mercredi, avril 23, 2008

Forster, châtelain sur la Côte, et nous

81686315.png

Nouveau châtelain de Vincy sur la Côte vaudoise, Norman Foster est un homme à la fois rare et omniprésent. «A 73 ans, notent Thierry Meyer et Françoise Jaunin qui l’ont interviewé récemment à Londres, l’architecte ne songe nullement à une quelconque retraite. Norman Foster compte s’investir dans la vie du canton.» (24 Heures du 18 avril)

Il pourrait tout aussi bien devenir le conseiller de Mark Muller toujours à la recherche de la sage-femme qui saura accompagner Genève dans l’enfantement de Geneva Green Downtown, le nouveau centre ville vert du quartier Praille-Acacias-Vernet.

Que pensent-ils des tours pour ne citer que l’objet emblématique du futur PAV ? « Les tours sont tout à fait appropriées dans certains lieux. Mais elles ne sont pas l’unique réponse à la densification. L’endroit où je passe encore le plus clair de mon temps en famille, l’Engadine, possède une architecture remarquable, qui a inspiré les plus grands architectes.»

«Ces peuplements sont plutôt denses, ils restent très prisés plusieurs siècles après leur conception, et pourtant ils ne s’étendent pas à travers les pâturages alpins comme beaucoup de nouveaux développements. Prenons un autre exemple suisse: le développement de Siedlung Halen, près de Berne, à la fin des années cinquante, qui fut une inspiration pour moi.»

Voilà qui plaira à ceux qui rêvent comme Pagani et quelques autres de faire sur PAV du copier coller du Vieux Carouge.

A lire donc l’interview de Norma Forster ici Forster avril 08 24 Heures.pdf

Commentaires

Ce ne peut être qu'une bonne nouvelle. C'est un architecte reconnu et, d'ailleurs, il est un des 5 finalistes du projet "Tour Signal" à La Défense, à Paris. S'il veut s'investir ici, sans problèmes ...

Écrit par : P.M. | vendredi, avril 25, 2008

Il faut densifier mais ne pas s'étaler anarchiquement. Monsieur Forster a avec justesse témoigné son étonnement de voir le développement chaotique de la région lémanique 1)en tant que nouvel résident et 2) en tant qu'architecte, car il ne peut pas se taire sur la question.

l'EPFL, les cantons concernés avec leurs projets PAV ou autre -devraient saisir cette chance et le solliciter pour qu'il puisse exprimer librement sa pensée (même critique mais aussi donner sa vision) sur le développement de la région.

N'oublions pas qu'en 1870 ce sont les ingénieurs anglais qui ont modelé les paysages suisse à travers la construction du chemin de fer.

Écrit par : Demain | samedi, juin 14, 2008

Les commentaires sont fermés.