ces projets d'agglomération, sur lesquels ils n'ont pas prise. Même s'ils peuvent faire l'objet de quelques rares présentations, les débats n'auront lieu que dans le cadre du Plan directeur. A un moment où, j'en ai peur, les projets seront tellement ficelés qu'il deviendra périlleux de les remettre en cause, soit de relancer des études de secteur susceptibles de contredire les propositions contenues dans ces PACA.

Un certain nombre de députés ont d'ailleurs exprimé leur vive inquiétude de voir le projet d'agglomération se mitonner dans le cadre du CRFG où la présence de quelques élus genevois pas forcément représentatifs des communes concernées par les projets, se dilue dans des commissions diverses et variées.

Si ces PACA sont autre chose que des élucubrations urbanistiques de nature à nous faire oublier qu'il n'y a pas autant de grues dans le canton que ce qu'on nous avait promis il y a trois ans, il est grand temps que ces études fassent l'objet de débats critiques. Si les députés doivent attendre le moment où pourra s'exercer leur compétence, la parole est aujourd'hui aux communes que l'on consulte. J'espère qu'elles la prendront.

Écrit par : Christiane Favre | lundi, janvier 26, 2009

Les commentaires sont fermés.