jeudi, novembre 08, 2007

Une nouvelle cité satellite à Bernex?

"Quelle est la grande nouvelle de la séance du Conseil d'Etat du mercredi 7 novembre?" s'est interrogé mercreid 7 novembre Robert Cramer devant une poignée de membres de l'AGEDRI.

 

"Non ce n'est pas la décision du jour du Conseil d'Etat qu'il n'y aura pas d'élection partielle au gouvernement, ce n'est pas non plus que l'Exécutif a déclaré irrecevable l'initiative anti-CEVA, que tout le monde savait irrecevable dès le moment où elle a été lancée. Et ce n'est encore pas la hausse des tarifs de l'électricité.

"Non la véritable nouvelle a poursuivi le chef du Département du territoire, c'est la décision du gouvernement genevois de lancer la première tranche de l'urbanisation de Bernex*, au nord de la route de Chancy. 500 logements y seront construits et une nouvelle zone industrielle aménagée de 1300 emplois." [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

 

 

Pour le magistrat Verts, l'urbanisation de Bernex Est est surtout un des piliers du projet d'agglomération que Genève, la région française et le district de Nyon sont en train de peaufiner pour le présenter à Berne avant la fin de l'année. La deuxième étape de l'urbanisation de Bernex s'inscrit en effet dans le cadre de Genève 2030 et verra l'érection de plusieurs milliers de logements. Une nouvelle cité satellite? Difficile à dire, les études ne font que commencer.

 

Bernex-Est, le CEVA, la construction des tours à la Praille-Acacias, l'urbanisation le long de la voie Eaux-Vives Thônex, le rectangle d'or à Cointrin et l'Etoile Annemasse-Genève sont désormais des projets coordonnés dans une vision sinon une gestion transfrontalière cohérente. Une vision auquel le prochain plan directeur 2010 devrait force de loi.

 

Cette annonce de Robert Cramer a cependant résonné comme un glas pour l'AGEDRI. L'Association franco-valdo-genevoise pour le développement interrégional venait de se faire harakiri quelques minutes plus tôt à l'aube de ses 22 printemps. Le projet d'agglo, c'était la raison d'être de l'AGEDRI.

 

Créée par Paul Gilliand en 1985, longtemps présidée par Pierre Milleret, l'association n'a cessé de réclamer une urbanisation concertée du bassin genevois et aussi un rapprochement des législations au service d'une population pour laquelle l'existence de frontières politiques est de plus en plus un handicap et un facteur d'inégalités, de tensions même. L'annonce du conseiller d'Etat Cramer était au fond pour les vieux grognards de l'AGEDRI la reconnaissance ultime que leurs efforts nombreux et documentés (2 mères cubes d'archives) avaient enfin abouti. Au moins sur le papier.

 

Car la mise en œuvre du projet d'agglomération réclamera une ténacité et une volonté politique qu'il faudra certainement aiguillonner. Quel phénix renaîtra des centres de l'AGEDRI. Qui reprendra le flambeau des relations interrégionales? Il ne suffira pas comme l'on proclamé Pierre Milleret et le maire d'Annemasse Robert Borrel de se proclamer citoyen transfrontalier pour réaliser d'un coup de baguette magique des institutions en adéquation avec ce qui reste aujourd'hui une parfaite virtualité.

 

J.-F. Mabut

* Bernex-Est : 1300 emplois et 500 logements en première étape

Commune de BernexLe Conseil d'Etat confirme la proposition du comité de pilotage ad hoc de poursuivre, en les réorientant, les études d'aménagement relatives au périmètre d’aménagement coordonné (PAC) de Bernex-Est. Ces études seront conduites par le département du territoire (DT), en collaboration avec le département de l'économie et santé (DES) et en concertation avec les communes de Bernex, Confignon et Onex.

Dans la première phase d'étude, il est prévu de planifier 1'300 emplois dans la future zone d'activités qui se situera au nord de la route de Chancy et à l'ouest de la bretelle d'accès de l'autoroute. L'étude de ce secteur sera complétée par la programmation de 500 logements sis essentiellement à l'ouest du quartier de Saint-Mathieu et par l'aménagement, à l'est du périmètre d'étude, d'un espace dévolu au délassement et cas échéant à des équipements, et qui constituera la césure verte préconisée par le plan directeur cantonal. Les études d'urbanisme de cette première phase seront à mettre en relation avec l'arrivée du tramway à Bernex, prévue en 2011, et du prolongement de la ligne sur la route de Chancy.

Dans une deuxième phase, la planification du secteur Bernex-Est sera intégrée dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, dont les principes sont en cours d'élaboration. Entre temps, l'ensemble de ces études pourront être analysées et complétées par les options développées dans le cadre du projet de plan directeur communal de Bernex, dont l'élaboration est programmée en 2008.

Le secteur de Bernex-Est est situé en grande partie en zone agricole, dont le déclassement ne pourra se faire qu'à des conditions d'aménagement très strictes. Il conviendra donc de tenir compte des travaux préalables qui ont permis de définir, d'une part, l'opportunité et l'intérêt de l'implantation dans le secteur d'entreprises de bio et de hautes technologies et, d'autre part, les conditions à respecter, notamment du point de vue de l'environnement et de la mobilité.

Pour toute information complémentaire : M. Alfredo Scilacci, chef de service, direction de l’aménagement du territoire, DT, Tél. 022 325 11 50.

 

07:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (18)

Commentaires

Nous ne sommes pas dans Second life!
Bonjour Fi Brome, Bonjour Cécile,
Ces prénoms correspondent à des internautes qui n’ont pas signé les commentaires qu’ils ont postés sur ce blog. Leurs messages n’ont donc pas été validés. Nous ne sommes pas dans Second life, mais dans First life. Merci désormais de bien vouloir vous conformer à cette simple règle sur ce blog comme sur les autres blogs que la Tribune héberge.
Nous apprécions les commentaires pertinents qui enrichissent souvent utilement les billets et participent au dialogue public qu’un blog a vocation de favoriser.
L’anonymat parfois peut se justifier. Toute règle souffre ses exceptions. Nous les considérerons de cas en cas. Il suffit d’adresser un courriel à l’auteur du blog.
La connaissance des sources et donc celle des auteurs des commentaires, billets et articles publiés participe de la qualité de l’information. Elle figure en bonne place dans la Charte des devoirs et des droits des journalistes dont je souhaite que nos lecteurs internautes s'inspirent.
En démocratie, le vote est secret mais le débat est public. Merci de nous aider à construire un média citoyen.
Bonne journée à toutes et à tous et au plaisir de vous lire prochainement sur ce blog et sur tous ceux que la Tribune héberge.
Jean-François Mabut
Blogs et wikis sur www.tribune.ch
T: +4122 322 37 10
M: +4179 400 11 18
C: Jf.mabut@edipresse.ch
B: http://jfmabut.blog.tdg.ch
11, rue des Rois,
cp 5115, 1211 Genève 11

Voici un extrait du commentaire posté par Cécile. Nous en avons enlevé les propos discourtois.
par Cécile | 08/11/2007 | 10:22 | http://; Merci encore pour votre bon résumé. Pour ce qui est de la région de Bernex, pourquoi aller aussi loin alors que cette zone devrait d'urgence est le réservoir SUD des quartiers résidentiels de Genève.
Tout le monde ne veut pas vivre en collectif et de priver ceux qui souhaitent vivre autrement par la collectivisation du logement est une atteinte majeure aux liberté individuelles!.
Le secteur Praille Acacias est bien mieux desservi et plus proche des infrastructures lourde , chemin de fer notamment, et c'est là que se situe le développement prioritaire de Genvèe.
En plus en partant de zéro, on peut très bien concevoir, ad inition, la mixité des activités tertiaire, habitat, artisanat et petite industrie de haute technologie.
Le projet de Bernex est contraire à tous les concepts de développement durable.

Quant au commentaire de Fi Brome nous le donnons à connaître ci-dessous, bien que ce coup de gueule ne fasse guère avancer la réflexion faute d’arguments
par Fi Brome | 08/11/2007 | 09:56. Splendide, la route de Chancy. Bien, Bernex.
Et si possible assez proche des Cheneviers, ainsi il sera possible de contaminer un max de gens!

Écrit par : Jean-François Mabut | jeudi, novembre 08, 2007

Quand conprendra-t-on que le surpeuplement des villes est gage de problèmes tels que chômage, tensions sociales, violence/criminalité et pauvreté. Sans doute que les gens comme M. Kramer devraient se livrer à un petit examen de conscience; il y a 20 ans, ils condamnaient une société froide et technocratique; aujourd'hui, ils l'appellent de leurs voeux. Lamentable.

Écrit par : Charles Subiger | jeudi, novembre 08, 2007

Vu la circulation actuelle sur la route de Chancy, la possible arrivée du tram (ce qui engorgera encore plus la route) je pense que ce projet est ridicule. Il faut tenir compte du trajet depuis la Jonction jusqu'à Bernex : Traversée du Petit-Lancy déjà difficile aux heures de pointe, carrefour du Petit-Lancy/Rte du Pont-Butin très souvent saturé, traversée d'Onex (files initerrompues) avec plusieurs feux, arrivée à Bernex avec la jonction de l'autoroute toujours encombrée et le P+R. Je suppose que Cramer voulait démontrer qu'il était actif, hélas, il a "tout faux"

Écrit par : Octave Vairgebel | jeudi, novembre 08, 2007

Merci pour votre dossier. A n'en pas douter, ces décisions vont encore souffler sur les braises déjà existentes, en raison de l'arrivée du tram. Ce qui compte pour les bérnesiens, considérant que l'évolution annoncée est inéluctable, cest que le développement de Bernex soit harmonieux et donc....durable. Il s'agit d'une commune qui n'est pas seulement à la recherche d'habitants et de logements, mais aussi et surtout d'emplois. Idéalement, les acteurs économiques devraient se loger dans le secteur. Constatant l'état de notre réseau routier en voie d'asphyxie, tant les infrastructures routières que les transports publics doivent être rapidement adaptées. A cet égard, le développement de Bernex Est n'y change rien ou pas grand'chose, mais il faut anticiper les futurs problèmes. Et un transfert modal au bonne endroit et au bon moment permettra de capter le surplus de trafic, si possible en amont de l'agglomération. Une vrai inquiétude demeure toutefois la façon dont le village sera désservi par les transports publics. Pour la circonstance, j'ai renoncé à mon psyeudo. Bien à vous.

Écrit par : Paul Marbach | jeudi, novembre 08, 2007

Il me semble qu'au même titre que M. Grobet avait tout fait pour que le projet de traversée de la rade .... tombe à l'eau, l'idée saugrenue d'aller poser une nouvelle agglomération entre Bernex et Onex, relève de la stratégie du double non voulue par les Verts.

Comme avec les muselières, Cramer fait une diversion.

Il faut prioriser le développement urbain en ville et non pas vers la banlieue.

Comme l'a proposé M.Muller durant sa campagne et l'a confirmé dès son arrivée au pouvoir, c'est la zone Praille-Acacias qu'il faut mettre en route de toute urgence.

J'y ajouterais la mise en route et la construction de la zone 3 de développement dont le principe avait été arrêté dans les années 60 ! ! !

Cela est dit plus haut, le type de développement que propose M. Cramer ne corresond pas du tout aux critères de l'économie durable, le volet écologique est manifestement déficitaire puisqu'un developpement vers les extérieurs impliquent, de fait, d'importants transferts de personnes.

Même si c'est le transport collectif qui est favorisé, il n'en demeurera pas oins que les habitants de cette nouvelle périphérie seront balottés matin et soir dans d'un bout à l'autre de la ville, sans compter le coût des dites infrastructures.

Tout au contraire, en développant Praille Acacias, Gare des Eaux-vives, ancien SIG, dépôt des trams Jonction et le périmètre de la couronne qui jouxte immédiatement la ville (Zone3), on atteint des objectifs pérennes de qualité pour la moitié du prix et de la durée.

Mais, une fois de plus, c'est la ruse et l'illusion qui gouvernent.

C'est détestable contraire à l'éthique de gouvernance, donc malhonnête.

Tout ce dont nous n'avons pas besoin.

Nous voulons des solutions efficaces, harmonieuses et à un prix raisonnable.

L'ensemble de ces critères est atteignable avec de la bonne volonté et surtout un minimum d'honnêteté intellectuelle.

L'effet d'annonce d'hier est méprisable car il fait naître des illusions de solutions à brève échéance alors que c'est une nouvelle fois un parcours de 20 ans qui s'amorce.

Tout ce que l'on a pas dans les périmètre définit plus haut.

Je crois que ce débat doit être porté sur la place publique, au-delà du forum internet, sur l'agora de "first llife".

Merci aux initiateurs du billet et aux autre internautes qui ont posé des commentaires de qualité. Comme quoi tout est possible avec un minimum de savoir vivre et surtout le respect de l'autre.

Même et surtout s'il n'est pas du même avis!

meilleures salutations,
Post Lux Tenebras

Écrit par : Post Lux Tenebras | jeudi, novembre 08, 2007

En France on démolit ce genre d'habitat ! On s'est rendu compte que ce n'était pas vivable.
Devoir s'entasser ainsi les uns sur les autres avec toutes les nuisances que celà engendre. Des barres d'immeubles avec pour seule vue, celui d'en face. Des logements "bons marchés" dans leur construction, des parkings,supermarché, du béton , quelques plantes dans des bacs, avec un peu de chance quelques arbres, en résumé un bien triste lieu de vie. Et évidemment un regroupement des classes populaires qui ne peuvent pas se payer un environnement agréable.
Un bien triste projet !

Écrit par : Céline Charles | jeudi, novembre 08, 2007

Et quid des transports, on y pensera plus tard ?

Bernex n'est ni sur la ligne du RER ni du futur CEVA, et que je sache aucune extension du tram n'est prevue dans cette direction.

Écrit par : Alain_Fernal | vendredi, novembre 09, 2007

J'apprécie et respecte bien évidemment le point de vue de M. Mabut.

J'aimerais toutefois donner le mien car ce qui me préoccupe c'est que les internautes, comme dans les presse classique, prêtent plus attention au contenant qu'au contenu.

Je m'explique. Peu importe qui exprime tel ou tel point de vue, ce qui est important c'est le contenu de l'opinion exprimée.
En focalisant sur l'identité du commentateur, on prend le risque de laisser la vértié dehors!.

Sur le même thème j'ai laissé un texte sur le blog de Monsieur Pardo, repris ici avec des modifications de lisibilité:

On ne peut qu'être d'accord sur le pplan du contenu.

LE CONTENU DOIT ETRE RESPECTUEUX DU PROPRIETAIRE ET DES AUTRES INTERVENANTS.

Toute autre considération n'a pas de fondement.

Quant à la mise à découvert de l'identité des intervenants elle pose le problème de ceux qui, pour de multiples raisons, ne souhaitent,ne veulent ou encore ne peuvent pas écrire à découvert.

Les rejeter sans autre forme de procès pourrait bien nous priver de commentaires et/ou de contributions de valeur ou utiles au débat en cours.

Il me semble que dans ces cas, il devrait être possible à l'intervenant de se faire connaître du détenteur du blog de sorte que ce dernier sait bien qui est son contradicteur et peut donc l'identifier.

De cette façon, l'identité ne présenterait pas de mystère pour le premier concerné tout en restant de mise pour les autres intervenants. Cela permettrait à l'auteur de s'exprimer avec toute la liberté dont il a besoin pour participer pleinement au débat en cours.

Selon les règles de l'éthique et du respect , cela va de soi!

Si le "bloggeur" n'est pas convaincu des arguments avancés par le "commentateur", libre à lui de refuser ses messages sous "X".

J'espère que ce point de vue sera de nature à infléchir les positions trop rigoureuses en matière d'identification.

Cordialement,
POST LUX TENEBRAS (modeste latiniste égaré)

Écrit par : Post Lux Tenebras | vendredi, novembre 09, 2007

Pourquoi toujours penser "centralisé"? OK pour un grand magasin ou faire du shopping dans les rues basses. Mais pour la vie de tous les jours, nos enfants ont le droit à un habitat. Et les emplois ne sont pas tous au centre-ville: ZIMEYSA, ZIPLO, ACACIAS, et pourquoi pas Nyon... Il y a à Bernex des boulangeries, des coiffeurs, etc.
Et si on n'avait pas fait la fine bouche, on aurait une migros!
On peut presque vivre "sur place" et même sans attendre le tram, faire des choix citoyens. Je vais (parfois) en vélo au travail (7km).

Écrit par : Daniel Friedli | vendredi, novembre 09, 2007

Quand comprendra-t-on enfin dans cette ville/canton de Geneve que le seul salut pour desengorger les routes et rendre la ville enfin circulable n'est pas d'imposer les transports publics, beacoup trop chers chers et dont la tres grande majorite des Genevois ne veulent pas, c'est la traversee de la rade ?

D'autre part j'habite a Bernex et je ne vois pas du tout l'interet d'avoir une route de Chancy sacrifiee pour le passage d'un tram alors que le village est deja desservi par deux grandes lignes de Trolleybus ainsi que par d'autres petites lignes.... Que cherche-t-on ici a obtenire si ce n'est que de forcer les gens a en avoir ras-le-bol de prendre la voiture et a les forcer de se deplacer en Bus/Tram ?... encore une fois, je me deplacerai a moto, a velo, mais les transports publics ne me seront pas imposes par la ville/canton et nous sommes une grande majorite a penser ainsi, nos autorites n'en tiennent-elles pas compte ?

Écrit par : David Farre | samedi, novembre 10, 2007

pourquoi les gens pensent-ils tout de suite cité satellite, barres d'immeubles etc?
pourquoi cet endroit ne pourrait il pas devenir un quartier exemplaire, ecologique et proche de la campagne.
merci de ne pas generalisé et stygmatisé, personnellement j'attends la suite

Écrit par : Un jeune d'ici | lundi, novembre 12, 2007

Excellente analyse, j'apprécie. Connaissez-vous ce projet:
www.johanna-bridge.com

Écrit par : beuret | mardi, novembre 13, 2007

Excellentes conclusions

Écrit par : beuret | mardi, novembre 13, 2007

Depuis qu il y a des voies de tram un peu partout en ville c'est encore plus la galère pour les cyclistes...encore moins d'espace pour rouler à vélo, et plus dangereux... en prenant le bus...nous sommes serrés à en étouffer lors des trajets, pas assez de bus, chère pour être coincé pendant les trajets...qui veut on passer à la trappe?

Écrit par : Ambuhl | mardi, novembre 13, 2007

MDR. Mort de rire ou plutôt de pleurer.
Depuis des dizaines d'années, les autorités non eus cesse de bloquer la circulation des voitures en ville de Genève et maintenant lèvent les bras au ciel et implorent des solutions pour débloquer ce qu'ils ont bloqués. Quelle hypocrisie !

Écrit par : John Braun | mardi, novembre 13, 2007

Il faut créer plus de logements que des emplois. Le manquement à Genève, c'est les logements.

Écrit par : GeorgeP | mardi, novembre 13, 2007

@John Braun, résumé parfait d'une situation qui continue et empire. Jusqu'à quand? Quel niveau de gabegie et cout économique et social doit on atteindre pour que des décisions de dévelopment soit prise? Aujourd'ui la priorité est clairement d'emm. les actifs dans leur quotidien sous le couvert d'idéologie verte ridicule et dépassée qui masque un réel conservatisme et nostalgie du temps d'avant où on allait faire ses courses chez les commercant du village à pied et ou les enfants jouaient sur les routes. C'était effectivement charmant mais le monde tourne; la Suisse et Genève avec. Le passé ne reviendra pas. Pour ceux que ca tente il existe des endroits ou on vit encore comme ça mais bizarrement rare sont ceux que le retour en arrière tente dans la réalité.
Il est grand temps de construire pour le futur, et pas pour le retouver le passé.

Écrit par : Goumoun | mercredi, novembre 14, 2007

De retour d'Alsace où j'ai étudié quelque temps, je suis surpris de revoir l'importance qu'a la voiture ici.
La région de Strasbourg est en certains points comparable au canton de Genève : bloquée à l'Est par la frontière allemande, sa densité de population va grandissant, pour une population quasiment équivalente (environ 450.000 habitants).
Pourtant on n'a pas hésité à y sacrifier la voiture.
En effet, le centre-ville est presque excluvisement piéton (on laisse juste de quoi permettre aux voitures de rejoindre les parkings sous-terrains).
Les commerçants, à l'origine opposés à cette idée, s'en frottent les mains au point que les commerces ne se sont jamais aussi bien porté.
D'autre part, et cela peut surprendre qui n'a vécu qu'ici, le tram ne partage jamais la route avec les automobiles, les axes ayant été refaits pour réduire la place des voitures, et augmenter les espaces réservés aux piétons, aux bus, et aux cyclistes.
De plus, les trams sont prioritaires à chaque intersection, rendant le trajet bien moins brutal (qui n'a pas eu à subir au moins une fois les arrêts brusques des traminots des TPG?), et beaucoup plus rapide.

Des choses fonctionnent ailleurs, il serait dommage de ne pas y jeter un coup d'oeil avant de hurler à l'attaque des libertés individuelles.
La liberté de déplacement, c'est aussi la liberté de ne pas se retrouver bloqué(e) seul(e) dans sa voiture au milieu des bouchons quand on aurait pu se mouvoir aussi vite (voire plus vite encore) pour nettement moins cher.

Écrit par : Ben | jeudi, novembre 22, 2007

Les commentaires sont fermés.