mardi, novembre 27, 2007

Statistiques régionales: encore un effort svp!

L'Office cantonal de statistique fait peau neuve? Quoi de neuf au plan régional? Rien!

 

L'observatoire statistique transfrontalier ne s'est guère enrichi depuis 2005. C'est un euphémisme. Un seul document a été posté sur ce site en 2007... La lecture de cette synthèse est cependant recommandée.

 

J'en tire cette image de la région, instructive en elle-même. [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

J.-F. M. 

 

17:32 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, novembre 25, 2007

Leuenberger au secours des anti-CEVA?

Lu dans la Tribune de cette fin de semaine cette remarque du directeur de l'Office fédéral du développement territorial à propos du tracé de la ligne de tram de Meyrin contesté par 650 Meyrinois:

«Ce que dit M. Leuenberger est clair, expli­que Pierre-Alain Rumley. La Confé­dération verse de l’argent pour un projet de tram. Pas pour un tracé précis. C’est le maître d’oeuvre, en l’occurrence le can­ton, qui décide et fait, ensuite, valider les plans par l’ Office fédéral des transports.»

De quoi redonner de l'espoir aux initiants anti-Ceva qui ont été rudement mouchés mercredi dernier lors du débat de la Tribune de Genève.

 

Le tracé mutin qui veut relier La Praille à Bardonnex reprend peu ou prou le barreau sud imaginé en son temps par le conseiller d'Etat Gérald Ramseyer lorsque le sillon alpin était en vogue. Coïncidence, la Commission européenne a annoncé le 21 novembre dernier les grands projets prioritaires de transport sur le continent. Lire ici.

 

L'axe ferroviaire franco-italien Lyon-Turin, qui doit se prolonger vers la Slovénie et la Hongrie (Trieste-Divaca-Ljubljana-Budapest), puis jusqu'à la frontière ukrainienne recevra 754,5 millions d'euros. C'est avant tout le tunnel alpin du Mont Cenis entre le France et l'Italie, de 51,5 km (premiers travaux prévus en 2011).

 

De quoi enterrer le CEVA pour quelque temps. Genève, dont l'autoroute de contournement est au bord de l'asphysie, n'a-t-il pas plus besoin d'une grande traversée de la rade que d'un tortillard sans issue? C'est bien d'annoncer que le futur RER permettra de se rendre en 30 minutes d'Annemasse à Coppet. Mais combien sont les usagers que cela intéresse?

J.-F. M.

17:48 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (10)

samedi, novembre 24, 2007

L'emploi diminue dans le Genevois français

Nous souhaitons un prompt rétablissement à Pierre Milleret qui reste, malgré la disparition de l'Association franco-valdo-genevoise pour le développement des relations interrégionales qu'il présida longtemps, un observateur attentif et pertinent de la politique régionale, comme on peut le lire dans le billet précédent.

 

Plus de logements à Genève et plus d'emplois en France voisine. Cette équation en effet fondamentale n'a été qu'évoquée brièvement par deux intervenants français mercredi soir. Bernard Gaud, encore lui, a souligné combien le trafic pendulaire transfrontalier provenait notamment du manque de logements à Genève. Et Roland Pascal.

 

Le directeur des Services du Département de la Haute-Savoie qui faisait partie d'un panel d'invités installés au premier rang a clairement manifesté la nécessité d'un rééquilibrage des logements et des emplois de part et d'autre de la frontière. Personne cependant n'a répondu lorsqu'il a indiqué que l'emploi avait reculé de 1,3% dans le Genevois français. Un signe inquiétant au moment où la hausse de l'euro frappe de plein fouet les commerces de la couronne frontalière habitués à accueillir une grosse clientèle suisse.

 

Le comblement de ce déficit d'emplois du côté français, chacun le sait bien, n'est guère dans le pouvoir des autorités politiques régionales. Ce sont les divergences de politiques nationales qui sont en cause:

  • la politique fiscale (y compris le secret bancaire) et
  • la politique du marché du travail.


Peut-être faudrait-il faire œuvre d'ingénierie politique dans ce domaine. Mais on ne voit pas comment la France pourrait accepter sur son territoire des zones d'activités soumis au droit suisse! Encore que!

 

N'est-il pas temps de ressusciter les zones franches douanières, non plus comme autrefois au profit de la ville puis du canton de Genève, coincée dans ses remparts puis dans sa frontière, mais au profit de toute la région franco-valdo-genevoise. La carte ci-dessus illustre la dernière situation des zones franches avant que les Traités avec l'Europe ne les renvoient aux livres d'histoire. En matière économique la France connaît le régime de zones franches urbaines. Pourquoi ne pas en inventer une version qui donne à la métropole Genève sa future dimension européenne?

J.-F. Mabut jf.mabut@edipresse.ch

 

[Ce blog est un blog où chacun peut intervenir. Il suffit d'envoyer un courriel à l'adresse blog@tdg.ch pour obtenir le mode d'emploi. Tout un chacun peut poster un commentaire en cliquant sur le mot commentaires visible sous chaque billet. Cependant seul les commentaires signés seront publiés. Au plaisir de vous lire]

08:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

vendredi, novembre 23, 2007

Mobilité et urbanisme

Malheureusemment et  pour des raisons de santé, je n'ai pas pu assister au débat sur la mobilité organisé par la TG le 21 novembre.

J'aimerai d'abord féliciter très vivement Mr Bernard Gaud, président de l'ARC, qui a répondu d'une façon claire , nette et précise aux référendaires du projet CEVA, en affirmant qu'il ne fallait pas compter sur les élus français pour soutenir leur contre- projet. Voilà une forte prise de position qui montre l'accord complet entre les autorités des deux cotés de la frontière.

Par contre, je n'ai pas senti dans les contre-rendus de la soirée le rôle que joue l' urbanisme sur la mobilité. En effet un des enjeux importants du projet d'agglo est certainement la localisation des emplois et des logements. Genève doit faire un effort considérable pour construire des logements sur notre canton. Il s'est engagé d'ci quelques années de construire 2500 logements par an ,soit environ le double d'aujoud'ui. Parralèlement, il faut aussi créer des emplois en France voisine, grâce notamment à la bi-localisation. Genève est-elle prête à aider nos amis français dans cette perspective?Davantage de logements à Genève et d'emplois en France ne pourront que freiner le nommbre de passages aux frontières.

Pierre Milleret

jeudi, novembre 22, 2007

Covoiturage ou bouchonnage, il faut choisir

Qu'ont donc appris les quelque 400 personnes réunies à l'invitation de la Tribune de Genève mercredi soir à Uni Dufour?

  • Que les bouchons ne sont pas prêts de disparaître. La situation va au contraire empirer. Même si les TPG doublent leur offre de transport d'ici 2020, ce qui est dans leur mandat, le trafic automobile augmentera de 25%.
  • Que les parkings privés (et les parkings tout court, sauf ceux de courte durée) sont une plaie pour les villes, car ils y attirent les pendulaires.
  • Que la grande traversée du lac, du Vengeron à Vésenaz, n'est plus combattue par l'ATE. L'Association transport et environnement veut bien en débattre pour autant que le projet s'inscrive dans un vaste plan de développement de la rive gauche et que des mesures de compensations soient au programme.

 

Pour le reste, le public a eu droit à une litanie de bonnes intentions en faveur des trams et des transports publics, aux lamentations rituelles des représentants de l'économie et de la voiture qui réclament la mise en œuvre de la liberté de choix du mode de transport inscrit dans la Constitution genevoise, à quelques demi-vérités ou demi-mensonges impossibles à vérifier sur place, sauf une: Cramer dénonce la pollution par les oxydes d'azote dont seraient responsables les seuls automobilistes. Ce que corrige le président du TCS Genève qui chiffres officiels en mains précisent que la voiture compte pour 39% des émissions de NOx, mais que le chauffage y participe pour 33%.

 

Des nouvelles idées? Quelques-unes.

Le covoiturage défendu par la vice-présidente de l'ATE, mais aussi par le TCS.

La construction de tunnels et de toboggans à certains carrefours évoquée dans le public. Ce sera bientôt le cas à Meyrin et à Vésenaz, mais personne ne l'envisage aux carrefours des 22 et 23 cantons.

Le péage urbain? Cramer l'a qualifié d'anti-social. Les Genevois sont contre à 59%.

Et Balestra déclenche une salve d'applaudissements et autant de huées quand il déclare que la meilleure manière de réduire la pollution est d'augmenter la vitesse moyenne et de rétablir les ondes vertes.

 

 

 

11:58 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2)

Traversée du lac: l'ouverture?

A la question de savoir s'il était personnellement pour ou contre une traversée de la rade? Robert Cramer s'est réfugié derrière la politique officielle du Conseil d'Etat qui a opté pour une grande traversée autoroutière du lac entre le Vengeron et Vésenaz à l'horizon 2040!

 

Contrairement à la question des parkings privés en ville, le magistrat vert n'est pas trop en déphasage avec les Genevois qui ne sont que 53% à souhaiter beaucoup ou un peu une traversée du lac autoroutière avec péage, selon le sondage Erasm commandé par la Tribune.

 

Les milieux économiques eux sont tout pour, mais restent divisés. Michel Balestra, président de la Chambre de commerce et d'industrie, veut que cet ouvrage soit inscrit dans le projet d'agglomération, dont l'horizon est 2030. Mais Guy Zwahlen, président du TCS Genève, réclame deux traversées la moyenne et la grande, ce qui risque de faire capoter les deux projets.

 

Le bouillant président de la CCIG, particulièrement en verve mercredi soir, n'a d'ailleurs pas manqué de reprocher à Robert Cramer d'être le "Delaude de la rade". En effet, le rusé patron de l'aménagement du territoire a bien compris qu'en relançant le projet de la grande traversée, il allait saborder la traversée urbaine cher au lobby commerçant et diviser la droite. Objectif réussi. Pour paraphraser Jean de Toledo cité par Robert Cramer, il n'y a pas que les détenteurs de permis de conduire qui ont un cerveau derrière le volant... Quant à l'ancien conseiller d'Etat Philippe Joye qui rêve d'inaugurer son pont du bicentenaire le 1er juin 2015, il a informé le public nombreux d'Uni Dufour qu'en 2040 il aura 99 ans.

 

Le français Bernard Gaud, président de l'ARC, n'a pas caché son agacement face au nombrilisme un brin dédaigneux des débatteurs genevois, a pertinemment rappelé que la grande traversée autoroutière de saurait être envisagée sans qu'un accord de raccrochement à l'A41 soit préalablement négocié et conclu.

 

L'ouverture est venue d'Elisabeth Chatelain. La vice-présidente de l'ATE en tournant mille fois sa langue dans sa bouche s'est dit prête à envisager une grande traversée entre le Vengeron et Vésenaz à deux conditions: que ce projet s'intègre dans un plan de développement de la rive gauche et qu'une batterie de compensations écologistes soient offertes. J.-F. M.

 

Pour commenter, cliquez sur le mot commentaire ci-dessous. Pour publier un billet sur ce blog, signalez votre intérêt en envoyant un e-mail à blog@tdg.ch 

 

10:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Parkings privés en ville: le iatus!

83% des 411 Genevois sondéls par Erasm pour la Tribune de Genève souhaitent plus de parkings privés en Ville de Genève! Pas de chance pour eux, le parking privé est la plaie numéro des villes. Il y en a déjà 47'000 à Genève contre 39'000 places publics. Or la politique de la vignette des parkings habitants a créé un marché du parking qui ruine en partie la politique officielle d'empêcher que les voitures des banlieusards pénètrent au centre ville.

 

Les heureux propriétaires de ces places de parc les louent en effet à des pendulaires (à prix d'ami ou d'or c'est selon) et garent leur voiture munie de la vignette officielle sur le domaine public. Du coup les pendulaires assurés de pouvoir se garer pénètrent au centre et encombrent la voirie le matin et le soir. C'est une des leçons du parfait petit urbaniste qu'a délivrée hier soir Robert Cramer au cours du débat organisé à Uni Dufour par la Tribune de Genève. J.-F. M.

10:16 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

mardi, novembre 13, 2007

Bouchons: comment réagir?

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

La Tribune de ce mardi 13 novembre ouvre le débat sur la mobilité à Genève et organise un grand débat le 21 novembre à Uni-Dufour.

 

Pour participer à la réflexion et faire part de vos propositions, plusieurs possibilités sont ouvertes:

  • prenez la parole sur http://forum.tdg.ch intitulé "Comment débloquer Genève?". Plus de 130 internautes ayant ouvert un compte Tribune ont déjà déposé une contribution. Pour s'enregistrer et ouvrir un compte Tribune cliquez ici
  • consultez ce blog http://metropolegeneve.blog.tdg.ch où tout un chacun peut laisser un commentaire sans inscription préalable. Pour participer au comité des auteurs, il suffit d'envoyer une demande à cette adresse blog@tdg.ch. Vous recevrez la marche à suivre.
  • écrivez au courrier des lecteurs. Adressez votre lettre (moins de 1500 signes espaces compris) par courriel à courrier@tdg.ch ou par poste à la Tribune de Genève, rubrique Courrier des lecteurs, cp 5115, 1211 Genève 11. Cependant la place dans l'imprimé est réduite, toutes ne pourront pas être publiées.
  • créez votre propre blog personnel et expérimenter le défi éditorial. ça n'est pas plus difficile que de rédiger un courriel. Suivez le mode d'emploi ici.

 

Dans tous les cas rédigez vos textes avec concision, courtoisie, pertinence et signez-les. L'absence d'une de ces qualités peut entraîner l'effacement de votre message.

JFM

08:15 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6)

jeudi, novembre 08, 2007

Une nouvelle cité satellite à Bernex?

"Quelle est la grande nouvelle de la séance du Conseil d'Etat du mercredi 7 novembre?" s'est interrogé mercreid 7 novembre Robert Cramer devant une poignée de membres de l'AGEDRI.

 

"Non ce n'est pas la décision du jour du Conseil d'Etat qu'il n'y aura pas d'élection partielle au gouvernement, ce n'est pas non plus que l'Exécutif a déclaré irrecevable l'initiative anti-CEVA, que tout le monde savait irrecevable dès le moment où elle a été lancée. Et ce n'est encore pas la hausse des tarifs de l'électricité.

"Non la véritable nouvelle a poursuivi le chef du Département du territoire, c'est la décision du gouvernement genevois de lancer la première tranche de l'urbanisation de Bernex*, au nord de la route de Chancy. 500 logements y seront construits et une nouvelle zone industrielle aménagée de 1300 emplois." [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

 

 

Pour le magistrat Verts, l'urbanisation de Bernex Est est surtout un des piliers du projet d'agglomération que Genève, la région française et le district de Nyon sont en train de peaufiner pour le présenter à Berne avant la fin de l'année. La deuxième étape de l'urbanisation de Bernex s'inscrit en effet dans le cadre de Genève 2030 et verra l'érection de plusieurs milliers de logements. Une nouvelle cité satellite? Difficile à dire, les études ne font que commencer.

 

Bernex-Est, le CEVA, la construction des tours à la Praille-Acacias, l'urbanisation le long de la voie Eaux-Vives Thônex, le rectangle d'or à Cointrin et l'Etoile Annemasse-Genève sont désormais des projets coordonnés dans une vision sinon une gestion transfrontalière cohérente. Une vision auquel le prochain plan directeur 2010 devrait force de loi.

 

Cette annonce de Robert Cramer a cependant résonné comme un glas pour l'AGEDRI. L'Association franco-valdo-genevoise pour le développement interrégional venait de se faire harakiri quelques minutes plus tôt à l'aube de ses 22 printemps. Le projet d'agglo, c'était la raison d'être de l'AGEDRI.

 

Créée par Paul Gilliand en 1985, longtemps présidée par Pierre Milleret, l'association n'a cessé de réclamer une urbanisation concertée du bassin genevois et aussi un rapprochement des législations au service d'une population pour laquelle l'existence de frontières politiques est de plus en plus un handicap et un facteur d'inégalités, de tensions même. L'annonce du conseiller d'Etat Cramer était au fond pour les vieux grognards de l'AGEDRI la reconnaissance ultime que leurs efforts nombreux et documentés (2 mères cubes d'archives) avaient enfin abouti. Au moins sur le papier.

 

Car la mise en œuvre du projet d'agglomération réclamera une ténacité et une volonté politique qu'il faudra certainement aiguillonner. Quel phénix renaîtra des centres de l'AGEDRI. Qui reprendra le flambeau des relations interrégionales? Il ne suffira pas comme l'on proclamé Pierre Milleret et le maire d'Annemasse Robert Borrel de se proclamer citoyen transfrontalier pour réaliser d'un coup de baguette magique des institutions en adéquation avec ce qui reste aujourd'hui une parfaite virtualité.

 

J.-F. Mabut

* Bernex-Est : 1300 emplois et 500 logements en première étape

Commune de BernexLe Conseil d'Etat confirme la proposition du comité de pilotage ad hoc de poursuivre, en les réorientant, les études d'aménagement relatives au périmètre d’aménagement coordonné (PAC) de Bernex-Est. Ces études seront conduites par le département du territoire (DT), en collaboration avec le département de l'économie et santé (DES) et en concertation avec les communes de Bernex, Confignon et Onex.

Dans la première phase d'étude, il est prévu de planifier 1'300 emplois dans la future zone d'activités qui se situera au nord de la route de Chancy et à l'ouest de la bretelle d'accès de l'autoroute. L'étude de ce secteur sera complétée par la programmation de 500 logements sis essentiellement à l'ouest du quartier de Saint-Mathieu et par l'aménagement, à l'est du périmètre d'étude, d'un espace dévolu au délassement et cas échéant à des équipements, et qui constituera la césure verte préconisée par le plan directeur cantonal. Les études d'urbanisme de cette première phase seront à mettre en relation avec l'arrivée du tramway à Bernex, prévue en 2011, et du prolongement de la ligne sur la route de Chancy.

Dans une deuxième phase, la planification du secteur Bernex-Est sera intégrée dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, dont les principes sont en cours d'élaboration. Entre temps, l'ensemble de ces études pourront être analysées et complétées par les options développées dans le cadre du projet de plan directeur communal de Bernex, dont l'élaboration est programmée en 2008.

Le secteur de Bernex-Est est situé en grande partie en zone agricole, dont le déclassement ne pourra se faire qu'à des conditions d'aménagement très strictes. Il conviendra donc de tenir compte des travaux préalables qui ont permis de définir, d'une part, l'opportunité et l'intérêt de l'implantation dans le secteur d'entreprises de bio et de hautes technologies et, d'autre part, les conditions à respecter, notamment du point de vue de l'environnement et de la mobilité.

Pour toute information complémentaire : M. Alfredo Scilacci, chef de service, direction de l’aménagement du territoire, DT, Tél. 022 325 11 50.

 

07:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (18)

mercredi, novembre 07, 2007

Morte à 22 ans!

Hier soir sur le coup de 18h30, le très élégant président Milleret a constaté la mort clinique de l'AGEDRI. Dix-sept membres venaient de voter à l'unanimité la dissolution d'une association qui aura porté durant 22 ans haut et fort les couleurs de la région franco-valdo-genevoise.

 

La fortune de l'association sera versée à des mouvements qui poursuivent les mêmes buts. Le nom et le site internet seront conservés et protégés. Quant au capital intellectuel, il pourrait se redéployer notamment sur ce blog.

 

Scintillantes mais muettes derrière les baie vitrées de l'immeuble des syndicats patronaux, Genève et sa banlieue n'ont pas entendu l'éloge funèbre prononcée par les vieux combattants des relations régionales: l'ancien syndic de Nyon, Denis Linglin du Pays de Gex, Robert Borrel maire d'Annemasse et par Robert Cramer, ministre de l'aménagement du territoire et porteur du projet d'agglomération Genève 2025.

 

"L'Association franco-valdo-genevoise pour le développement des relations interrégionale disparaît faute de combattants, mais peut-être davantage faute d'une cause à défendre", a déclaré Robert Cramer, qui, après les propos visionnaires et chaleureux d'un Robert Borrel toujours en verve, a laissé son discours officiel de côté.

 

De fait, la plupart des commissions d'étude, des chartes et des conseils lancés depuis 1985 par l'AGEDRI sont désormais en main des autorités élues. Au sein du Comité régional franco-genevois dont la composition s'est démocratisée et qui a vu ses attributions s'élargir. Dans le cadre du comité de pilotage du projet d'agglomération, véritable gouvernement fantôme de la région. Au travers des GLCT, ces accords transfrontaliers qui ont permis notamment de donner corps à l'accord tarifaire des transports publics Unireso.

 

C'est faire preuve de courage que de cesser son activité a remarqué pour sa part le toujours fringuant Claude Haegi qui fut un membre fondateur avant de créer, devenu conseiller d'Etat, le premier service des Affaires régionales.

 

Néanmoins d'aucuns s'interrogeaient: l'AGEDRI qui fut fondée par Paul Gilliand, ancien Délégué aux affaires régionales, pour disposer d'un relais dans la société civile n'aurait-elle pas toujours sa raison d'être aujourd'hui? Robert Cramer en est convaincu qui a appelé les vieux militants à rester des sentinelles vigilantes à l'heure où le plus dur reste à faire: réaliser concrètement une métropole régionale de rang européen.

 

Jean-François Mabut

23:07 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

mardi, novembre 06, 2007

Des voies et des sites franco-genevois

Ce blog est ouvert à qui veut prendre la parole sur l'avenir de l'agglomération genevoise. Pour poster un avis, trois possibilités:

Le projet d'agglomération couvre neuf domaines, mais c'est principalement le sujet des infrastructures de transports qui est en cours de bouclement. Genève doit en effet envoyer sa copie avant la fin de l'année à Berne si le canton veut participer au partage du gâteau de 6 milliards sur 20 ans, associé à la loi qui entre en vigueur le 1er janvier. Lire aussi ici

 

La carte ci-dessous présente deux informations intéressantes:

  1. la carte des autoroutes. La liaison Genève Annecy est anticipée tandis que le futur pont sur le Rhône qui devrait permettre de désenclaver le Pays de Gex vers le sud est juste suggéré. Quant à la liaison de cette voie expresse avec l'autoroute suisse, elle n'est pas signalée. Pas plus que la traversée du lac ou que l'autoroute du Chablais.
  2. Le six sites d'implantation de nouvelles entreprises ont fait l'objet d'une promotion commune franco-genevoise dans le cas d'une partenariat public privé en juin dernier lors du salon immobilier de Cannes.

 

lundi, novembre 05, 2007

Genève 2025: rien sur la question fiscale?

En politique, la question fiscale est cruciale. Pas d'argent, pas de Suisses! Bien connue, l'expression* de François 1er vaut en fait pour toutes les nationalités. Elle ne renvoie nullement à la supposée pingrerie des Helvètes, mais au fait que le roi de France fauché comme les blés - la faillite de la France ne date pas d'aujourd'hui - ne pouvait pas payer ses mercenaires aux bras noueux.

 

Dans le projet d'agglomération Genève 2025, le volet fiscal apparait singulièrement absent. Plus largement, rien n'est dit, pour l'instant, sur les organes directeurs, législateur, exécutif, judiciaire qui seront chargés de mettre en oeuvre ces politiques ambitieuses.  

 

Quel est votre avis à ce sujet? Vous pouvez participer à ce blog soit en ajoutant un commentaire à ce billet, soit en participant au comité des auteurs du blog. Dans ce cas, il suffit d'envoyer un courriel au sous-signé qui vous enverra la procédure et le mot de passe.

 

* Lors de la bataille de Pavie (1525), ces mercenaires au service du roi François Ier se mirent en grève parce qu’ils n’avaient pas été payés : « Pas d’argent, pas de Suisses ! » selon le Monde diplomatique

 

 Jean-François Mabut