jeudi, février 21, 2008

Cointrin Annecy, Lyon et Swissmetro

"L'aéroport de Genève condamné à ne pas grandir!" Est-ce grave? Evidemment!

 

Penser que l'aéroport accueillera son quinze milionnième visiteur en 2015 déjà et que sa capacité maximale ne peut guère dépasser 20 à 25 millions de passagers (sauf à ouvrir le site 24 heures sur 24, ce qui est évidemment impensable) doit interpeler les Genevois et autour deux les deux millions d'habitants qui profitent de cet équipement vital pour le développement de la région (imagine-t-on Genève sans aéroport? Déjà qu'elle est un quasi cul de sac au niveau ferroviaire)

 

Manque-t-on d'un Conseil d'Etat visionnaire comme l'affirme Jean-Claude Cailliez aujourd'hui dans la Tribune? Louis Casaï (qui est le dernier conseiller d'Etat à avoir donné son nom à un boulevard) avait négocié dans les années 50 un échange de terrain avec la France.

 

La deuxième piste de Cointrin ne peut évidemment plus être construite dans le bassin genevois. Elle ne peut donc se situer que dans un périmètre plus éloigné et être relié avec un transport rapide offrant un temps de transfert inférieur à la demi-heure. Quels seraient les aéroports candidats? Payerne, Annecy, Sion, Chambéry, Lyon?

 

Et si on lançait sans tarder des études pour relier la capitale des Gaules et la cité du Léman avec un swissmetro via Annecy et Chambéry ou un trajet Cointrin Payerne Kloten? Dire que le CEVA ne sera même pas capable de relier Cointrin à l'aéroport d'Annemasse. On est peut-être bien obligé de donner raison à M. Cailliez.

 

J.-F. Mabut

09:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

peut-être bin qu'oui, peut-être bin qu'non, réponse de normand, ou devrait-on dire de genevaudois?

Écrit par : mustapha | jeudi, février 21, 2008

Oui, la liaison TGV avec Paris s'est faite tout naturellement. En fait, à Genève même, on raisonne en fonction de Paris, non ? C'est une question de rang : les Genevois respectent la hiérarchie que la France se donne à elle-même. Plutôt Paris que Lyon, plutôt Lyon qu'Annecy. Cela dit, on peut aussi créer un raisonnement du plus proche au plus lointain, en commençant par Annecy, en poursuivant jusqu'à Lyon, et ainsi de suite. Mais alors, manquent les fonds, du côté français. Car le trésor public est toujours plus ou moins centralisé.

Écrit par : R.M. | jeudi, février 21, 2008

Il y a évidemment le court, le moyen et la long terme. A court terme, et c'est faisable très rapidement, il faut exploiter au maximum le potentiel de Cointrin en délocalisant l'aviation privée de loisir. Je suis sûr qu'Annemasse serait heureuse de l'accueillir ! Quant à l'aviation privée commerciale, il faut construire pour elle la piste côté Jura en dur pour les Jet d'affaires. Ces 2 mesures libéreront la piste principale. C'est faisable rapidement, mais il faut une volonté politique et on a peur de ressusciter les réactions négatives nées du Rectangle d'Or, un projet que l'on noie actuellement dans celui du Projet d'Agglo, espérant ainsi mieux faire passer les décisions qui fâchent certains élus du Pays de Gex !
Le moyen terme, c'est évidemment Annecy avec la nouvelle liaison autoroutière sous le Mont-Sion, qui pourrait assumer les courts-courriers européens.
Le long terme, je ne vois que Lyon St-Exupéry, mais avec un swissmetro direct, car chaque arrêt intermédiaire le rendrait inefficace !

Écrit par : Jean-Bernard Busset | lundi, février 25, 2008

"Dire que le CEVA ne sera même pas capable de relier Cointrin à l'aéroport d'Annemasse."

Mise à part le fait que l'aérodrome est finalement très proche de la gare d'Annemasse et qu'un système de transport pourrait être imaginé, il n'empêche qu'il s'agit là d'une bien curieuse idée. Vous voudriez reporter le surplus de trafic de Cointrin à l'aérodrome d'Annemasse ? On pourrait éventuellement y transférer l'Aéro-Club effectivement. Mais j'ai lu récemment qu'ils appréciaient particulièrement la piste herbeuse de Cointrin. Seraient-ils prêt à déménager et Genève serait-elle prête à perdre cela ?

Écrit par : David | jeudi, mars 06, 2008

l'aérodrome d'annemasse est progressivement entouré par l'urbanisation et ne pourra donc que très difficilement se développer du fait des remontées prévisibles des riverains.
Satolas pourquoi pas, mais l'on parle de plus en plus d'en faire le 3ème grand aéroport de paris (2h en TGV). certes il y a des réserves foncières, mais tout de même.
annecy pourquoi pas.
mais restons réalistes. mises en réseau d'aéroports, Swissmétro, développement durable du territoire. je ne connais aucun réseau d'acteurs politiques ayant la vision pour porter de tels projets. déjà que le CEVA pétouille, que le métro vers annemasse s'étudie depuis 20 ans, tout comme les projets Chablais gare ou pôle gare à annemasse...

Écrit par : jim toulteilh | mardi, mars 11, 2008

Les commentaires sont fermés.