jeudi, décembre 06, 2007

L'agglomération immobile?

Huit cahiers racontent par le menu les intentions stratégiques des élus pour la région genevoise et ses 777'000 habitants. Mais on cherchera en vain dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, outre la liaison ferroviaire lourde entre la Praille la gare des Eaux-Vives et la frontière suisse, qui se taille la part du lion des crédits fédéraux, de nouveaux et ambitieux projets de transports.

 

La traversée de la rade est renvoyée à 2040 et ne figure sur aucune carte. Il suffit pourtant de jeter un coup d'œil sur le maillage actuel des voies de transport pour comprendre que le chaînon manquant est une grande traversée autoroutière et ferroviaire.

 

Du coup, l'aéroport reste un cul de sac ferroviaire et ne peut être atteint depuis la France ni depuis la future ligne des Carpates ni depuis l'hypothétique Tonkin sans passer par Cornavin et repartir en arrière. Laquelle gare est difficilement accessible en voiture.

 

Du coup, la rive droite reste enclavée. Aucune route n'est d'ailleurs prévue pour rejoindre la gare d'Annemasse.

 

Il n'est pas prévu non plus de relier la voie ferrée du Pays de Gex au réseau suisse. La liaison de la voie express à l'autoroute suisse n'est suggérée qu'en pointillé. Quant au futur raccordement de cette voie express avec l'autoroute A41 via un grand pont sur le Rhône, il est également rejeté au-delà de 2030.

 

Comment va-t-on gérer l'autoroute de contournement qui frôle l'asphyxie? Ce matin encore, sur le coup de 7h30, les pendulaires s'encolonnaient sur deux voies, au pas, à l'entrée du tunnel de Confignon, alors que le bus D avançait lui aussi au pas, coincé dans la colonne de voiture à l'entrée de Plan-les-Ouates. Il nous a fallu 40 minutes pour rejoindre la rue du Stand depuis Perly. Autant descendre à pieds comme nos arrières grands-parents!

 

Rien n'est prévu non plus pour soulager les petites douanes par où percolent les milliers pendulaires matin et soir. Que deviendra la voie interquartier qui préfigurait le contournement sud du canton (également appelée voie Cottier) et qui est planifiée depuis des lustres entre le Bachet-de-Pesay et la route de Veyrier?

 

La seule nouvelle route prévue est celle des Nations qui toutefois verra son gabarit largement entamé par la construction du tram de Ferney.

 

Côté français, la liaison autoroutière sous le Mont-de-Sion grossira dans un an le flot des pendulaire en provenance de la région d'Annecy. La voie express du Chablais vers Thonon reliera-t-elle un jour le Valais? Sa connexion avec l'A41 est lointaine pour qui travaille sur la rive droite du Rhône. Mais aucun nouveau pont sur l'Arve n'est prévu. Quant à la voie ferrée du pied du Salève, sa viabilité a été sérieusement mise à mal depuis que les Eaux d'Evian ont choisi la route pour inonder le monde.

J.-F. Mabut

Commentaires

Tout-à-fait d'accord avec vous ! Il est navrant que nos dirigeants s'extasient devant chaque accord transfrontalier, le considérant comme une étape décisive, alors que réellement, c'est l'immobilisme qui prévaut ! A mon modeste niveau, j'ai vécu la même chose cette semaine: ayant contribué à créer en 1992 la CCIT (Commission Consultative Transfrontalière Intercommunale réunissant les communes de Thoiry, St-Genis, Prévessin, Ferney, Ornex, Collex-Bossy, Grand-Saconnex, Meyrin et Satigny) et en en assurant aujourd'hui le secrétariat général, je me suis vu reprocher mes efforts visant à impliquer l'institution dans le Projet d'Agglo. Les élus communaux préfèrent se rencontrer autour d'une bonne table et laisser aux élus cantonaux, communautaires, départementaux, voir régionaux le soin d'avoir une vision régionale. Mais c'est surtout l'attentisme et la joie de critiquer les avancées des plus dynamiques qui prévalent (conf. le Rectangle d'Or !).

Écrit par : Jean-Bernard Busset | vendredi, décembre 07, 2007

Monsieur,
Votre courrier paru le 6 décembre m'a particulièrement intéressé. Je suis très attentivement les différents points que vous relevez. Par exemple, la traversée de la rade, le raccord entre la rive droite et la rive gauche et en particulier le CEVA. J'ai fait une étude de ce sujet et serais très heureux de vous rencontrer et de vous le présenter.
Meilleures salutations.
E-mail : ricard.comte@orange.fr

Écrit par : Comte Philippe | mercredi, décembre 19, 2007

pour le moment le projet d'agglomération n'est qu'un concept, pas un projet. néanmoins, dans la mesure où les justifications de cette accélération dans la concrétisation du concept se trouvent dans les fonds mis à disposition par la Confédération et l'Etat Français, on peut espérer qu'au delà des chartes et autres déclarations d'intention un contrôle dans l'utilisation de ces fonds extérieurs oblige cette fois les acteurs locaux à réellement agir.

Écrit par : jim toulteilh | mardi, mars 18, 2008

Les commentaires sont fermés.