mercredi, décembre 05, 2007

Le projet d'agglomération est signé

Robert Cramer pour le canton de Genève et Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, et quelque 15 autres personnalités ont signé ce mercredi à 17h30 la Charte d'engagement du Projet d'agglomération franco-valdo-genevois sur le bateau "Lausanne".

 

Le projet fixe les axes de développement du grand Genève et précise où le canton logera les 100'000 habitants de plus attendus d'ici 2030 et la région les 100'000 habitants de plus attendus dans la couronne française et sur la côte vaudoise.

 

Deuxième enjeu de taille, la localisation des 100'000 emplois nouveaux devra privilégier la couronne extra-cantonale pour rééquilibrer un peu la tendance actuelle qui voit Genève concentrer les emplois et la couronne loger les banlieusards.

 

Charte d'engagement page 56

 

 

Troisième défi, le basculement vers les transports publics des quelque 930'000 habitants de la région en 2030.

 

Le choix symbolique d'un lieu voguant et hors sol, certes amarré au quai du Mont-Blanc, pour signer la Charte d'engagement préfigure sans doute les tempêtes et les pots au noir qui attendent encore la galère régionale avant que la Berne fédérale ne lâche encore quelques millions pour financer les infrastructures des transports du Grand Genève. Il ne devrait guère rester que quelques miettes pour le bout du lac, vu que le CEVA s'est déjà taillé la part du lion des 6 milliards votés dans le cadre de la loi qui entre en vigueur au 1er janvier 2008. Première échéance attendue à fin 2014!

 

 

Montés tardivement dans le train des crédits fédéraux, le canton de Genève et son ministre du territoire ont relancé une coopération transfrontalière qui avance cahin-caha depuis des lustres. Qui se souvient de la French Geneva County d'Alain Borner et du savoyard Roland Pascal, qui a engendré l'international business park d'Archamps, promis alors à devenir la Silikon Valley du Genevois? C'était au début des années 90?. Qui se souvient des dix pôles de développement régionaux lancé à la fin dui siècle dernier?

 

Troisième tentative majeure de gouverner ensemble les quelque 730’000 habitants qui vivent dans le bassin genevois, le projet d’agglomération, réussira-t-il là où ses prédécesseurs n’ont produit que des rapports de bonnes intentions? Reconnaissons à ce stade un premier mérite au projet d'agglomération, celui de fournir des informations passionnantes sur la région qui disent bien l'urgence de s'entendre.

 

La balle est désormais dans le camp des élus et des citoyens. A Genève, la révision de la Constitution sera l'occasion de faire œuvre de pionnier pour inventer une forme pertinente de démocratie régionale.

 

Les commentaires sont fermés.