vendredi, avril 11, 2008

Nyon va-t-il pencher vers Lausanne?

193478729.jpgLes habitants du district de Nyon fêtent ce samedi le mariage de raison sinon d'amour entre les quatre "sous-préfecture" d'une des dix nouvelles circonscriptions administratives du canton de Vaud: la Terre sainte, Asse et Boiron, Jura Lac et Lac-vignoble. Les secrétariats de la Préfecture et de la Mairie de Céligny étant fermés en cet fin d'après-midi, nous n'avons pas pu vérifier si les autorités ou la population de l'enclave genevoise ont été invitées. Pas plus que celles des communes voisines du Pays de Gex, de Genève et des districts de Morges et du Jura Nord Vaudois.


Le Conseil général a décidé de faire voter les Covaillons pour choisir le district d’appartenance de la commune, nous informe un long article du quotidien 24 heures du jour (édition La Côte). Qu'est-ce c'est que cette "rupestrerie" pourrait se dire le maire de Genève. Elle révèle combien la démocratie locale est affaire de sensibilité, de bassin versant, de solidarités bien comptées et même de cordiale détestation. Un mot, un accent de travers et vous voilà catalogué d'un bord ou d'une autre.

1205926653.jpg Pourquoi cette incursion dans le terreau hyperlocal? Parce que le nouveau district de Nyon fête ce samedi 12 avril sa création récente. Ce sera le seul des dix disctricts à fêter une réforme qui bouleverse le paysage politico-administratif de notre grand voisin. La nouvelle entité est issue d'un mariage de raison, sinon d'amour, avec le district d'Aubonne. Le redécoupage des districts en Pays de Vaud place ainsi - telle des Vellerat vaudois(?) - quelques municipalités "frontalières", dont celle de Saint-Oyens en l'occurrence, dans des affres électorales d'un choix cornélien: Morges ou Nyon, il faut choisir! La décision d'en passer par une votation populaire a été prise cette semaine par 22 Covaillons contre 11.

 Les habitants du nouveau grand district de Nyon sont donc appelés à fêter l'événement dans la capitale. Y aura-t-il foule demain à 12h30 pour la parade et de 10h à 22h (?) autour des chalets des communes, place du Molard? On annonce le retour du soleil.

Pour parler des défis du futur, le journal La Côte donne la parole au préfet Jean-Pierre Deriaz. Le découpage du district constitue le coeur de l'interview et prend autant de place que l'intégration des jeunes et le défi que représente l'accueil d'ici 2020 de 20'000 habitants supplémentaires dans le district et son impact sur les infrastructures de transports "déjà saturées".

Une qualification qui vaut son pesant d'officialité. Comme celle relative à l'urbanisme, "l'époque où l'on construisait à tout bout de champ des villas individuelles avec 1500 m2 de jardin, c'est fini." Un préfet bien intéressant!

Du projet d'agglomération franco-valdo-genevois, dont le district est un des acteurs clés, ou des relations avec Genève, le préfet ne dit en revanche pas mot. Au point que l'on se demande de ce côté-ci de la Versoix et si l'extension vers Aubonne du district de Nyon n'a pas aussi pour vocation de lutter contre l'attraction genevoise?

J.-F. Mabut 

Commentaires

Espérons que le District se tourne vers l'avenir et cesse de regarder vers le passé..........genevois!

Écrit par : salegueule | samedi, avril 12, 2008

Le problème avec les Vaudois du District de Nyon (que ce soit le nouveau ou l'ancien), c'est que les élus sont soit des gens de la terre ou des édiles voyant en Genève un adversaire plutôt qu'un partenaire. Ils sont bien contents de voir s'installer dans leurs communes de nouveaux résidents-contribuables devenus prospères à Genève. Le problème, c'est que ces nouveaux résidents ne se portent pas candidats aux différentes élections ou, s'ils le font, n'arrivent pas à être élus, car on acceptera difficilement "que des Genevois se mêlent de leurs affaires" !

Dans ces conditions, une vision prospective pour intégrer l'agglo franco-valdo-genevoise mettra beaucoup de temps à s'imposer !

Écrit par : Jean-Bernard Busset | samedi, avril 12, 2008

Qui sont donc ces intervenants pour brosser un portrait aussi caricatural d'une région qui est bien un modèle d'intégration? Tant par son côté "zone tampon" que par son côté "ouvert des deux côtés", le district de Nyon, tout au moins dans ses précédentes délimitations, n'a pas grand-chose à voir avec ce que j'ai lu ci-dessus.

Si "Covaillon" est un mot qui vous amuse, c'est votre droit. N'empêche, je regrette que, en tant que journaliste, vous ne preniez pas la peine de nous expliquer ce que c'est.

Je vous vois d'ici sourire de ce genre d'appellation qui sent bon le terroir et qui du coup classe l'au-delà de la Versoix dans la catégorie "bouseux". Tant que les Genevois cultiveront autant le cliché, ils ne nous attireront pas plus qu'aujourd'hui en effet!

Mais à voir la foule et les sourires lors de cette belle fête en toute simplicité offerte aujourd'hui aux 80000 habitants du nouveau district, je me dis qu'on a encore de bien belles choses à construire. Et que ces belles choses à venir, comme celles qui sont déjà là, continueront à attirer les Genevois en goguette tous les week-ends.

Écrit par : Didier | samedi, avril 12, 2008

Les commentaires sont fermés.