mercredi, mai 21, 2008

La CGI sacrifie-t-elle les tours de la Praille?

522630895.pngLa crise du logement dure depuis dix ans à Genève. Comment redresser la situation? Les urbanistes Richard Quincerot et Marcos Weil (bureaux Permis de construire et Urbaplan) publient avec l’appui de la Chambre genevoise immobilière une brochure qui tire à vue sur 50 ans d’urbanisme à Genève et défend un credo qui tient en deux mots «densité et qualité».

La brochure visible ici s’ouvre sur un propos de l’écologiste Albert Jacquard contre les gratte-ciel. De quoi sacrifier les tours de la Praille chers au conseiller d'Etat Mark Muller, ancien secrétaire général de la CGI? "Pas le moins du monde", assure Chritophe Aumeunier, qui lui a succédé au 12 rue Chantepoulet: "Notre défense d'une ville plus dense et plus conviviale laisse la place à tous les modes d'urbanisme." Voilà qui est dit. Les tours n'ont donc rien à craindre.


Pour offrir un véritable choix aux habitants, le marché du logement devrait avoir au moins 1,5% de logements «vacants» (disponibles à la location ou à la vente). Nous en sommes très loin à Genève rappellent les deux urbanistes: de 1,36% en 1999, le «taux de vacance» est tombé à 0,16% en 2006 (avant de remonter en 2007 à un 0,19% qui ne vaut pas mieux). La pénurie de logements touche durement les ménages et l’économie, plombant la vitalité du canton.
1206281516.png

Il faut donc densifier. Cette solution est préconisée à Genève comme partout en Suisse, en Europe et même aux USA. Mais attention, préviennent Quincerot et Weil, la densité n’est pas un indicateur de qualité. On trouve à Genève des quartiers de faible densité bien peu attrayants comme certains petits immeubles-barres sur pelouses des années 50, par exemple (densité 0.3 à 0.4). Nos urbanistes et la CGI optent résolument pour des quartiers conviviaux tels ceux en vogue de Fribourg en Brisgau (ci-dessus) plutôt que celui des Pommiers à Meyrin (ci-dessous).

541983962.png

Preuve à l'appui, il existe des quartiers très denses dont les qualités sont très appréciées. Nos deux urbanistes citent trois exemples constatant que les expériences de quartiers innovants à la fois denses, écologiques et hautement habitables se multiplient dans de nombreuses villes de Suisse et d’ailleurs:

  • Les Grottes (densité 2.5),
  • la rue de Candolle (densité 2.3),
  • Saint-Jean (densité 1.9),
  • les squares de Montchoisy (densité 1.9).

Leur critique à l'égard du projet franco-valdo-genevois «Genève Agglo 2030» est cinglante. Le conseiller d'Etat Cramer et ses interlocuteurs de la région y prévoit que les nouveaux quartiers présentent au moins une densité de 0,6 ou 60 logements par hectare. "Si l’idée de fixer des densités minimales est excellente, jugent Quincerot et Weil, le seuil fixé est nettement insuffisant pour parvenir à la «ville compacte» souhaitée."

JFM 

 

Définition de la densité: surface brute de planchers construits par rapport à la surface du terrain. A ne pas confondre avec l’emprise au sol (surface au sol des constructions par rapport à la surface du terrain).

 

Pour publier humeurs, messages, réflexions, propositions sur ce blog, cliquez sur le mot commentaires ci-dessous ou adressez vos billet à blog@tdg.ch. Ils seront publiés ici dans les meilleurs délais.

NB: ce blog est géré par J.-F. Mabut, responsable des blogs de la Tribune de Genève (jf.mabut@edipresse.ch). Tout un chacun peut créer un blog, il suffit de s'inscrire ici et d'envoyer un courriel à blog@tdg.ch pour signaler l'existence de votre carnet de notes interactif.

 

 

Commentaires

Il n'existe qu'un moyen de densifier de manière agréable, c'est le modèle Vauban : pas de voitures dans les rues. Chemins étroits, places de parking toutes réunies dans un grand silo à l'entrée du quartier.

Vous combinez ça avec une végétation luxuriante, et vous avez un quartier très très dense (avec des immeubles de 3 étages) et une qualité de vie absolument fabuleuse...

Écrit par : Sandro Minimo | mercredi, mai 21, 2008

quelqun peu me dire ou on peu trouver le projet de réaménagement de ce quartier proposé par l'état de Genève ?

Écrit par : jeangeneve willunga | mercredi, mai 21, 2008

Sandro !
Un quartier de 10'000 habitants avec un silo de 10'000 voitures (minimum) sans compter les deux-roues !!!!!!?????????
Le silo sera presque aussi grand que le quartier !?
Est-ce vraiment envisageable ????? Où trouver la place pour celà !? ....et imaginez lorsque qu'ils vont tous prendre leur véhicle en même temps (dans une fourchette de 1 à 3 heures) pour aller travailler !!!!!!!!! (sachant bien que les transports publics ne peuvent pas absorber toutes les personnes se rendant au travail en même temps !).
Le problême est bien plus complexe que celà ! Il est à vrai dire : TITANESQUE !
Avec mes salutations

(

Écrit par : coucou | mercredi, mai 21, 2008

Le quartier de la Praille aura les trams, le CEVA, le train, quelques bus, des pistes cyclables à disposition, et il y a déjà le P+R Etoile. Je pense qu'il faudra s'obliger à restreindre énormément les places de parking par habitant dans ce quartier. Tant pis pour les fanas de la bagnole, ils iront habiter/travailler ailleurs... Sinon c'est tout le canton qui ne supportera pas le choc.

Écrit par : Sandro Minimo | mercredi, mai 21, 2008

ON SE REJOUIT DE FEUILLETER LE LIVRE DE MM QUINCEROT ET WEIL MAIS ENCORE PLUS DE VOIR FLEURIR DES DIZAINES DE GRUES SUR LE SITE DU PAV !!! A QUAND LA PREMIERE TRANCHE DES TRAVAUX ?

Écrit par : la pieuvre | jeudi, mai 22, 2008

Les commentaires sont fermés.